Le PSOE souhaite protéger la revalorisation des pensions en fonction de l’IPC dans la Constitution.

Il promet que le Fonds de réserve de la sécurité sociale sera doté de plus de 20 000 millions d’euros en 2027.

MADRID, 7 juillet (CALPA PARIS) –

Le PSOE veut garantir le pouvoir d’achat de toutes les pensions en fonction de l’évolution de l’indice des prix à la consommation (IPC) « en toutes circonstances » avec un changement constitutionnel.

Dans leur programme électoral, les socialistes s’engagent également à continuer à alimenter le fonds de pension afin de garantir sa viabilité à long terme et de pouvoir maintenir des pensions décentes pour les générations futures. Ils promettent que le Fonds de réserve de la sécurité sociale sera doté de plus de 20 000 millions d’euros en 2027.

« Nous récupérerons la centralité du Fonds de réserve de la sécurité sociale avec les contributions dérivées du mécanisme d’équité intergénérationnelle et les excédents prévisibles du système dans les années à venir », assurent-ils dans le programme électoral.

Ils affirment également que les pensions minimales et non contributives continueront à être revalorisées au cours de la prochaine législature afin de renforcer leur efficacité dans la réduction de la pauvreté et qu’une augmentation du supplément contre l’écart entre les sexes de l’IPC plus 10 % supplémentaires en 2026-2027 sera établie.

Ainsi, l’augmentation de 10% du montant du supplément contre l’écart de genre prévue pour 2024-2025 sera complétée par 10% supplémentaires au cours de la période biennale 2026-2027.

NOUVELLE FORMULE POUR LA RETRAITE PARTIELLE ANTICIPÉE

Les socialistes promettent également de développer de nouvelles modalités pour la retraite partielle et active, afin d’offrir plus de flexibilité et de meilleures opportunités pour une sortie progressive et volontaire du marché du travail.

A lire aussi  Le pétrole est en hausse après la décision de l'OPEP+ de prolonger le resserrement jusqu'en 2024

Plus précisément, le PSOE approuvera une nouvelle formule de retraite partielle anticipée qui préserve la qualité de l’emploi de ceux qui prennent la relève des chômeurs par le biais de contrats à durée indéterminée, et qui tiendra compte de la plus grande pénibilité de l’exercice de certaines activités (dans de nombreux cas, fortement féminisées) à partir d’un certain âge.

Elles visent également à compléter la réglementation de la retraite anticipée pour les activités professionnelles particulièrement dures ou pénibles, en accordant une attention particulière à la dimension de genre.

Pour la naissance ou l’adoption de chaque enfant, il est prévu de reconnaître une période de cotisation d’un an à chacun des parents, qui se traduira par leur future pension.

Par ailleurs, poursuivant la mise en œuvre intégrale des recommandations du Pacte de Tolède, les socialistes entendent réformer les pensions de décès et de survie dans le but de rendre dignes les pensions d’orphelin et d’améliorer les pensions de veuve pour les veuves en situation de vulnérabilité.

Auteur/autrice