Le salaire moyen espagnol est inférieur de 20,9 % à celui de l’UE, avec 480 euros de moins par mois, selon Adecco.

793303.1.260.149.20230821104222


Archive – Un serveur porte un plateau sur la terrasse d’un bar à Madrid – Eduardo Parra – Europa Press – Archive

MADRID, 21 août (CALPA PARIS) –

Le salaire moyen espagnol, qui atteint un niveau record de 1 822 euros par mois, est inférieur de 20,9 % au salaire moyen brut ordinaire de l’Union européenne, qui a atteint 2 194 euros par mois en 2022, selon un rapport du centre d’études Adecco publié lundi.

Ainsi, le salaire espagnol est inférieur de 480 euros par mois au salaire européen ou, ce qui revient au même, les Espagnols gagnent en moyenne 5 760 euros de moins par an que la moyenne de l’UE.

Parmi les différentes définitions des salaires, Adecco utilise dans ce rapport le salaire brut ordinaire, qui comprend les paiements mensuels réguliers avant que les déductions et les retenues ne soient prises en compte. Tous les paiements non réguliers (heures supplémentaires, heures complémentaires, arriérés de salaire, indemnités de licenciement) sont donc exclus.

Malgré le désavantage par rapport à la rémunération moyenne européenne, Adecco souligne que l’Espagne se situe toujours dans une position intermédiaire au sein de l’UE.

Ainsi, il y a 15 pays européens dont les salaires moyens sont inférieurs à ceux de l’Espagne, tandis que onze pays ont des salaires supérieurs à ceux de l’Espagne.

Plus précisément, au sein de l’UE, onze pays ont un salaire moyen inférieur à 1 200 euros par mois : la Bulgarie (650 euros/mois), la Roumanie (796 euros/mois), la Hongrie (852 euros/mois), la Croatie (903 euros/mois), la Pologne (941 euros/mois), la Lettonie (978 euros/mois), la Slovaquie (1.046 euros/mois), la Grèce (1 049 euros/mois), la Lituanie (1 110 euros/mois), l’Estonie (1 123 euros/mois) et le Portugal (1 154 euros/mois).

A lire aussi  CaixaBank a procédé à 9 800 renouvellements d'hypothèques à taux fixe depuis juillet 2022.

Bien qu’ils se situent tous en dessous de 1 200 euros/mois, il existe une grande disparité entre eux, le salaire moyen du Portugal étant presque le double de celui de la Bulgarie, souligne Adecco.

D’autre part, sept pays se situent dans la catégorie des salaires intermédiaires, c’est-à-dire qu’ils ont un salaire moyen supérieur à 1 200 euros, mais inférieur à 2 600 euros. Il s’agit de l’Espagne (1 822 euros par mois), de la République tchèque (1 208 euros/mois), de Malte (1 354 euros/mois), de Chypre (1 359 euros/mois), de la Slovénie (1 503 euros/mois), de l’Italie (2 174 euros/mois) et de la France (2 574 euros/mois).

Enfin, neuf pays ont des salaires moyens supérieurs à 2 600 euros par mois. Il s’agit de la Suède (2.604 euros/mois), de la Finlande (2.678 euros/mois), de l’Autriche (2.964 euros/mois), des Pays-Bas (2.964 euros/mois), de la Belgique (3.007 euros/mois), de l’Irlande (3.051 euros/mois), de l’Allemagne (3.148 euros/mois), du Danemark (3.573 euros/mois) et du Luxembourg (3.713 euros/mois). Ce groupe est plus homogène que les deux précédents, puisque l’écart maximal est inférieur à 30 %.

L’ALLEMAGNE ET LA FRANCE PAIENT PLUS

Si l’on compare le salaire espagnol aux deux salaires les plus bas de l’UE (Bulgarie et Roumanie), le salaire moyen espagnol est 2,8 fois plus élevé que le salaire bulgare (1 822 euros contre 650 euros/mois, respectivement), avec une différence mensuelle de 1 172 euros (14 064 euros/an).

Pour sa part, l’Espagne a une rémunération moyenne 2,3 fois supérieure à celle de la Roumanie (1 822 euros contre 796 euros/mois, respectivement). Dans ce dernier cas, la différence mensuelle est de 1 026 euros (12 316 euros/an).

A lire aussi  ABB investit 260,6 millions ¤ dans la construction d'un nouveau centre de robotique en Suède

« Les chiffres ci-dessus reviennent à dire que le revenu perçu par un travailleur moyen en Bulgarie après un an est similaire à ce qu’un salarié moyen en Espagne gagne en quatre mois environ. Dans le même temps, pour gagner la même chose qu’un travailleur moyen en Roumanie après un an, un employé espagnol doit travailler pendant environ cinq mois », souligne Adecco.

Par rapport au Portugal, où le salaire moyen est de 1 154 euros par mois, le salaire espagnol est supérieur de 57,8 %, ce qui se traduit par une différence de 668 euros par mois (8 012 euros par an).

Ainsi, la situation relative du salaire moyen espagnol est « nettement avantageuse » par rapport à celle des pays d’Europe de l’Est et d’un pays voisin comme le Portugal, mais elle est défavorable par rapport à d’autres pays de l’UE comme l’Allemagne et la France.

Plus précisément, l’écart salarial entre l’Espagne et l’Allemagne a atteint 1 326 € par mois (15 911 € par an) en 2022, la rémunération espagnole étant inférieure de 42,1 % à celle de l’Allemagne. Cette différence signifie, par exemple, qu’un salarié espagnol moyen doit travailler près de 21 mois pour avoir un revenu similaire à celui d’un salarié allemand moyen en un an.

Par rapport à la France, les salaires espagnols sont inférieurs de 29,2 % (752 euros de moins par mois et 9 026 euros de moins par an).

Selon Adecco, l’écart entre les salaires européens se réduit depuis 2010, où la rémunération la plus élevée, qui était alors de 2 900 euros et correspondait au Luxembourg, multipliait par 11 la plus basse (265 euros, de Bulgarie). En 2021, l’écart entre les deux pays était de plus de six, tandis qu’en 2022, il est de 5,7.

A lire aussi  Le prix de l'électricité baisse de 15,28% ce dimanche, à 67,23 euros/MWh.

Auteur/autrice