Les grandes banques reviendront à l’activité de dépôt « lorsque les clients le demanderont », selon A&M

Les experts en précision soulignent que les banques n’ont pas besoin de capter l’épargne

MADRID, 28 mai (CALPA PARIS) –

Le directeur principal d’Alvarez &amp ; Marsal, Eduardo Areilza, a affirmé que les grandes banques sont actuellement « à l’aise » avec leur structure d’épargne, qui consiste en une masse importante stockée sur des comptes courants, de sorte que leur retour à l’activité de dépôt se produira « lorsque les clients le demanderont ».

Dans des déclarations à Europa Press, Areilza a expliqué que les banques disposent déjà de suffisamment d’épargne de la part de leurs clients, bien qu’il s’agisse principalement de comptes à vue et non de produits à terme, de sorte qu’il maintient que c’est le client « qui devra décider où il veut déplacer l’argent de son compte ».

Il convient de souligner que, selon les données de la Banque d’Espagne, l’épargne des familles espagnoles sur les comptes courants s’élevait à 915 606 millions d’euros en mars, soit une baisse de près de 7 000 millions d’euros par rapport à février, tandis que les dépôts à terme s’élevaient à 69 886 millions d’euros, soit 4 000 millions d’euros de plus qu’en février.

Il a ainsi expliqué que les grandes banques – qui n’ont pas encore décidé de revenir à l’activité de dépôt par rapport à d’autres plus petites, étrangères et dédiées à l’activité « en ligne », qui rémunèrent déjà les dépôts, dans certains cas à 3 % du TAEG – sont en train de concevoir une offre pour fournir des alternatives à leurs clients afin que l’argent sur les comptes courants commence à générer une rémunération.

« La première chose que les banques doivent faire est de concevoir une nouvelle gamme de dépôts à placer qui ne ressemblent pas nécessairement à ceux qui existaient il y a dix ans », a déclaré Areilza, qui souligne également que les alternatives offertes par les banques à leurs utilisateurs peuvent inclure des produits tels que l’assurance-vie, les fonds d’investissement monétaires ou l’achat direct de bons du Trésor.

A lire aussi  L'UE et l'Amérique latine posent "la première pierre" à l'Ecofin de Santiago d'une "cathédrale" pour un "monde meilleur".

Ainsi, l’expert d’Alvarez &amp ; Marsal pense qu’il y aura un « mélange » de produits, avec des dépôts, mais aussi avec d’autres options qui peuvent être plus intéressantes pour les clients. « Plus que l’augmentation des dépôts, c’est le type de produits que les banques pourront offrir aux clients pour commencer à monétiser d’une manière ou d’une autre ces 900.000 millions d’argent sur les comptes courants, qui ne génèrent rien aujourd’hui », a-t-il déclaré.

Selon M. Areilza, outre les milliards d’euros que les familles possèdent sur leurs comptes bancaires, qu’il s’agisse de comptes à vue ou à terme, l’Espagne dispose d’environ 325 000 millions d’euros de fonds. Dans ce chiffre, les fonds monétaires, qui investissent dans des titres à court terme et des obligations d’État, « ne représentent que 6 milliards. Il s’agit d’un produit qui n’a pas encore été suffisamment commercialisé », a-t-il déclaré.

Par conséquent, il estime que le travail de la banque consiste désormais à conseiller ses clients sur les alternatives les mieux adaptées à leurs besoins, alors que ce sont également les clients qui doivent se rendre auprès de leurs institutions pour demander des options.

Enfin, une autre alternative pour ne pas exiger de solutions d’épargne est que l’excédent d’épargne est utilisé pour rembourser le prêt hypothécaire de manière anticipée. « Avant d’acheter une maison, je remboursais le prêt hypothécaire », explique Areilza.

LES BANQUES N’ONT PAS BESOIN DE CAPTER PLUS D’ÉPARGNE

« Normalement, les augmentations très rapides des dépôts se produisent lorsque les banques ont besoin de lever des fonds parce qu’elles ont trop grandi et qu’elles doivent se financer. Mais à l’heure actuelle, il y a plus de dépôts que de prêts et les banques ont un excédent d’épargne dans leurs bilans, elles n’ont pas besoin de lever davantage de fonds », a-t-il poursuivi.

A lire aussi  Pour l'UGT, la hausse des taux de la BCE n'est pas une bonne politique économique

Accuracy est également d’accord avec Europa Press pour dire que les institutions n’ont pas besoin ou n’ont pas d’incitations suffisantes pour commencer à rémunérer l’épargne dans la situation actuelle d’abondance de liquidités et de ralentissement de l’activité de prêt.

Plus précisément, elle indique que les trois principales banques espagnoles – Santander, BBVA et CaixaBank – disposent d’une réserve de liquidités, en termes agrégés, d’environ 50 % des dépôts des particuliers, ce qui signifie qu' »il n’est pas nécessaire de lever des fonds supplémentaires ».

Les experts de la société de conseil ajoutent que, parmi les dépôts de détail, tous ne sont pas aussi volatils, ce qui signifie qu’un « pourcentage élevé » restera dans l’institution quel que soit le niveau des taux d’intérêt. Ainsi, si l’on considère uniquement la « couverture » offerte par le volant de liquidités contre les dépôts moins stables, le pourcentage est « beaucoup plus confortable » : 130% dans le cas de Santander, 145% dans celui de BBVA et 260% dans celui de CaixaBank.

« Avant de se déchaîner contre les établissements de crédit, les déposants devraient comprendre qu’ils ont différentes options s’ils veulent placer leur argent dans un produit alternatif aux dépôts », comme les bons du Trésor ou les fonds monétaires.

COMPARAISON AVEC L’EUROPE

En ce qui concerne les différences avec l’Europe, la directrice associée des institutions financières chez Scope Ratings, Chiara Romano, a déclaré à Europa Press que les modèles de rémunération entre les pays « diffèrent grandement », puisque, par exemple, en Espagne, la rémunération a toujours été inférieure à celle offerte dans d’autres pays.

Romano souligne que les derniers chiffres publiés, pour mars 2023, montrent que la Suède et la Norvège avaient un taux de répercussion des dépôts (c’est-à-dire la partie du revenu à taux plus élevé qui est répercutée sur les déposants) appliqué par les institutions financières était supérieur à 50 %. La Belgique, la France et la Suisse se situaient au milieu du classement, entre 15 et 30 %, tandis que l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie se situaient en bas du classement, entre 0 et 6 %.

A lire aussi  Grosso Napoletano prévoit de clôturer l'année 2023 avec des ventes de plus de 40 millions d'euros et de débarquer au Portugal en 2024.

Areilza rappelle que le marché bancaire européen « n’est pas encore un marché unique » et que chaque pays fonctionne de manière autonome et avec des règles autonomes, ce que les autorités européennes tentent de changer avec la création du Fonds européen de garantie des dépôts.

« Chaque pays a ses propres règles. Par exemple, en France, les dépôts sont rémunérés par la loi », puisque c’est le gouvernement français qui fixe par décret le taux d’intérêt de ces produits. Ainsi, alors que les taux ont été bas – entraînant une baisse de la rémunération des dépôts – en France, ceux-ci ont continué à être rémunérés à hauteur de 1 ou 2 %.

Auteur/autrice