Les rendements obligataires américains atteignent leur plus haut niveau depuis 16 ans, ce qui pousse la dette européenne à la hausse

MADRID, 4 octobre (CALPA PARIS) –

Le rendement offert aux investisseurs sur l’obligation du Trésor américain à dix ans continue de grimper vers le seuil de 5 %, au plus haut depuis juillet 2007, avant l’éclatement de la grande crise financière, avec la perspective que la Réserve fédérale maintienne les taux d’intérêt à un niveau élevé pendant une période plus longue, compte tenu de la solidité des données macroéconomiques.

Le taux d’intérêt de l’obligation américaine à dix ans a atteint 4,887 %, son niveau le plus élevé depuis juillet 2007, approchant le seuil de 5 %, que la dette du Trésor américain n’a pas atteint depuis 16 ans. Le rendement de l’obligation à 30 ans a dépassé la barre des 5 % mercredi pour la première fois depuis fin juillet 2007.

Les craintes des investisseurs concernant une période plus longue de taux d’intérêt élevés ont augmenté mardi après que le nombre d’emplois non pourvus aux États-Unis ait augmenté à 9,61 millions en août dernier, son premier rebond depuis avril, suggérant une plus grande vigueur du marché du travail.

De l’autre côté de l’Atlantique, le marché obligataire secondaire a également reflété une pression accrue sur les obligations souveraines à l’ouverture de la session sur le Vieux Continent.

Ainsi, le rendement du « bund », l’obligation allemande à dix ans qui sert de référence aux autres émissions européennes, a dépassé mercredi le seuil des 3% pour la première fois depuis mai 2011.

De même, pour l’obligation espagnole à dix ans, le rendement a poursuivi son mouvement de hausse, après avoir dépassé la semaine dernière la barre des 4 % pour la première fois depuis le début de l’année 2014.

A lire aussi  Insur investit 30 millions d'euros dans un nouveau projet immobilier à Séville

Auteur/autrice