L’Ibex 35 digère la pause de la Fed avec une baisse de 1 %, mais se maintient à 9 500 points.

MADRID, 21 sept. (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a clôturé jeudi avec une baisse de 1%, à 9.548,9 points, après avoir digéré la pause que la Réserve Fédérale (Fed) des États-Unis a adoptée hier – avec le marché européen déjà fermé – et par laquelle elle a laissé les taux d’intérêt dans une fourchette cible entre 5,25% et 5,5%.

L’indicateur principal du marché espagnol a navigué toute la séance dans les pertes et est venu perdre le niveau de 9.500 points, qui a effacé tous les gains récoltés hier ; cependant, il a modéré les reculs dans la dernière partie de la négociation et a réussi à maintenir ce niveau confortablement.

Malgré la décision de la Fed de suspendre les hausses de taux, le président de la banque centrale, Jerome Powell, a indiqué lors de la conférence de presse qui a suivi qu’il n’excluait pas de nouvelles hausses du loyer de l’argent pour le reste de l’année.

Un rapport de Banca March explique que le diagramme en points suggère que la plupart des membres pensent qu’une nouvelle hausse des taux est appropriée lors de l’une des deux dernières réunions de l’année. Ils ont également relevé de manière substantielle leurs prévisions de taux pour 2024, de 4,6 % à 5,1 %, confirmant un scénario de taux plus élevés pendant plus longtemps.

D’autre part, la croissance attendue pour cette année et l’année prochaine a été revue à la hausse et les prévisions d’inflation pour 2023 ont été revues à la baisse.

Au début de la séance de jeudi, on a également appris que la Banque nationale suisse avait décidé de laisser les taux d’intérêt inchangés à 1,75 %, tandis que la Banque de Suède a décidé de les porter à 4 %, soit 25 points de base de plus, et que la Banque de Norvège les a placés à 4,25 %, soit également 25 points de base de plus.

A lire aussi  L'Ibex 35 interrompt sa tendance haussière et clôture sur une baisse de 0,31 % après une série de données "macro".

La Banque d’Angleterre (BoE) s’est jointe à ce manège de banques centrales à la mi-journée, mettant en pause les taux d’intérêt à 5,25 % alors que le marché attendait une nouvelle hausse d’un quart de point qui les aurait placés à 5,5 %. La décision a été serrée : cinq membres du comité ont voté en faveur de la pause et les quatre autres en faveur d’une nouvelle hausse.

L’agenda macroéconomique de jeudi a également souligné le fait que l’industrie espagnole a réduit ses ventes de 5,3 % en juillet, ce qui en fait le quatrième mois consécutif de baisse, tandis que les ventes dans le secteur des services ont repris leur tendance à la hausse après avoir augmenté de 1,5 %.

Dans le même temps, la confiance des consommateurs dans la zone euro a chuté en septembre pour le deuxième mois consécutif et plus que prévu, tandis qu’aux États-Unis, l’indice manufacturier de la Fed de Philadelphie s’est dégradé beaucoup plus que prévu en septembre, tout comme les demandes hebdomadaires d’allocations de chômage et les ventes de maisons d’occasion en août.

Après ces données, la bourse de New York a enregistré des baisses à la clôture sur le Vieux Continent : le Dow Jones a perdu 0,5% ; le S&P 500 1,05% et le Nasdaq technologique 1,24%.

Les marchés européens ont récolté, comme Madrid, des corrections notables : Milan a perdu 1,78% ; Paris 1,59% ; Francfort 1,33% et Londres 0,69%.

Dans ce contexte, au sein de l’Ibex 35, seules les valeurs suivantes ont réussi à sortir du « rouge » : Repsol (+1,85%) ; Bankinter (+1,5%) ; Caixabank (+1,16%) ; Banco Sabadell (+0,42%) et BBVA (+0,03%).

A lire aussi  Le secteur de la quincaillerie et du bricolage croît de 7,7 % au premier trimestre, selon l'Aecoc

Parmi les autres valeurs, les plus fortes baisses ont été Grifols (-3,95%), Solaria (-3,21%), Naturgy (-3,17%), Acciona (-3,11%), IAG (-2,44%), Mélia Hotels (-2,44%) et Colonial (-2,22%).

Le pétrole Brent, référence en Europe, était à 93,4 dollars, en baisse de 0,13%, tandis que le West Texas Intermediate (WTI) atteignait 89,75 dollars, en hausse de 0,1%.

Le rendement des obligations espagnoles à 10 ans a clôturé à 3,792% après avoir augmenté de près de cinq points de base – il a atteint plus de 3,8% au cours de la séance – tandis que la prime de risque (le différentiel avec l’obligation allemande) s’élevait à 106 points.

Sur le marché des changes, l’euro est resté stable face à la monnaie américaine à 1,0663 dollar.

Auteur/autrice