L’Ibex 35 est en décalage avec l’Europe et perd 0,7 % à la mi-séance, mais se maintient à 9 200 points.

MADRID, 7 juil. (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a été détaché à la mi-séance ce vendredi du reste des indices européens et a enregistré une baisse de 0,7%, ce qui a porté le sélectif à 9.225,2 points, affecté par les chutes de grandes valeurs comme Iberdrola, Repsol ou Telefónica, et dans un jour qui pivotera sur le rapport officiel de l’emploi des États-Unis de ce mois de juin.

Lors de la session précédente, des données ont été publiées (le rapport ADP sur l’emploi pour le mois de juin) qui indiquaient la force de l’emploi aux États-Unis et qui donneraient des arguments à la Réserve fédérale américaine (Fed) pour maintenir une politique monétaire agressive pendant une longue période ; ce qui a provoqué des baisses significatives à Wall Street qui se sont propagées à l’Europe (Madrid a connu sa plus forte chute depuis la mi-mars).

L’agenda macroéconomique de l’Europe comprenait une baisse de 0,2 % de la production industrielle en mai par rapport à avril, une hausse de 0,7 % des ventes au détail italiennes en mai, également sur une base mensuelle, tandis que la France a amélioré son déficit commercial en mai à 8,4 milliards d’euros.

Les marchés seront également attentifs ce vendredi à l’intervention de la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, à Aix en Provence (France) ; ainsi que du vice-président, Luis de Guindos, à Londres.

Christine Lagarde a déjà prévenu dans une interview à La Provence que l’institution « ne restera pas les bras croisés » si elle constate une hausse « simultanée » des marges des entreprises et des salaires qui menace la stabilité des prix.

A lire aussi  Repsol renforce son engagement à mener la course à l'hydrogène vert en Espagne avec son premier électrolyseur

En milieu de séance, les plus fortes hausses de l’Ibex 35 ont été enregistrées par Unicaja (+2,44%), Banco Sabadell (+2,17%), Bankinter (+1,96%) et Mélia Hotels (+1,74%), tandis que les plus fortes baisses ont été enregistrées par Iberdrola (-3,98%), Cellnex (-2,14%), Repsol (-1,2%) et Telefónica (-1,1%).

Les principaux marchés européens étaient en territoire positif à la mi-séance : Francfort a augmenté de 0,29%, Milan de 0,32% et Paris de 0,37% ; tandis que Londres, comme Madrid, a baissé de 0,31%.

Dans le même temps, le prix du baril de Brent, référence pour le Vieux Continent, était en hausse de 0,55% à 76,94 dollars, tandis que le brut texan était à 72,19 dollars, en hausse de 0,54%.

Sur le marché des devises, l’euro face au dollar s’est établi à 1,088 « billet vert », tandis que la prime de risque espagnole a oscillé autour de 105,4 points de base, le taux d’intérêt requis pour l’obligation à 10 ans s’établissant à 3,705%.

Auteur/autrice