L’Ibex 35 mène la hausse européenne avec une augmentation de 1,02 % et regagne le niveau des 9 400 points.

MADRID, 28 Sep (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a tiré les principales bourses européennes vers le haut ce jeudi avec une hausse de 1,02 % et a rompu une série de cinq séances de baisse, au point de retrouver le niveau des 9 400 points – il a notamment clôturé à 9 426,8 points – malgré la hausse de l’inflation en septembre.

Le sélectif a commencé la séance avec de l’incertitude et de petites oscillations jusqu’à ce qu’il décide d’une tendance à la hausse à la mi-journée, motivée par les hausses de Banco Santander et BBVA – deux titres avec un grand poids dans l’indice – et qui n’a été interrompue que par la clôture de la séance ; cependant, dans la section des hausses, la plus remarquable a été Solaria, clôturant avec une avance de 7,96% (elle a augmenté de plus de 12% pendant la négociation).

Le cours de l’action de l’entreprise énergétique a réagi de la sorte après avoir annoncé un bénéfice net de 50,1 millions d’euros au premier semestre, ce qui représente une augmentation de 15 % par rapport à la même période de l’année précédente, et des investissements de 2 600 millions au cours des trois prochaines années pour se développer en Europe.

Sur le plan macroéconomique, l’IPC espagnol a augmenté de 0,2 % en septembre par rapport au mois précédent et a augmenté son taux en glissement annuel de neuf dixièmes de point de pourcentage pour atteindre 3,5 %, son chiffre le plus élevé depuis avril, en raison de la hausse des prix de l’électricité et du carburant.

Pour sa part, l’IPC avancé de l’Allemagne s’est modéré en septembre à 4,5 % en glissement annuel, plus que prévu, alors que le chiffre d’août était de 6,1 %, tandis que l’inflation de base s’est modérée à 4,6 %.

A lire aussi  Le prix de l'électricité baisse de 14,2 % ce samedi, à 98,91 euros/MWh.

De l’autre côté de l’océan Atlantique, la croissance du produit intérieur brut (PIB) américain a été confirmée à 2,1 % au deuxième trimestre de l’année, soit un rythme d’expansion légèrement inférieur aux 2,2 % des trois premiers mois de 2023 ; cela s’est traduit par une hausse de plus d’un demi-point de pourcentage des indicateurs de Wall Street à l’heure de la clôture européenne.

Dans ce contexte, derrière Solaria, Santander a mené les avancées (+4,45%) du sélectif espagnol, après avoir annoncé hier un programme de rachat d’actions. Suivent BBVA (+3,25%), ArcelorMittal (+2,29%), Sacyr (+1,97%), Logista (+1,76%), Inditex (+1,63%) et Unicaja Banco (+1,59%).

En revanche, Cellnex a été la plus mauvaise performance à la clôture de la séance (-3,25%), devant Naturgy (-1,09%), Rovi (-1,07%), IAG (-0,64%), Iberdrola (-0,56%) et Enagas (-0,45%).

Les autres marchés européens, après une matinée de signaux mitigés, ont finalement opté pour des gains : Londres a gagné 0,11% ; Milan 0,54% ; Paris 0,63% et Francfort 0,7%.

Le Brent était en baisse de 0,33% à la clôture européenne à 96,23 dollars, tandis que le West Texas Intermediate (WTI) était à 93 dollars, en baisse de 0,72%.

Sur le marché de la dette, le rendement des obligations espagnoles à 10 ans a clôturé à 4,017% après avoir gagné huit points de base. Ainsi, la prime de risque par rapport à la dette allemande a augmenté à 109 points de base.

Sur le marché des changes, l’euro s’est apprécié de 0,67 % par rapport au dollar, avec un taux de change de 1,0573 « billet vert » pour chaque unité de la monnaie européenne.

A lire aussi  La consommation de carburant automobile augmente de 1,5 % en juillet

Auteur/autrice