M. Calviño encourage la conclusion d’un accord franco-allemand afin de faciliter l’adoption de nouvelles règles fiscales par les 27 États membres de l’UE

LUXEMBOURG, le 17 octobre (CALPA PARIS) –

La première vice-présidente et ministre en exercice des Affaires économiques, Nadia Calviño, a soutenu et encouragé les accords « constructifs », s’interrogeant notamment sur la possibilité d’un pacte franco-allemand en marge de la réunion des ministres de l’Economie et des Finances mardi pour débloquer le clash entre les deux pays et faciliter ainsi l’accord des Vingt-sept sur les nouvelles règles fiscales avant la fin de l’année.

« Je soutiens et j’encourage tous les échanges qui peuvent apporter une approche constructive », a déclaré Mme Calviño à son arrivée à la réunion de l’Ecofin qui se tient dans la capitale luxembourgeoise, en référence à un éventuel accord bilatéral entre les pays aux positions opposées.

C’est ce qu’elle a déclaré après que le ministre français du secteur, Bruno Le Maire, a exprimé son intention de rencontrer son homologue allemand, Christian Lindner, pour trouver une position commune qui permettrait de faire avancer le débat politique.

M. Le Maire a exhorté ses collègues à parvenir « rapidement » à un accord, car il estime que la « crédibilité » de l’UE est en jeu avec les premières « avancées concrètes » lors de la réunion du 9 novembre et la conclusion d’un pacte d’ici la fin de 2023.

A cette fin, il a proposé de continuer à avancer « main dans la main » dans le cadre d’une alliance entre Paris et Berlin pour conclure un accord bilatéral qui pourrait servir de base au pacte global de l’UE-27.

Le calendrier envisagé par la présidence espagnole du Conseil reporte au mois de novembre – alors qu’il était initialement prévu pour l’actuelle réunion d’octobre – son objectif d’entamer les négociations sur le texte législatif lors de la prochaine réunion de l’Ecofin.

A lire aussi  Le déficit public s'élève à 2,68 % du PIB jusqu'en juillet et le déficit public tombe à 2,14 % au premier semestre.

Des sources diplomatiques ont assuré que la présidence  » n’envisage pas un scénario sans accord  » et qu’elle est disposée à faire  » tout ce qui est nécessaire de son côté « , en envisageant également la possibilité de tenir des réunions supplémentaires des ministres pour conclure l’accord  » le plus tôt possible « .

« Jusqu’à présent, je constate une approche très constructive de la part de tous les États membres et j’espère que les discussions à venir nous permettront d’ouvrir la phase finale de cette négociation et d’entamer des négociations politiques lors de la prochaine réunion », a ajouté M. Calviño.

Auteur/autrice