L’Ibex 35 ouvre le mois de juillet au-dessus de 9 600, son niveau le plus élevé depuis février 2020

MADRID, 3 juil. (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a commencé le mois de juillet avec une hausse de 0,54 %, ce qui l’a amené à se situer à 9 644,8 points, son plus haut niveau depuis le 21 février 2020, date à laquelle il avait clôturé à 9 886,2 points. À l’époque, l’indice de référence avait en effet entamé une chute rapide qui l’avait conduit à perdre plus de 3 000 points en moins d’un mois avant le début de la pandémie de Covid-19.

L’indice sélectif de Madrid est maintenant en territoire positif depuis six jours, ce qui lui a permis de gagner environ 4 %.

L’attention des investisseurs s’est concentrée ce lundi sur la publication de données macroéconomiques, telles que les indicateurs PMI manufacturiers qui, dans le cas de l’Espagne, ont montré une détérioration en juin pour le troisième mois consécutif. Il a ainsi atteint son niveau le plus bas depuis le début de l’année, passant de 48 points à 48,4 points le mois précédent.

En ce qui concerne la zone euro, la détérioration de l’activité manufacturière s’est accélérée en juin, tombant à 43,4 points contre 44,8 le mois précédent, ce qui implique la plus mauvaise lecture du chiffre en 37 mois.

Plus tard dans la semaine, le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire sera publié, ce qui, avec les déclarations des banquiers centraux sur les perspectives des taux d’intérêt et de la croissance économique, pourrait modifier l’orientation des marchés boursiers alors que nous attendons le début de la saison des bénéfices des entreprises.

Dans ce contexte, la plupart des titres de l’Ibex 35 étaient en territoire positif, avec Bankinter (+3,62%), Sabadell (+3,04%), Repsol (+2,29%), Colonial (+1,98%), Mapfre (+1,76%) et Telefónica (+1,64%) tous en hausse.

A lire aussi  L'UE et l'Amérique latine posent "la première pierre" à l'Ecofin de Santiago d'une "cathédrale" pour un "monde meilleur".

En revanche, Acciona Energía (-2,87%), Amadeus (-2,50%), Acciona (-1,99%), Enagás (-1,81%) et ACS (-1,24%). Rovi (-2,46 %) et Fluidra (-0,67 %) ont également enregistré des baisses, bien que leurs actions soient affectées par l’effet « ex-dividende », car leurs actions escomptent les paiements qu’elles effectueront bientôt à leurs actionnaires. Si l’on exclut cet effet, Rovi a progressé de 0,88 % et Fluidra de 1,32 %.

Il convient de noter que BME a accepté le retour à la négociation de Labiana Health, après avoir été suspendue pendant deux mois pour n’avoir pas été en mesure de présenter ses comptes audités dans le délai fixé par la réglementation. À la clôture de la bourse aujourd’hui, les actions de la société avaient chuté de 12 %.

En revanche, les principaux marchés européens ont clôturé en négatif, avec une baisse de 0,41% à Francfort, de 0,18% à Paris et de 0,06% à Londres. Seule Milan a gagné 0,77%.

Sur le marché des matières premières, le prix du baril de Brent a progressé de 0,73% à 75,95 dollars, tandis que le prix du West Texas Intermediate (WTI) est monté à 71,12 dollars, en hausse de 0,67%.

Sur le marché de la dette, le rendement de l’obligation espagnole à 10 ans s’est établi à 3,431%, la prime de risque atteignant 98,6 points de base, tandis que sur le marché des changes, l’euro s’échangeait à 1,0921 dollar.

Auteur/autrice