M. Sánchez assure qu’il veillera à ce que l’entrée de STC dans Telefónica n’entraîne pas « d’influence indue ».

Il considère l’intérêt de la société saoudienne pour l’opérateur espagnol comme une « bonne nouvelle ».

MADRID, 15 (CALPA PARIS)

Le Premier ministre par intérim, Pedro Sánchez, a assuré que le gouvernement « analyse attentivement » l’entrée du groupe saoudien STC dans Telefónica et que l’État dispose de mécanismes pour garantir que « tout investissement étranger ne dépasse pas les limites et n’implique pas une influence indue sur des entreprises stratégiques ou l’accès à des technologies critiques ».

« Je garantis que le gouvernement analyse attentivement l’opération d’investissement, que nous disposons des mécanismes appropriés pour exercer les contrôles nécessaires et que nous veillerons à ce qu’à tout moment la défense et la sécurité nationale, entendues au sens large, soient sauvegardées », a déclaré M. Sánchez lors d’un discours public prononcé vendredi au siège de la CEOE à Madrid.

Il a également souligné que la législation espagnole en matière de contrôle des investissements était « l’une des plus rigoureuses d’Europe » et qu’elle avait été réformée pendant la pandémie.

« Nous l’avons à nouveau fait cet été, en nous dotant d’instruments supplémentaires qui renforcent les mécanismes de contrôle, le tout en accord et en cohérence avec les directives émanant de l’Union européenne », a-t-il ajouté.

Cependant, le chef de l’exécutif a également indiqué que l’intérêt de STC pour Telefónica est une « bonne nouvelle » car elle signifie une « injection de ressources » dans l’économie nationale et parce que, selon lui, elle signifie que le pays va dans la « bonne direction » et offre de la « confiance ».

Dans le même ordre d’idées, il a critiqué l’opposition pour sa position sur l’entrée de STC dans Telefónica. « Certains ne se souviennent de l’autonomie stratégique que lorsqu’une entreprise étrangère achète une partie d’une entreprise nationale ou lorsqu’il y a une pénurie d’un certain produit », a-t-il déploré.

A lire aussi  Dia nomme Benjamin J. Babcock nouveau directeur propriétaire et convoque une réunion pour le 28 juin

M. Sánchez a également déclaré qu’il fallait « éviter les tentations simplistes » liées au « protectionnisme » et a estimé que « l’Union européenne ne devrait pas expulser les entreprises étrangères ».

« Au contraire, ce que nous devons faire, c’est les attirer. Nous devons leur créer des opportunités, car elles créent également des opportunités sur notre continent, elles créent des emplois, elles génèrent de la richesse et leur présence ici fait partie de la réciprocité commerciale qui constitue l’épine dorsale de ce que l’on appelle l’ordre international ouvert, dans lequel nous, Européens, grandissons et prospérons », a-t-il ajouté.

L’ENTRÉE DE LA STC DANS TELEFÓNICA

Le groupe saoudien STC a annoncé dans l’après-midi du 5 septembre – après la fermeture des marchés – avoir acquis une participation de 9,9% dans Telefónica pour 2,1 milliards d’euros, dont 4,9% en actions et 5% en instruments financiers.

En raison de la réglementation espagnole sur les investissements étrangers dans les entreprises stratégiques cotées en bourse, le groupe saoudien a besoin de l’approbation du ministère de la Défense pour dépasser les 5 % dans Telefónica, qui est très présente dans le secteur de la défense nationale.

STC n’a pas encore fait savoir si elle avait déjà transmis au ministère de la Défense la demande formelle de pouvoir matérialiser les droits de vote liés aux 5 % d’instruments financiers acquis, une communication dans laquelle la société saoudienne devrait indiquer si elle demandera ou non un siège au conseil d’administration de Telefónica.

L’acquisition de petits paquets d’actions et d’instruments financiers que STC a effectuée ces derniers mois par l’intermédiaire de la banque d’investissement américaine Morgan Stanley est passée inaperçue – selon Telefónica – par le conseil d’administration de l’opérateur, alors qu’elle n’a pas non plus été enregistrée dans les registres de la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV) en raison de certaines « spécificités et exemptions partielles ».

A lire aussi  Nouvelle baisse de l'activité industrielle dans la zone euro en septembre, soit quinze mois consécutifs de recul

Les 9,9 % acquis par STC font de la société saoudienne le premier actionnaire de Telefónica, devant BBVA (4,87 %), BlackRock (4,48 %) et CaixaBank (3,5 %).

Auteur/autrice