Mapfre gagne 317 millions d’euros jusqu’en juin, soit 6 % de moins en raison de l’activité automobile et du tremblement de terre en Turquie.

Mapfre a augmenté sa prime moyenne d’assurance automobile sur le marché ibérique d’environ 5,5%.

MADRID, 28 (CALPA PARIS)

Mapfre a obtenu un bénéfice net de 317 millions d’euros au premier semestre, soit 6,1% de moins, en raison de la situation du secteur automobile et du tremblement de terre en Turquie, comme l’a indiqué vendredi la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV).

Les revenus ont augmenté de 15% à 17.026 millions, consolidant la tendance des derniers trimestres et reflétant à la fois une augmentation significative du volume d’affaires et une amélioration des revenus financiers.

Les primes ont augmenté de 14,7%, sans impact significatif des taux de change. Cette croissance reflète une amélioration générale des activités de Mapfre, avec des augmentations de 11,2% en non-vie et de 29,4% en vie, principalement grâce aux performances de l’Espagne et du Brésil.

Ces primes ont également été stimulées par le renouvellement pour deux ans d’un programme de risque industriel au Mexique, avec 307 millions d’euros enregistrés pour la première année.

En ce qui concerne les activités non-vie, les primes ont augmenté d’environ 1,13 milliard d’euros au premier semestre, avec une croissance de 14,8 % en assurance générale, de 10,7 % en santé et accident et de 4,4 % en assurance automobile.

Le ratio combiné s’établit à 97,1%, en baisse de 1,3 point de pourcentage, et la volatilité et la dispersion des périodes précédentes marquées par le scénario économique se sont maintenues.

L’assurance générale, avec un ratio combiné de 85,9% – en baisse de 4,1 points de pourcentage – a compensé la forte sinistralité que connaît encore l’activité automobile, dont le ratio combiné a augmenté de 1,1 point de pourcentage pour atteindre 106,2% ; toutefois, il s’est légèrement amélioré par rapport au mois de mars de cette année. A cet égard, Mapfre explique que dans certaines zones géographiques, les augmentations de tarifs et l’efficacité de la gestion commencent à se traduire par une baisse du ratio combiné de la branche automobile.

A lire aussi  Renfe dépasse les deux millions d'abonnements gratuits pour Cercanías, Media Distancia et Avant à 50 %.

Le ratio combiné de l’assurance maladie et accidents s’est amélioré par rapport au premier semestre de l’année précédente, s’établissant à 100,4 % (soit une baisse de 1,9 point de pourcentage). Les résultats financiers de l’assurance non-vie s’élèvent à 359 millions, soit une augmentation de plus de 74 millions, ce qui équivaut à une croissance de 26%.

Dans le secteur vie, les primes ont augmenté d’environ 700 millions, sous l’impulsion des activités d’épargne-vie en Espagne. Le résultat de cette branche a bénéficié à la fois d’une « bonne performance technique » et de « revenus financiers élevés », notamment en Amérique latine. Le ratio combiné des risques vie s’est établi à 82,9 %. Il en résulte une amélioration de 16,4 % du résultat technique financier de la branche vie.

D’autre part, l’assureur indique que le tremblement de terre en Turquie en février dernier a été l’événement catastrophique le plus important du semestre. Mapfre Re a mis à jour ses estimations sur la base des rapports de dommages reçus ces derniers mois. Fin juin, l’impact sur le résultat net était estimé à 104 millions, affectant principalement Mapfre Re (avec 99 millions) et, dans une moindre mesure, l’assureur local (avec 5 millions), sans qu’aucune communication supplémentaire de dommages pertinents ne soit attendue dans les mois à venir.

Cependant, la société note que, en l’absence d’autres événements catastrophiques pertinents et avec un environnement de marché de réassurance favorable, Mapfre a atteint un résultat de 121 millions, 70,7% de plus que le premier semestre de 2022.

En ce qui concerne le portefeuille d’investissements, il n’y a pas eu de changements significatifs au premier semestre, et Mapfre a réalisé des plus-values nettes de 18,4 millions au cours du semestre, après impôts et intérêts minoritaires, contre 22 millions en 2022.

Les capitaux propres du groupe à la fin du premier semestre, selon des critères locaux homogénéisés, ont atteint 7 683 millions d’euros, soit 394 millions d’euros de plus qu’à la fin de 2022, ce qui équivaut à une croissance de 5,4 %. Les moteurs de la croissance ont été une reprise de la valorisation des investissements disponibles à la vente (295 millions d’euros) et des écarts de conversion positifs dus à l’augmentation de la valeur des monnaies en Amérique latine (82 millions d’euros).

A lire aussi  M. Calviño défend l'adaptation de l'UE à la nouvelle réalité économique face aux défis de la concurrence

ACTIVITÉS EN IBÉRIE

L’assureur souligne que l’activité ibérique est celle qui a le plus progressé en termes de primes au cours du premier semestre, avec 20% de plus, pour atteindre 5.137 millions d’euros, l’Espagne se distinguant avec 5.005 millions (+21%). Les primes au Portugal s’élèvent à 132 millions (+36%).

Le bénéfice net a toutefois diminué de 33,2% à 122,7 millions d’euros, en raison de la situation de l’assurance automobile. Sur ce résultat, 116,9 millions correspondent à l’activité espagnole et 5,8 millions à l’activité portugaise.

L’activité vie a multiplié son volume par 1,7 par rapport à l’année précédente, atteignant 1.522 millions, dont 1.328 millions correspondent à l’épargne vie, contre 677 millions en 2022.

Les primes de l’activité non-vie ont augmenté de 7,7 % et reflètent la bonne performance de l’activité d’assurance générale, où elles ont augmenté de 9,3 %, tirées par les branches d’activité : santé et accident, avec une augmentation de 8,8 %, et automobile, avec une augmentation de 4,8 %.

L’ACTIVITÉ AUTOMOBILE EN IBÉRIE

En ce qui concerne la branche automobile, Mapfre souligne que l’adaptation progressive des tarifs au contexte inflationniste et en fonction des profils de risque individuels s’est poursuivie. Le portefeuille s’élève à environ 6,2 millions de véhicules assurés, avec une légère réduction au cours du premier semestre liée à des mesures de sélection des risques, tandis que l’augmentation moyenne des primes est estimée à environ 5,5 %.

« Cette branche est affectée par la reprise de la mobilité à des niveaux pré-pandémiques, le scénario d’inflation élevée et la mise à jour de l’échelle des blessures », explique Mapfre.

Ainsi, le résultat non-vie et le ratio combiné sont impactés par la branche automobile, dont le ratio combiné s’élève à 103,5 %, soit 3,5 points de pourcentage de plus qu’au premier semestre 2022, bien que par rapport au premier trimestre, le ratio se soit amélioré de près de six points de pourcentage.

A lire aussi  Les prix à la production en Chine tombent à leur plus bas niveau depuis 2016

Mapfre affirme que la performance de cet indicateur pour le reste de l’année sera soutenue par un « contrôle strict » des coûts, tandis qu’elle procédera à l' »adaptation nécessaire » du tarif en fonction de l’évolution attendue des coûts.

L’AMÉRIQUE LATINE, PREMIER CONTRIBUTEUR AUX BÉNÉFICES

En ce qui concerne l’Amérique latine, les primes ont augmenté de 15% pour atteindre 4 982 millions d’euros et le bénéfice net s’est élevé à 193 millions d’euros, soit une hausse de 70,4% par rapport au premier semestre 2022, ce qui en fait le plus grand contributeur au bénéfice pour l’ensemble du groupe.

En Amérique du Nord, les primes ont atteint 1 332 millions d’euros en juin, en hausse de 5%. Le plus grand contributeur a été les États-Unis avec 1 115 millions d’euros et une croissance de 4,7 %. Porto Rico, quant à lui, a enregistré une augmentation de 6,3% pour atteindre 217 millions d’euros de primes. Cette région a toutefois enregistré une perte nette de 17,7 millions d’euros, contre un bénéfice de 32,8 millions au premier semestre 2022.

Dans la région EMEA, les primes s’élèvent à 673 millions, soit une baisse de 4,9 %, reflétant le ralentissement de l’activité vie à Malte. La région a enregistré une perte de 13,8 millions, principalement liée à l’environnement automobile « difficile » en Italie et au tremblement de terre en Turquie, avec un impact de cinq millions.

Enfin, le chiffre d’affaires de l’activité d’assistance s’élève à 231 millions d’euros, soit une croissance de 9,3%, et enregistre un bénéfice de 1,6 million d’euros, en baisse de 80,2% par rapport au bénéfice de 8,2 millions d’euros enregistré au premier semestre 2022.

Auteur/autrice