Montero annonce que les taxes sur les banques et l’énergie ont rapporté 2,9 milliards cette année

Elle affirme que les bénéfices « très importants » de Banco Santander connus aujourd’hui démontrent le « succès » de la taxe sur les banques.

MADRID, 25 (CALPA PARIS)

La ministre des Finances et de la Fonction publique par intérim, María José Montero, a annoncé mercredi que les impôts sur les banques et les entreprises énergétiques ont rapporté 2,9 milliards d’euros cette année, conformément aux prévisions du gouvernement.

Plus précisément, selon les données du Trésor, le deuxième paiement des deux impôts, effectué en septembre, a atteint 1 453 millions d’euros, un chiffre très similaire à celui du premier paiement, effectué en février. Sur ce montant, 827 millions correspondent à la taxe sur les entreprises énergétiques et 626 millions à la taxe sur les banques.

Montero, dans des déclarations à la radio SER rapportées par Europa Press, a souligné que les bénéfices « très importants » connus ce mercredi « d’une institution financière », en référence à Banco Santander, démontrent le bien-fondé de l’impôt sur les banques.

SERA PROLONGÉ AVEC DES RÉVISIONS

La ministre s’est déclarée convaincue que le gouvernement gagnera les recours déposés contre ces chiffres fiscaux qui, selon l’accord de gouvernement entre le PSOE et Sumar, seront prorogés après avoir été révisés pour voir s’ils nécessitent « des ajustements ».

« Nous les évaluerons et s’ils ont besoin d’être améliorés, nous le ferons. Avant que leur validité n’expire, nous examinerons les deux chiffres et les prolongerons, en incorporant tous les éléments qui leur permettent d’être plus sûrs ou plus robustes « , a-t-il souligné.

Actuellement, l’impôt temporaire sur les banques est prélevé à hauteur de 4,8 % sur les intérêts et les commissions de toutes les entités qui facturent plus de 800 millions d’euros en 2019 et l’impôt affecte l’activité que les entités réalisent en Espagne.

A lire aussi  La croissance du PIB de la Chine a ralenti à 0,8 % au deuxième trimestre

Pour sa part, la taxe sur l’énergie est prélevée à hauteur de 1,2 % sur le chiffre d’affaires des entreprises énergétiques dont le chiffre d’affaires est supérieur à 1 000 millions en 2019. Les revenus des activités réglementées sont exclus du chiffre d’affaires soumis à la taxe.

Ainsi, la taxe n’affecte pas les revenus dont la fourniture est à un prix réglementé, comme c’est le cas du PVPC pour l’électricité, du tarif de dernier recours (TUR) pour le gaz, le GPL en bouteille et le GPL en canalisation.

Les deux prélèvements ont été adoptés à titre temporaire et seront réglés en 2023 et 2024 sur les revenus obtenus en 2022 et 2023 par les banques (via des commissions) et les compagnies d’énergie.

ESTIME QU’ELLE GAGNERA LES APPELS INTERJETÉS CONTRE LES PRÉLÈVEMENTS.

Des entreprises telles que Repsol, Banco Sabadell, Bankinter et Kutxabank ont déposé des recours devant l’Audiencia Nacional contre ces taxes, mais le tribunal a déjà refusé d’adopter des mesures de précaution à leur encontre.

« Lorsque nous légiférons, nous le faisons toujours avec une sécurité juridique et, bien entendu, nous pensons que les recours intéressés qui ont été introduits contre ces taxes seront gagnés », a assuré le ministre Montero.

Selon M. Montero, l’imposition de ces taxes n’empêche pas les banques et les entreprises du secteur de l’énergie de continuer à présenter des comptes de pertes et profits très élevés. « Il semble que nous ayons eu raison dans le secteur qui peut le mieux contribuer à permettre de meilleurs services publics, par exemple, ou à accompagner les mesures de l’Ukraine, comme cela a été fait à l’occasion de ce prélèvement », a-t-elle déclaré.

A lire aussi  Les entreprises spécialisées dans les technologies de l'eau demandent une révision "illimitée" des prix

Auteur/autrice