Worldline plonge de près de 60% en bourse après avoir revu à la baisse ses prévisions annuelles

MADRID, 25 oct. (CALPA PARIS) –

Worldline, société spécialisée dans les services de paiement, a revu à la baisse ses prévisions de croissance du chiffre d’affaires pour l’ensemble de l’année face au ralentissement macroéconomique de certains des principaux marchés de l’entreprise française, dont l’action a chuté de 57% à la Bourse de Paris.

Au troisième trimestre, la « fintech » a réalisé un chiffre d’affaires de 1.182 millions d’euros, soit 4,8% de plus qu’un an plus tôt, avec une amélioration de 7,6% des activités de services commerciaux, mais une baisse de 2,9% des revenus des services financiers.

« Au cours du troisième trimestre 2023, certaines de nos principales zones géographiques, en particulier le marché allemand, ont montré un ralentissement macroéconomique », a averti la société, soulignant les changements dans les habitudes de dépenses des consommateurs.

« Les consommateurs ont commencé à allouer une plus grande partie de leurs dépenses à des verticales non discrétionnaires plutôt que discrétionnaires, ce qui affecte notre croissance et notre rentabilité », a déclaré l’entreprise.

En outre, à la lumière de l’augmentation de la cybercriminalité en général, des nouveaux schémas frauduleux émergents et de l’accélération de la tendance au renforcement des directives réglementaires et des contraintes du marché, Worldline a renforcé sa politique d’appétit pour le risque en mettant fin de manière ordonnée à des relations d’affaires spécifiques dont les coûts associés et les risques potentiels ne correspondaient pas aux exigences révisées.

« Après un début d’année solide, nous entrons maintenant dans un second semestre où l’environnement macroéconomique se détériore, en particulier en Allemagne », a déclaré Gilles Grapinet, PDG de Worldline.

A lire aussi  Le secteur des snacks et apéritifs clôture l'année 2022 avec une croissance historique de 10,2% malgré l'inflation

La société a revu à la baisse ses prévisions de croissance organique du chiffre d’affaires, avec une nouvelle estimation de 6,7 % à 7 %, contre une fourchette précédente de 8 % à 10 %.

En outre, pour faire face à cet environnement temporairement difficile, la société a annoncé « Power24 », avec un objectif d’environ 200 millions d’euros d’économies de coûts en 2025, avec une montée en puissance rapide en 2024.

Auteur/autrice