Perte gérée par l’industrie reçoit plus de 5 milliards dans l’addendum approuvé par la CE

MADRID, 5 oct. (CALPA PARIS) –

Les projets stratégiques de récupération et de transformation économique (Perte) gérés par le ministère de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme recevront plus de 5 000 millions d’euros dans le cadre de l’addendum au Plan de récupération, de transformation et de résilience de l’Espagne, récemment approuvé, comme l’a indiqué jeudi le département dirigé par Héctor Gómez.

Concrètement, l’avenant prévoit une subvention supplémentaire de 93,5 milliards d’euros et une augmentation de 1,25 milliard d’euros du Projet stratégique pour la récupération et la transformation économique du véhicule électrique et connecté (Perte VEC), dont 1 milliard d’euros sous forme de prêts et 250 millions d’euros sous forme de subventions.

Dans la même logique, cette nouvelle dotation sera gérée dans le cadre d’un troisième appel à Perte VEC au début de l’année 2024.

L’Industrial Decarbonisation Grant bénéficie également de l’addendum, avec une enveloppe de 2,72 milliards d’euros, 1,7 milliard en prêts et 1,02 milliard en subventions.

Plus précisément, l’appel pour la première ligne d’aide, visant une action globale en faveur de la décarbonisation, devrait être publié ce mois-ci et sera doté de 1 000 millions d’euros.

Le ministère a également souligné qu’il travaillait sur une quatrième ligne d’aide pour le développement de nouvelles installations manufacturières hautement efficaces et décarbonées, qu’il espère lancer avant la fin de l’année.

En ce qui concerne la subvention à l’industrie agroalimentaire, l’addendum comprend 610 millions d’euros (460 millions en prêts et 150 millions en subventions) pour la modernisation, la durabilité et la transformation numérique du secteur agricole, en promouvant des aspects tels que la traçabilité des aliments et l’automatisation des processus industriels.

A lire aussi  Fernando Candela prend temporairement la direction de la compagnie aérienne à partir de lundi, suite au départ de Sánchez-Prieto.

Enfin, le Perte Salud de Vanguardia, géré par plusieurs ministères, tels que la Santé, la Science et l’Industrie, disposera de 830 millions d’euros.

Pour le ministre de l’industrie, du commerce et du tourisme par intérim, Héctor Gómez, l’approbation de l’avenant donnera un coup de fouet à la nouvelle révolution industrielle dans laquelle l’Espagne est déjà plongée.

Il a également souligné que la puissance de l’investissement et l’élan réformateur « sont sans précédent » grâce aux fonds européens, qui apporteront sécurité et croissance à l’économie espagnole dans des années marquées par des défis communs.

Grâce à l’avenant, 8 000 millions d’euros seront également acheminés par le biais de la nouvelle « Línea ICO Empresas y Emprendedores », qui servira à financer des investissements dans le tissu entrepreneurial à des conditions favorables.

Ces prêts permettront de répondre aux besoins de financement des entreprises et d’atténuer les effets potentiels du resserrement des conditions d’accès au crédit, en maintenant le flux de financement.

1 MILLIARD POUR LE PLAN TURIMPULSA

Dans le cadre de la ligne ICO Empresas y Emprendedores, le secteur du tourisme disposera d’un compartiment de 1 000 millions d’euros pour le plan Turimpulsa, que le ministre Héctor Gómez a présenté au secteur en juin dernier.

En ce sens, la ligne fournira un financement aux entreprises touristiques de manière complémentaire au financement conventionnel afin qu’elles puissent réaliser leurs projets d’investissement.

Au total, le plan de relance mobilisera jusqu’à 163 milliards d’euros au cours de la période 2021-2026, soit plus de 12 % du produit intérieur brut (PIB) de l’Espagne, en plus des 36,7 milliards d’euros provenant des fonds structurels du cadre financier pluriannuel 2021-2027.

A lire aussi  BBVA nomme Juan Blasco à la tête de son activité de crédit et lance un espace de solutions personnalisées

Avec l’addendum, 69 étapes et objectifs sont mis à jour, en réponse aux changements objectifs de la situation économique et aux demandes des communautés autonomes, afin de permettre la mise en œuvre complète des fonds de l’UE de nouvelle génération et de garantir ainsi leur impact.

Auteur/autrice