Renfe fera ses débuts en France avec des billets à partir de 29 euros de Madrid à Marseille et 19 euros de Barcelone à Lyon.

Son président estime que la coexistence du train et de l’avion peut se faire sans conflit.

MADRID, 14 juin (CALPA PARIS) –

Renfe lancera bientôt ses services en France avec des prix à partir de 29 euros sur la ligne Madrid-Marseille et de 19 euros sur la ligne Barcelone-Lyon, réduisant à 9 euros les trajets qui relieront les villes françaises.

Le président de l’entreprise publique, Raül Blanco, a annoncé lors d’une conférence de  » Cinco Días  » les grandes lignes de la politique tarifaire qui sera mise en œuvre avec son arrivée en France, pays dans lequel, avec ces prix, elle souhaite devenir un opérateur de référence, en concurrence directe avec l’entreprise nationale SNCF, qui opère déjà en Espagne par le biais de Ouigo.

« Avec cette politique déterminée, déterminée à entrer en France dans ce cas, nous avons un objectif clair, qui est d’atteindre Paris, mais aussi avec l’intention de profiter de toutes les opportunités que ce changement offre », a déclaré Blanco.

Le directeur a avancé que l’inauguration de ces lignes se fera « prochainement, dans quelques semaines », car il ne reste plus qu’à régler les derniers détails techniques : « cela prendra très peu de temps », a-t-il déclaré à ce sujet.

Blanco a indiqué que la libéralisation était le principal défi actuel de l’entreprise, auquel elle répondra par des actions de renforcement interne et externe, en maintenant les niveaux de qualité, de ponctualité, d’investissement (245 millions au cours des cinq dernières années), de capital humain (elle dispose déjà d’un effectif de 16 000 personnes dont l’âge moyen est de 44 ans, soit cinq ans de moins qu’en 2018) et de numérisation.

A lire aussi  Le "Guide de recommandations pour la conception d'infrastructures cyclables" vise à promouvoir la sécurité des cyclistes.

« Il s’agit d’une libéralisation très compétitive dans sa phase initiale, ce qui est bon pour l’économie et pour les utilisateurs, mais pour l’entreprise en place (Renfe), c’est un grand défi. Le processus est curieux, car nous sommes en concurrence avec les monopoles publics des pays voisins (SNCF et Trenitalia) », a-t-il ajouté.

Pour cette raison, elle vise également à gagner des parts de marché au niveau international, ce pour quoi elle a déjà créé sa filiale Renfe Proyectos Internacionales afin de consolider les projets déjà en cours, tels que Leo Express en Europe centrale et orientale, en Arabie avec le projet Haramain (qui compte déjà plus de 800 000 passagers) et en France.

LIMITATION DES VOLS

En ce qui concerne la coexistence entre le train et l’avion, le président de Renfe a opté pour l’intermodalité entre les deux moyens de transport : « La combinaison des différents modes avec l’avion, surtout en offrant plus de routes, peut se faire sans arriver à un conflit ».

Dans ce sens, il a mentionné certaines alliances intermodales comme celle signée avec Iberia pour alimenter les liaisons régionales de Renfe avec des vols internationaux ou avec Costa Cruceros pour faire la même chose mais dans le domaine maritime.

Quoi qu’il en soit, M. Blanco a souligné que dans les pays où des mesures ont été prises dans ce domaine pour les vols court-courriers, comme la France, elles n’ont concerné que 5 % des vols, qui en outre n’étaient plus exploités ou étaient en déclin, de sorte qu’il estime qu’il s’agit davantage d’une « mesure esthétique à l’impact relatif ».

A lire aussi  Le PP s'engage auprès de l'association des employeurs à étudier la réduction de la TVA pour les installations sportives.

Auteur/autrice