Selon DBRS, la trajectoire fiscale et économique de l’Espagne sera très similaire quel que soit le vainqueur du 23 juin.

MADRID, 21 juil. (CALPA PARIS) –

La composition du prochain gouvernement espagnol après les élections du 23 juillet ne devrait pas impliquer de changement substantiel dans les trajectoires fiscales et économiques du pays, bien que les priorités des différentes administrations possibles puissent changer de manière significative en fonction du résultat des élections, selon l’agence DBRS.

Selon le cabinet canadien, le risque d’un changement de politique perturbateur à la suite des élections est atténué par plusieurs facteurs, notamment le rétablissement des règles budgétaires à partir de 2024, l’engagement des principaux partis politiques en faveur de la viabilité budgétaire et du cadre budgétaire de l’UE, ainsi que les incitations fournies par les fonds européens NextGen.

« Indépendamment de la composition du prochain gouvernement, la trajectoire d’assainissement progressif des finances publiques de l’Espagne sera soutenue par la réactivation des règles budgétaires de l’UE, qui limitera la marge de manœuvre budgétaire de la prochaine administration, ainsi que les risques de dérapages budgétaires au cours de la prochaine législature, en plus de l’engagement du PP et du PSOE en faveur de la viabilité des finances publiques et du cadre budgétaire de l’UE.

En effet, pour DBRS, alors que les priorités du gouvernement pourraient changer de manière significative après les élections, les trajectoires fiscales et économiques de l’Espagne « resteront largement similaires pour au moins les deux prochaines années ».

À cet égard, elle rappelle que les défis fiscaux et économiques restent largement structurels, et qu’il est donc peu probable qu’ils changent radicalement à court terme.

En tant que tel, il note que, alors que le PP pourrait être plus enclin à un contrôle plus strict de la croissance des dépenses conduisant à une politique fiscale plus stricte, on s’attend à ce qu’un gouvernement PP-Vox utilise toute marge fiscale disponible pour réduire les impôts, ainsi que pour revoir les taxes temporaires sur les entreprises énergétiques, les banques et les personnes fortunées introduites par le gouvernement actuel.

A lire aussi  Booking lance un nouveau planificateur de voyage basé sur l'IA

En ce qui concerne Vox, il prévient que les positions du parti sur l’immigration, les politiques d’égalité des sexes et la transition climatique pourraient conduire à de nouveaux différends avec l’UE, bien qu’il pense que la direction du PP adoucirait les initiatives politiques sur ce front et modérerait sa rhétorique, sans exclure le risque que des affrontements internes au sein d’une hypothétique alliance PP-Vox compliquent l’élaboration des politiques et conduisent à l’instabilité du gouvernement.

D’autre part, DBRS considère que si le PSOE parvient à conserver le pouvoir, il faut s’attendre à une large continuité des politiques, visant principalement à renforcer l’État providence, y compris la protection du pouvoir d’achat des pensions et le renforcement du système de santé publique, tandis que l’augmentation des recettes fiscales en pourcentage du PIB pour atteindre les niveaux de la zone euro restera importante.

« Dans l’ensemble, nous ne prévoyons pas de différences significatives en termes de trajectoires fiscales au cours de la prochaine législature, bien que les priorités des gouvernements puissent être très différentes », résume l’agence.

A cet égard, elle souligne qu’au cours des deux prochaines années, la performance fiscale du pays continuera d’être largement tirée par la reprise cyclique et la suppression des mesures destinées à faire face au choc énergétique et inflationniste, à moins que le prochain gouvernement ne s’engage à procéder à un ajustement fiscal plus important.

PROBLÈMES STRUCTURELS.

« Indépendamment de l’issue politique, le prochain gouvernement sera confronté aux mêmes problèmes structurels clés », conclut l’agence de notation, qui souligne l’importance de reconstituer les réserves budgétaires et de réduire le niveau élevé de la dette publique, en particulier dans un contexte de coûts de financement plus élevés et d’augmentation des dépenses liées au vieillissement de la population.

A lire aussi  Barclays réduit son bénéfice du troisième trimestre de 16 % et propose des réductions de coûts

De même, d’un point de vue économique, la résolution des problèmes liés à la faible productivité et au taux de chômage élevé de l’Espagne, ainsi que l’amélioration de la résilience de son économie, continueront également à poser des défis.

D’autre part, DBRS note que la politique fragmentée et polarisée de l’Espagne pourrait compliquer la formation d’une majorité cohérente, avertissant que si les partis ne parviennent pas à un accord et que des élections anticipées sont convoquées, « cela pourrait entraîner des retards dans la mise en œuvre des réformes » du plan de relance de l’Espagne et limiter la marge de manœuvre du gouvernement en place.

Auteur/autrice