Selon Fotocasa, 5 % des propriétaires de logements vides pourraient être sanctionnés par la surtaxe IBI.

MADRID, 19 juil. (CALPA PARIS) –

Les 5% de propriétaires de logements vides pourraient être sanctionnés par la surtaxe de l’Impôt sur les Biens Immobiliers (IBI) dans leur mairie, selon les données de Fotocasa Research, qui considère ce pourcentage comme « très minoritaire » et qui note à son tour que les mesures à caractère « punitif » ne recueilleraient pas les effets souhaités d’expansion massive de l’offre.

Fotocasa a rappelé que l’une des mesures incluses dans la loi sur le droit au logement est une surtaxe sur l’IBI pouvant aller jusqu’à 150 % pour les logements inoccupés de manière permanente, de manière continue pendant une période de deux ans ou plus et sans motif valable.

En outre, en Espagne, 60 % des personnes âgées de plus de 18 ans sont propriétaires d’un logement, tandis que 3 % des propriétaires ont un logement vide.

Selon Fotocasa, sur ces 3 % de particuliers, tous n’auraient pas à assumer la surtaxe IBI, puisque la réglementation exige que le logement soit vide depuis au moins deux ans et que ce soit pour des raisons injustifiées.

Pour cette raison, le portail immobilier a souligné que si l’on prend en compte uniquement les propriétaires d’une propriété vide (3 %), il n’y a que 5 % qui remplissent toutes les conditions pour être affectés par cette pénalité fiscale.

Par conséquent, le portail immobilier a expliqué que ce qui génère ce type de réglementation sur le marché est un climat de « méfiance » à l’égard de l’administration.

La directrice des études et porte-parole de Fotocasa, María Matos, a souligné que la principale formule qui peut inciter les propriétaires de logements inhabités à les mettre sur le marché « est l’offre d’une sécurité juridique qui contribue à apaiser les principales inquiétudes de ces personnes », parmi lesquelles figurent l’occupation, la perte de bénéfices ou le vol dans leur logement.

A lire aussi  Les accords signés cette année prévoient une augmentation moyenne des salaires de 4,27 % jusqu'en septembre, ce qui est supérieur à l'IPC.

Concrètement, un propriétaire sur deux d’un logement vide craint qu’il soit occupé (49%), tandis que 38%, par exemple, ont indiqué que leur préoccupation est le coût d’entretien d’un logement qui ne génère aucun profit, tandis que 35% craignent les cambriolages.

Auteur/autrice