Selon UBS et Credit Suisse, la richesse mondiale a diminué de 2,4 % en 2022, sa première baisse depuis 2008.

Toutefois, ils prévoient une augmentation de 38 % d’ici 2027, pour atteindre 629 000 milliards de dollars (575 000 milliards d’euros).

MADRID, 15 août (CALPA PARIS) –

Le patrimoine privé net mondial a reculé de 2,4 % en 2022 pour s’établir à 454 400 milliards de dollars (415 600 milliards d’euros). Il s’agit de la première année de baisse de ces chiffres depuis 2008, selon la quatorzième édition du « Global Wealth Report » lancé conjointement par UBS et le Credit Suisse.

Selon les explications du rapport, cette baisse est due à l’appréciation du dollar américain par rapport à de nombreuses autres devises, tandis que les actifs financiers ont également contribué à ces mauvaises données.

Les régions ayant subi les plus fortes pertes de richesse sont l’Amérique du Nord et l’Europe, qui ont perdu ensemble environ 10 900 milliards de dollars (9 900 milliards d’euros), tandis que l’Amérique latine a augmenté sa richesse de 2 400 milliards de dollars (2 190 milliards d’euros), grâce à une appréciation moyenne de 6 % de sa monnaie par rapport au dollar américain.

Le rapport prévoit également que la richesse mondiale augmentera de 38 % au cours des cinq prochaines années, pour atteindre 629 000 milliards de dollars (575 000 milliards d’euros) d’ici 2027, grâce à la croissance des marchés à revenus moyens.

L’économiste et auteur du rapport Anthony Shorrocks a souligné que la baisse de la richesse en 2022 était due à une forte inflation et à l’appréciation du dollar par rapport à d’autres monnaies.

En termes de richesse par adulte, la Suisse est en tête de liste, suivie des États-Unis et de la RAS de Hong Kong.

A lire aussi  Intrum achète 100 % de Haya Real Estate pour 140 millions d'euros

Auteur/autrice