Vodafone va supprimer 11 000 emplois sur trois ans et procéder à une révision stratégique en Espagne

Le bénéfice net annuel de Vodafone a grimpé à 11,838 milliards grâce à la vente de Vantage Towers

MADRID, 16 mai (CALPA PARIS) –

L’opérateur de télécommunications britannique Vodafone a annoncé son intention de supprimer 11 000 emplois en Europe sur trois ans afin de simplifier l’organisation de l’entreprise, qui va entreprendre un plan de restructuration en Allemagne et une révision stratégique en Espagne.

« Notre performance n’a pas été assez bonne », a reconnu Margherita Della Valle, PDG de Vodafone, lors de la présentation des comptes annuels de l’opérateur.

Bien que Vodafone ait enregistré un bénéfice net attribuable de 11,838 milliards d’euros à la fin de son exercice, contre 2,237 milliards d’euros l’année précédente, la société a souligné que ses comptes reflètent l’impact positif extraordinaire de la vente de Vantage Towers.

Ainsi, l’excédent brut d’exploitation (Ebitda) corrigé de la marge locative s’élève à 14,665 milliards d’euros, soit 3,6 % de moins que l’année précédente.

De même, le chiffre d’affaires de Vodafone pour l’année s’est élevé à 45,706 milliards d’euros, en hausse de 0,3%, dont une baisse de 2,4% au dernier trimestre de son année fiscale à 11,138 milliards.

Sur ce chiffre d’affaires, les revenus des services de Vodafone pour l’année se sont élevés à 37,969 milliards d’euros, en baisse de 0,6 %, avec une baisse de 3,2 % au quatrième trimestre de son année fiscale, à 9,242 milliards d’euros.

Par marché, les revenus des services de Vodafone en Allemagne ont baissé de 1,6% à 11,433 milliards pour l’année, tandis qu’en Italie ils ont baissé de 2,9% à 4,251 milliards et de 5,4% en Espagne à 3,514 milliards. Les recettes au Royaume-Uni se sont élevées à 5 358 millions, soit une augmentation de 4 %.

A lire aussi  Lotte Energy pourrait doubler son investissement dans l'usine de Tarragone, pour le porter à 1,2 milliard d'euros.

L’opérateur a également déclaré que les revenus de la société ont augmenté de 0,1 % dans le reste de l’Europe pour atteindre 5,005 milliards d’euros, tandis qu’ils ont augmenté de 4,6 % dans le cas de Vodacom pour atteindre 4,849 milliards.

Entre-temps, la dette nette de Vodafone à la fin de l’année est tombée à 33,375 milliards d’euros, contre 41,578 milliards d’euros l’année précédente.

« Vodafone doit changer », a déclaré M. Della Valle, pour qui les priorités sont les clients, la simplicité et la croissance. « Nous allons simplifier notre organisation, en éliminant la complexité pour retrouver notre compétitivité », a-t-il déclaré.

L’entreprise a ainsi annoncé son intention de procéder à une réduction des fonctions en Europe sur une période de trois ans, affectant 11 000 emplois, afin de simplifier à la fois le siège et les marchés locaux.

Elle a également annoncé qu’elle mettrait en œuvre un plan de restructuration en Allemagne et qu’elle procéderait à une révision stratégique en Espagne.

« Nous serons une organisation plus légère et plus agile, afin d’accroître notre agilité commerciale et de libérer des ressources », a expliqué l’entreprise, qui concentrera ses ressources sur un portefeuille de produits et de zones géographiques qui ont la bonne taille pour assurer la croissance et la rentabilité à long terme.

Auteur/autrice