Santander a enregistré un bénéfice record de 8 143 millions d’euros, en hausse de 11 %.

Le bénéfice de l’Espagne a augmenté de 68 % pour atteindre 1 854 millions d’euros.

MADRID, 25 (CALPA PARIS)

Santander a obtenu un bénéfice attribuable record de 8 143 millions d’euros au cours des neuf premiers mois de 2023, soit 11 % de plus en euros courants (13 % de plus en euros constants) qu’au cours de la même période de l’année précédente, grâce à la forte croissance des revenus, en particulier en Europe et au Mexique, qui a neutralisé l’augmentation des provisions, selon les informations transmises mercredi à la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV).

Il convient de noter que ce bénéfice tient déjà compte de l’impact de 224 millions d’euros dû à l’impôt temporaire imposé en Espagne sur les revenus bancaires. Santander, comme d’autres banques, a pris en compte cet impact dans les résultats du premier trimestre.

Si l’on ne prend en compte que le troisième trimestre, le bénéfice attribuable a augmenté de 26 % (20 % de plus en euros courants) par rapport au troisième trimestre 2022, à 2.902 millions d’euros.

Le revenu brut a augmenté de 13% à 43,095 millions d’euros, après avoir augmenté le nombre de clients de neuf millions, portant le total à 166 millions. La banque explique que la reprise de l’activité des clients et des taux d’intérêt a conduit à une augmentation de 16% des revenus nets d’intérêts à 24.134 millions d’euros, grâce à l’augmentation des volumes dans certains pays, à la hausse des taux d’intérêt et à la gestion des marges.

De même, les commissions nettes ont augmenté de 6 % pour atteindre 9 222 millions d’euros, grâce aux ventes de produits à valeur ajoutée, en particulier dans les activités mondiales. Ces activités, ainsi que PagoNxt et le financement automobile, ont représenté 38% des revenus totaux et 42% des revenus de commissions. En outre, les revenus d’intérêts nets et les revenus de commissions représentent 96 % des revenus totaux du groupe.

La banque note que la croissance de 13 % des revenus a dépassé l’augmentation de 10 % des coûts, ce qui a conduit à une amélioration de 1,5 p.p. du ratio coûts/revenus à 44,0 %. Les dépenses se sont élevées à 18.961 millions, dont 10.080 millions de frais de personnel, soit 13% de plus que pour la même période de 2022. Les coûts en termes réels, c’est-à-dire en excluant l’impact de l’inflation moyenne, ont diminué de 0,5 %.

A lire aussi  Les PME sont à l'origine de la reprise des voyages d'affaires au cours du premier semestre 2023

Les provisions ont augmenté de 21% en glissement annuel, une hausse attendue par la banque suite à l’augmentation des taux d’intérêt et de l’inflation, à la normalisation aux États-Unis et à la couverture plus élevée du portefeuille hypothécaire en francs suisses en Pologne.

Le ratio NPL s’est établi à 3,13 %, en légère hausse par rapport à juin et septembre 2022. Le coût du risque à la fin du troisième trimestre était de 1,13 %, en dessous de l’objectif pour l’ensemble de l’année, et des marchés comme le Brésil ont amélioré cet indicateur pour le deuxième trimestre consécutif.

Le ratio de couverture des liquidités du groupe a légèrement augmenté pour atteindre 161 %. En septembre 2023, le coussin de liquidité dépassera 331 milliards d’euros, dont 210 milliards d’euros de liquidités, ce qui équivaut à plus de 20 % de la base de dépôts de la banque.

Le ratio de capital CET1 « entièrement chargé » a augmenté à 12,3 %, au-dessus de l’objectif de capital du groupe, grâce à une forte génération de capital organique brut (+45 points de base), qui a compensé les charges pour un futur paiement de dividendes en espèces correspondant aux résultats de 2023, les rachats d’actions en cours et d’autres impacts.

La distribution de Santander a été portée de 40 % à 50 % du bénéfice net attribuable au groupe cette année, dont environ 50 % sous forme de dividendes en espèces et 50 % sous forme de rachats d’actions.

Le rendement des capitaux propres corporels (RoTE) a augmenté de 1,3 point de pourcentage pour atteindre 14,8 %, tandis que le bénéfice par action (EPS) a augmenté de 17 % pour atteindre 48 cents. La valeur comptable tangible (TNAV) par action à la fin du troisième trimestre était de 4,61 euros. Compte tenu du dividende en numéraire versé en mai dernier sur les résultats de 2022 et du premier dividende intérimaire sur les bénéfices de 2023 qui sera versé en novembre, la valeur créée pour les actionnaires (VLT par action plus dividende par action) équivaut à plus de 8 milliards d’euros, indique la banque.

A lire aussi  UnitedHealth a gagné 9,864 milliards d'euros au premier semestre 2023, soit une hausse de 9,8 %.

La banque se dit ainsi « en bonne voie » pour atteindre les objectifs fixés pour 2023, à savoir une croissance à deux chiffres des revenus, un RoTE supérieur à 15 %, un ratio d’efficacité compris entre 44 % et 45 %, un ratio de fonds propres CET1 entièrement chargé supérieur à 12 % et un coût du risque inférieur à 1,2 %.

La présidente de Banco Santander, Ana Botín, a déclaré qu’il s’agissait d’un nouveau trimestre « record ». « Cette année, nous avons déjà augmenté la valeur comptable tangible (VCT) plus le dividende par action de 12 % et le dividende en espèces par action de 39 % par rapport à l’année précédente. Dans un environnement de plus en plus incertain, la force de notre modèle et de nos équipes est encore plus évidente. Je suis convaincu que nous atteindrons nos objectifs pour 2023 sur la base de la dynamique positive que nous portons et que nous prévoyons de poursuivre en 2024 », a-t-il déclaré.

BAISSE DE 2% DES PRÊTS

Les fonds des clients ont augmenté de 5 %, avec des dépôts en hausse de 4 %, grâce à la croissance des clients de détail et de Corporate &amp ; Investment Banking (Santander CIB). Santander a noté que les clients ont continué à utiliser, au cours des neuf premiers mois de 2009, les services de la banque de détail.
Santander a indiqué que les clients ont continué à utiliser les dépôts excédentaires pour amortir la dette, en particulier les prêts hypothécaires. Pour cette raison, ainsi qu’une baisse de la demande sur certains marchés en raison de taux d’intérêt plus élevés, le volume du total des prêts a diminué de 2 %, bien que le crédit à la consommation ait augmenté de 7 %.

A lire aussi  Les députés approuvent le nouvel accord de pêche UE-Maurice, qui augmente les captures de thon pour l'Europe

En conséquence, le ratio des prêts sur les dépôts s’élevait à 100 % à la fin du mois de septembre, contre 108 % en septembre 2022.

La banque indique également que son portefeuille de prêts et de dépôts est « très diversifié » dans tous les secteurs d’activité et toutes les zones géographiques, tandis que les dépôts conservent une structure « stable » : environ 75 % sont transactionnels et plus de 80 % des dépôts des particuliers sont assurés par des systèmes de garantie des dépôts.

L’EUROPE ET LE MEXIQUE SE TIRENT D’AFFAIRE

Par marchés, Santander a souligné la « forte croissance » en Europe au cours des neuf premiers mois, qui a plus que compensé l’augmentation des provisions en Amérique du Nord et du Sud. L’activité européenne a généré des bénéfices de 4.176 millions d’euros, soit 49% de plus, avec des revenus nets d’intérêts en hausse de près de 37% à 9.555 millions d’euros.

L’Europe a représenté 45% du bénéfice, contre 25% en Amérique du Sud, 21% en Amérique du Nord et 9% pour Digital Consumer Bank.

En outre, l’Espagne est en tête des bénéfices par pays, avec 1 854 millions d’euros, soit 68 % de plus qu’au cours de la même période de 2022, tandis que le Brésil a gagné 30 % de moins, à 1 426 millions d’euros, en raison de coûts plus élevés liés à l’inflation et aux provisions.

L’activité au Royaume-Uni a gagné 1 243 millions d’euros, en hausse de 9 %, tandis que le Mexique a augmenté ses bénéfices à 1 163 millions d’euros, en hausse de 19 %. En revanche, les Etats-Unis ont connu une baisse de 41% à 865 millions d’euros, en raison de la normalisation des provisions pour le commerce de détail et de la nature saisonnière de l’activité automobile.

Le bénéfice de Santander CIB a augmenté de 22% à 2.680 millions d’euros, grâce à une croissance à deux chiffres des revenus dans toutes les régions et dans les principales lignes d’activité, en particulier dans les Amériques.

Auteur/autrice