Dans 80 % des capitales provinciales, l’effort locatif est plus élevé qu’il y a quatre ans.

MADRID, 22 juin (CALPA PARIS) –

Le pourcentage de revenu que les familles doivent dépenser pour accéder à une location de deux chambres à coucher a augmenté dans 80% des capitales provinciales espagnoles, selon une étude d’Idealista, qui analyse les taux d’effort pour le premier trimestre de 2019 et 2023.

Au niveau national, le taux a toutefois baissé de trois points de pourcentage, passant de 33% à 30%. Dans les achats, en revanche, il a augmenté de quatre points, passant de 16% à 20%.

L’étude d’Idealista montre que le pourcentage du revenu que les familles doivent dépenser pour accéder à un logement locatif a augmenté dans 42 capitales espagnoles, Valence affichant la plus forte hausse. Dans la capitale de la Communauté valencienne, il est passé d’un effort de 27% au premier trimestre 2019 à 33% à la même période de 2023, soit une hausse de six points de pourcentage.

Alicante suit avec des hausses de cinq points de pourcentage au cours des quatre dernières années, tout comme Pampelune et Barcelone, tandis que Palma, Cadix et Saint-Sébastien ont connu des hausses de quatre points dans un effort similaire.

À Cordoue et à Madrid, le taux d’effort pour payer le loyer d’un logement de deux chambres à coucher a diminué de deux points de pourcentage au cours des quatre dernières années. À Séville, Palencia et Ourense, il a à peine diminué d’un point.

Barcelone, en plus d’être l’une des villes où l’effort locatif a le plus augmenté, est celle où le taux est le plus élevé : la location d’un logement de deux chambres à Barcelone requiert 40 % du revenu familial.

A lire aussi  L'IPC français se modère à 5,1 % en mai

Elle est suivie par Palma (37%), Malaga (33%), Madrid (33%) et Valence (33%). De l’autre côté du tableau, on trouve les villes où l’effort est le plus faible : Ciudad Real (15 %), Teruel (16 %) et Palencia (17 %).

PALMA DEMANDE PLUS D’EFFORTS POUR ACHETER

En Espagne, 47 capitales provinciales ont enregistré une augmentation du taux d’effort familial pour acheter un logement par rapport à il y a 4 ans. En tête de liste se trouve Palma, étant donné qu’au premier trimestre 2019, il était nécessaire d’allouer 27% du revenu au paiement d’un versement hypothécaire, alors que dans la même période de 2023, ce pourcentage atteignait 40%, soit un total de 13 points de pourcentage de plus.

San Sebastián enregistre une situation similaire, avec une croissance de 10 points de pourcentage au cours de la même période. Viennent ensuite Grenade (avec sept points de pourcentage), Santa Cruz de Tenerife, Pontevedra, Vitoria et Malaga, avec six points dans les quatre villes.

À Madrid, l’augmentation a été de quatre points de pourcentage, tandis qu’à Barcelone, elle n’a été que d’un point. Les villes qui ont maintenu ce pourcentage sont Ourense et Ceuta, qui sont restées au même niveau qu’il y a quatre ans. En revanche, à Teruel, Palencia et Jaén, cet effort a été réduit d’un point de pourcentage.

Palma et San Sebastián sont les deux seules villes où l’effort familial pour payer l’échéance du prêt hypothécaire dépasse 33%, atteignant 40% dans le cas de Palma et 36% dans celui de Donostia.

A lire aussi  M. Sánchez met en garde contre un "risque" juridique et budgétaire si M. Feijóo abroge les mesures convenues avec Bruxelles

Viennent ensuite Barcelone avec 30%, Malaga avec 27% et Madrid avec 26%. A l’autre bout de la liste, on trouve Jaén avec 9%, Lleida (10%) et Teruel (11%).

Auteur/autrice