Des coureurs et des chauffeurs de taxi poursuivent Uber Eats pour « possible organisation criminelle ».

Uber se dit « pleinement conforme à la réglementation en vigueur » après avoir adapté son modèle

BARCELONE, 28 (CALPA PARIS)

Élite Taxi, RidersxDerechos et Taxi Project ont déposé une plainte contre Uber Eats pour des délits présumés de fraude, contre les travailleurs, contre les finances publiques et contre la sécurité sociale, « au sein d’une possible organisation criminelle », selon la plainte, à laquelle Europa Press a eu accès jeudi.

Le document a été présenté au Tribunal central d’instruction de l’Audience nationale et vise Uber Systems Spain et Portier Eats Spain, qui détiennent la marque Uber Eats, et s’étend aux gérants.

Dans une déclaration, les plaignants ont assuré qu’après l’entrée en vigueur de la loi sur les cavaliers, « Uber Eats a modifié son modèle : de faux indépendants, il est passé à la sous-traitance temporaire, où il a frauduleusement externalisé toute son activité à différentes entreprises ».

Ils ont affirmé que ces entreprises « imposent une rotation et une instabilité parmi les travailleurs, même si Uber Eats continue à fixer les conditions et à jouir des revenus dérivés de leur travail », et ont critiqué le fait que les travailleurs concernés sont très vulnérables.

Ils ont donc déposé une plainte « pour présomption de plusieurs délits, dont le plus important est la création d’un modèle de fraude et de profit illicite de l’entreprise, en utilisant de faux indépendants pour simuler un travail à leur profit et au détriment des travailleurs ».

2022 ACCORD

Les plaignants ont rappelé que le 13 décembre 2022, l’Audiencia Nacional a contraint Uber Eats à régulariser 4 404 employés et à leur verser des indemnités pour licenciement collectif.

A lire aussi  Les aéroports espagnols assureront 30 156 vols pendant le long week-end du Pilar, soit une hausse de 7%.

« Dans cet accord, Uber Eats reconnaît l’existence de la conduite illégale, de sorte que, en ne l’étendant pas au reste des travailleurs, c’est de là que découle la commission présumée des infractions », ont ajouté les plaignants.

GLOVO

Le 20 septembre dernier, l’Observatorio de Trabajo, Algoritmo y Sociedad – en collaboration avec la plateforme syndicale RidersxDerechos et Taxi Project 2.0 – a déposé une plainte contre Glovo pour des infractions présumées contre les finances publiques, la sécurité sociale, la fraude et les droits des travailleurs.

À l’époque, ils ont expliqué qu’il s’agissait de la première plainte pénale déposée contre l’entreprise pour avoir prétendument embauché de faux indépendants.

RÉPONSE D’UBER

Des sources d’Uber ont expliqué à Europa Press qu’elles n’étaient pas au courant du dépôt de la plainte et ont défendu le fait que l’entreprise se conforme « pleinement aux réglementations en vigueur ».

Elles ont expliqué qu’après l’entrée en vigueur de la loi Rider, le modèle a été adapté « pour garantir le contrôle total des livreurs indépendants sur leur travail ».

« Nous nous engageons à faire les choses correctement partout dans le monde et l’Espagne ne fait pas exception », ont-ils déclaré.

Uber Eats propose actuellement un modèle hybride pour les livreurs, qui leur permet de travailler pour l’une des flottes sous-traitées par l’entreprise ou en tant qu’indépendants, grâce à une plateforme sans horaires, qui permet aux livreurs de choisir leur tarif, ainsi que de décider de la commande qu’ils souhaitent passer parmi celles qui les entourent.

Auteur/autrice

A lire aussi  Le Trésor lance un appel pour 100 bourses d'un montant maximum de 7.000 euros par an pour les examens de la fonction publique.