Héctor Gómez prévoit des changements dans les flux touristiques en raison du conflit au Moyen-Orient.

Le ministre du tourisme par intérim reconnaît l’existence de « tensions » dans certaines destinations et défend le rôle de l’administration publique pour y remédier.

M. Gómez décrit les îles Baléares comme une destination de référence pour le modèle qu’elles ont développé

PALMA, 30 (CALPA PARIS)

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme par intérim, Héctor Gómez, a prédit que le conflit ouvert au Moyen-Orient entraînerait des changements dans les flux touristiques ainsi que des conséquences dans la sphère commerciale.

Héctor Gómez a participé ce lundi à Palma au Forum européen du tourisme, organisé par la Commission européenne et la Présidence espagnole du Conseil de l’Union européenne. La réunion précède la réunion informelle des ministres du Tourisme, qui se tiendra mardi.

Dans des déclarations aux médias, la ministre du Tourisme a admis que, comme la guerre en Ukraine, le conflit en Israël, bien qu’il soit trop tôt pour analyser ses effets sur le marché du tourisme, « aura évidemment des conséquences ».

Le thème central de la réunion est la durabilité sociale dans le tourisme, et elle abordera les priorités fixées pour le semestre de l’UE. À cet égard, le ministre a admis l’existence de « tensions » dans certaines destinations, mais a revendiqué le rôle des administrations publiques pour y remédier.

Dans le cas spécifique des îles Baléares, M. Gómez a souligné que la durabilité ne se mesure pas en termes de nombre de touristes et a insisté sur le fait qu’à cet égard, les flux pré-pandémiques ne sont pas dépassés, mais en termes de dépenses dans la destination. « Il y a un changement de paradigme », a-t-il déclaré.

A lire aussi  L'Espagne n'a pas encore exécuté 32 milliards des 75 milliards de fonds structurels, selon Finnova.

La tenue de la réunion informelle des ministres du tourisme à Palma a été précédée par des rassemblements et des manifestations contre la tenue du forum et de la conférence. M. Gómez a minimisé la possibilité que ces réunions augmentent le rejet de l’activité touristique et a salué les propositions présentées de manière positive.

« Il s’agit d’un forum de travail. Il s’agit d’une réunion des ministres de l’Union européenne, précisément pour analyser le tourisme, pour analyser les mesures que nous devons adopter et pour continuer à prendre les bonnes décisions afin de nous améliorer en tant que projet européen et en tant que pays », a-t-il déclaré.

RÔLE CENTRAL DANS LES POLITIQUES EUROPÉENNES

Héctor Gómez a défendu la nécessité que le tourisme devienne le contenu central des politiques de la Commission européenne et a appelé à un soutien public à l’initiative privée.

&#13 ;

« Nous comprenons que le tourisme nécessite un soutien public dans le domaine législatif pour réglementer les activités qui exigent un plus grand engagement du secteur public et, bien sûr, aussi dans l’exercice de l’investissement et la facilitation du développement durable des territoires », a-t-il ajouté.

M. Gómez a défini les îles Baléares comme une destination de référence, non seulement pour le nombre de touristes, mais aussi pour le modèle qu’elles ont développé, avec des aspects qui, selon lui,  » doivent être travaillés par les administrations « .

« Nous sommes dans un territoire leader en Espagne et en Europe dans la gestion du tourisme », a-t-il déclaré.

COMPÉTITIVITÉ ET DURABILITÉ

Sous le slogan « La dimension compétitive et durable du tourisme en Europe », le forum se concentrera sur la durabilité sociale du tourisme et abordera les priorités fixées par l’Espagne dans le domaine du tourisme à l’occasion de sa présidence du Conseil de l’UE.

A lire aussi  Renfe offre plus de 2 millions de places dans ses trains cette semaine pour le voyage aller-retour.

Des tables rondes sur l’emploi et le logement touristique seront organisées. La première table ronde discutera des progrès réalisés dans la création d’un cadre statistique consensuel pour mesurer la durabilité sociale du tourisme, ainsi que des différentes propositions d’indicateurs qui peuvent être acceptés et appliqués par une majorité de pays pour mesurer cette variable.

La deuxième table ronde traitera du logement touristique et de l’équilibre nécessaire des villes. Dans ce dialogue, les externalités et les impacts sur la coexistence dérivés de ce type d’hébergement, qui affectent principalement des aspects tels que le logement des citoyens résidents, les services et le commerce, seront discutés.

Enfin, la troisième table ronde est intitulée « Bonnes pratiques en matière d’emploi dans le tourisme durable ». Elle abordera les besoins personnels, familiaux et professionnels des travailleurs du secteur touristique, ainsi que l’aspiration légitime à concilier vie professionnelle et vie familiale et à accroître la qualité et la spécialisation de l’emploi, ainsi que les politiques publiques qui les favorisent.

Auteur/autrice