La Cour suprême décide que les entreprises recevant des fonds publics peuvent répondre à des appels d’offres publics

MADRID, 6 oct. (CALPA PARIS) –

La Cour suprême a décidé que les entreprises recevant des fonds publics peuvent participer à des appels d’offres pour l’attribution d’un marché public, en concurrence avec d’autres entités privées, sans, en principe, porter atteinte à la libre concurrence.

La troisième section de la chambre contentieuse-administrative a établi qu’il n’est possible d’exclure une entité recevant des fonds publics d’une procédure d’appel d’offres que dans le cas d’une offre anormalement basse due à la réception d’une aide d’État ou dans le cas de la réception de subventions ou d’aides qui ne sont pas conformes à la loi.

Elle précise également que le fait qu’une telle entité publique tienne une comptabilité séparée pour ses activités de coopérateur économique sur le « marché privé » et ses autres activités est un élément pertinent pour exclure l’existence d’une aide faussant la concurrence.

La Chambre répond ainsi à la question de savoir si la participation à l’appel d’offres d’un marché par une partie bénéficiant de dotations budgétaires représentant plus de 80% de ses ressources place le soumissionnaire dans une situation avantageuse incompatible avec le principe de libre concurrence dans les marchés publics, par rapport à d’autres opérateurs économiques privés.

L’arrêt, présenté par le juge Diego Córdoba, confirme l’attribution à l’Institut Cartografic i Geologic de Cataluya (ICGC), une entreprise publique catalane, d’un contrat pour l’obtention d’images aériennes dans 28 municipalités de Galice pour l’élaboration de la cartographie des plans municipaux de base.

L’ICGC a présenté son offre et s’est vu attribuer un lot, mais une entreprise également soumissionnaire a fait appel de la décision d’exclure les offres de l’Institut.

A lire aussi  La négociation des actions Evergrande est suspendue à Hong Kong après l'assignation à résidence du président

Le tribunal administratif des marchés publics de la Communauté autonome de Galice a rejeté le recours au motif que cette entité pouvait participer à l’appel d’offres et se voir attribuer le contrat en tant qu' »opérateur économique » et qu’elle ne pouvait être exclue au motif qu’elle détenait une participation publique importante. Cette décision a fait l’objet d’un recours devant la Haute Cour de justice de Galice qui, dans son arrêt, a confirmé la décision administrative.

Auteur/autrice