La décarbonisation stimulera les investissements dans l’exploitation minière, le raffinage et la fonderie, qui atteindront 3,7 billions de dollars d’ici à 2030

Selon McKinsey, la transition vers des matériaux sans émissions pourrait créer de 300 000 à 600 000 emplois qualifiés

MADRID, 6 sept. (CALPA PARIS) –

La décarbonisation des matériaux transformera radicalement les chaînes d’approvisionnement mondiales, de sorte que les investissements dans l’exploitation minière, le raffinage et la fonte augmenteront de 3 000 à 4 000 milliards de dollars (2 800 à 3 700 milliards d’euros) d’ici à 2030.

C’est l’une des conclusions d’un nouveau rapport de Mckinsey qui analyse la transition vers des matériaux à émissions nettes nulles et ses implications pour les chaînes d’approvisionnement. Selon l’étude, les investissements dans ces domaines augmenteront à un rythme annuel compris entre 300 et 400 milliards de dollars (279,166 et 372,190 milliards d’euros).

Non seulement l’investissement dans les matériaux augmentera, mais la capacité de travail devra également augmenter de 300 000 à 600 000 professionnels qualifiés du secteur minier. Selon McKinsey, 200 à 500 gigawatts (GW) d’électricité supplémentaires devront être mis en service pour alimenter ces actifs d’ici 2030. On estime que cela équivaut à 5 à 10 % de la capacité estimée d’énergie solaire et éolienne d’ici à 2030.

« DES CHANGEMENTS TECHNOLOGIQUES « SANS PRÉCÉDENT

Alors que l’économie s’oriente vers la décarbonisation pour devenir exempte d’émissions, des changements technologiques seront nécessaires dans toutes les industries à une vitesse « sans précédent », selon le texte.

Ces technologies nécessitent généralement plus de matériaux physiques pour la même performance par rapport à leurs homologues conventionnels pendant la phase de construction. Par exemple, comme l’indique le rapport, les véhicules électriques à batterie (BEV) sont généralement 15 à 20 % plus lourds que les véhicules à moteur à combustion interne (ICE) et deviendront donc un facteur clé de la demande de matériaux dans les décennies à venir.

A lire aussi  L'association patronale Arte nomme Ana López-Casero à sa présidence

En effet, le cabinet de conseil affirme que l’offre de nombreux minéraux et métaux intégrés dans les technologies clés à faible émission de carbone sera confrontée à des pénuries d’ici à 2030. Alors que certains matériaux, comme le nickel, pourraient connaître des pénuries modérées d’environ 10 à 20 %, d’autres, comme le dysprosium, un matériau magnétique utilisé dans la plupart des moteurs électriques, pourraient connaître des pénuries allant jusqu’à 70 % de la demande.

CONCENTRATION DE L’OFFRE

Le rapport souligne qu’une forte concentration de l’offre de minéraux et de métaux est susceptible d’être observée dans plusieurs pays, par exemple la Chine (éléments de « terres rares »), la République démocratique du Congo (cobalt) et l’Indonésie (nickel).

L’étude note également qu’en combinaison avec un paysage réglementaire de plus en plus régionalisé, comme le montrent la loi américaine sur la réduction de l’inflation et le plan industriel Green Deal de l’UE, ces approvisionnements concentrés pourraient affecter l’accès régional aux matériaux dans certaines zones, même lorsque le marché mondial est équilibré.

Du côté de la demande, le rapport note que les industries en aval devront réorienter leurs modèles de demande vers des technologies éprouvées qui nécessitent moins de matériaux ou qui ont besoin de matériaux différents dont l’approvisionnement est moins limité.

Cela pourrait impliquer d’étudier les options de substitution des matériaux qui sont limités à long terme ou que l’on trouve dans une région particulière. En termes d’innovation, Bruno Esgalhado, partenaire de McKinsey &amp ; Company, estime que « les investissements dans l’innovation en matière de matériaux et de technologies de pointe devraient être accrus, en particulier dans les technologies liées aux énergies renouvelables, au stockage de l’énergie et à l’hydrogène, ainsi qu’aux solutions circulaires ou aux matériaux de la prochaine génération ».

A lire aussi  Le groupe SEPI gagne 43 millions en 2022, soit 73% de moins, et ajoute sa deuxième année consécutive de bénéfices.

MEILLEURES PRATIQUES DE RECYCLAGE

Du côté de l’offre, l’étude indique que les investisseurs pourraient envisager de se concentrer sur l’amélioration des pratiques de recyclage pour les nouveaux matériaux, tels que les minéraux de terres rares, ainsi que sur des solutions innovantes pour accroître la performance des actifs existants.

Les politiques pourraient faciliter l’expansion de l’offre en rationalisant les procédures d’autorisation pour le développement de nouveaux actifs. L’étude note que les politiques pourraient également permettre une évolution de la demande vers des technologies alternatives en garantissant des conditions de concurrence équitables entre les différentes options technologiques, ainsi qu’en préservant la sécurité de l’approvisionnement au niveau régional et la compétitivité de l’industrie.

David Gonzalez, associé principal de MacKinsey &amp ; Company, note qu’en tant que première étape pour atténuer les risques et tirer profit des « énormes opportunités » présentées par la transition des matériaux, il sera essentiel pour les gouvernements et les entreprises de maintenir ou de renforcer leur compréhension de la dynamique de la chaîne d’approvisionnement mondiale des matériaux et des scénarios potentiels à long terme.

Pour les administrations publiques, par exemple, cela pourrait aider à faire la lumière sur la sécurité de l’approvisionnement et à sauvegarder la compétitivité à long terme des industries locales. Pour les entreprises, il peut servir de base à une action décisive pour se positionner en tant que leaders de l’industrie dans les années à venir.

McKinsey prend note de ces recommandations en gardant à l’esprit qu’il existe un risque que l’approvisionnement en matériaux ne se développe pas à la vitesse nécessaire. L’étude conclut que l’énergie et les matériaux sont étroitement liés et que, par conséquent, le monde devra également opérer une transition vers les matériaux pour réaliser ses ambitions en matière d’émissions nettes nulles.

A lire aussi  La coopérative CLUN (Feiraco et Clesa) dépasse les 240 millions de chiffre d'affaires, soit 27,4% de plus qu'en 2022.

Auteur/autrice