La dépense moyenne par ménage atteindra 31 568 euros en 2022, soit 7,9 % de plus, et dépassera les niveaux d’avant la pandémie.

Les restaurants et hôtels, les loisirs et la culture, et les transports, où la dépense moyenne par ménage a le plus augmenté.

MADRID, juin 28 (CALPA PARIS) –

La dépense moyenne par ménage a atteint 31 568 euros en 2022, soit une augmentation de 7,9% par rapport à 2021, et dépasse pour la première fois les niveaux pré-pandémiques, avec une augmentation de 4,4% par rapport à 2019, selon l' »Enquête sur le budget des ménages » publiée mercredi par l’Institut national de la statistique (INE).

En termes constants, c’est-à-dire en éliminant l’effet des prix, la dépense moyenne par ménage a augmenté de 2% en 2022. Cependant, elle n’a pas atteint les niveaux d’avant la pandémie, se situant 3,2 % en dessous de celle de 2019.

Parallèlement, la dépense moyenne par personne s’établit à 12 780 €, en hausse de 8,5 % par rapport à 2021. La variation, sans tenir compte de l’effet des prix, a été de 2,5 %, selon les statistiques.

Ainsi, la dépense totale de tous les ménages résidant en Espagne, mesurée en termes courants, a augmenté de 8,9 %, tandis qu’en termes constants, elle a enregistré une hausse de 2,9 %.

AUGMENTATION DES DÉPENSES POUR LE LOGEMENT, L’EAU, L’ÉLECTRICITÉ, LE GAZ ET LES COMBUSTIBLES

En termes de répartition des dépenses des ménages, la part la plus importante était concentrée sur le logement, l’eau, l’électricité, le gaz et les autres combustibles, les dépenses représentant près d’un tiers du budget total des ménages (32,4%).

A lire aussi  Le PP accuse M. Sánchez de partir en vacances alors que l'économie "va comme une moto, mais vers la falaise".

Viennent ensuite les dépenses consacrées à l’alimentation et aux boissons non alcoolisées, qui représentent 16% du budget. Les dépenses en viande (3,5% des dépenses totales), pain et céréales (2,2%), lait, fromage et œufs (1,9%), poisson (1,8%), légumes secs, légumes et pommes de terre (1,8%) et fruits (1,7%) étaient les plus importantes. Enfin, les dépenses de transport représentaient 12% du budget total des ménages.

LES DÉPENSES POUR LES LOISIRS, LES RESTAURANTS, LES HÔTELS, LA CULTURE ET LES TRANSPORTS AUGMENTENT

Les dépenses moyennes par ménage ont augmenté le plus dans les restaurants et hôtels, les loisirs et la culture et les transports, tandis qu’elles ont diminué dans les boissons alcoolisées et le tabac ainsi que dans les communications.

Plus précisément, les restaurants et les hôtels ont affiché un taux annuel de 29,1% en raison de l’augmentation des dépenses dans les restaurants et les services d’hébergement. Les ménages ont dépensé 2 953 euros pour ces postes, soit 665 euros de plus qu’en 2021.

De son côté, le secteur des loisirs et de la culture a vu ses dépenses augmenter de 18,6 %, avec une moyenne de 1 534 euros par ménage. Par composante, ce sont les voyages à forfait qui ont le plus progressé.

Dans les transports, avec un taux de 17,5 % par rapport à 2021, les dépenses ont augmenté dans toutes leurs composantes : achat de véhicules, utilisation de véhicules personnels et services de transport. Ces derniers ont connu la plus forte augmentation, avec une dépense moyenne par ménage de 3 794 euros, soit 564 de plus qu’en 2021.

A lire aussi  Cepyme prévient que les chiffres de l'activité indiquent un "ralentissement", qui sera aggravé par la BCE.

Pour leur part, les seuls groupes dans lesquels la dépense moyenne par ménage a diminué sont les boissons alcoolisées et le tabac, avec une baisse de 3 %, et les communications, avec une baisse de 1,3 % par rapport à 2021, ce qui signifie une dépense moyenne de 925 euros par ménage.

RÉPARTITION DE LA CONSOMMATION ENTRE LES DIFFÉRENTS GROUPES DE DÉPENSES

En ce qui concerne la répartition de la consommation entre les différents groupes de dépenses, les 20% de ménages ayant les dépenses les plus faibles (quintile 1) ont consacré 63,1% de leur budget au logement, à l’eau, à l’électricité, au gaz et aux autres combustibles, ainsi qu’à l’alimentation et aux boissons non alcoolisées.

En revanche, les 20% des ménages ayant les dépenses les plus élevées (quintile 5) consacraient moins de la moitié de leur budget (39,4%) à ce type de dépenses.

En revanche, les 20% des ménages les plus dépensiers ont consacré plus d’un tiers de leur budget (34,5%) aux transports, aux restaurants et hôtels et aux loisirs et à la culture, contre 14,2% des ménages les moins dépensiers.

RÉSULTATS PAR COMMUNAUTÉ AUTONOME

Les communautés autonomes ayant les dépenses moyennes par personne les plus élevées en 2022 sont le Pays basque (15 103 euros), la Communauté de Madrid (14 326) et la Communauté autonome de Navarre (14 190).

En revanche, les îles Canaries (10.698 euros), la Castille-La Manche (10.959) et l’Estrémadure (11.134) enregistrent les dépenses moyennes par personne les plus faibles.

La dépense moyenne par personne au Pays basque était supérieure de 18,2% à la moyenne nationale, tandis que celle des îles Canaries était inférieure de 16,3% à la moyenne nationale.

A lire aussi  Renfe présente de nouveaux uniformes conçus par Ulises Mérida

COMPARAISON AVEC LA SITUATION AVANT LA PANDÉMIE

Les statistiques expliquent qu’en raison de la crise sanitaire résultant de Covid-19, les ménages ont modifié leurs habitudes de consommation tout au long de l’année 2020, entraînant une baisse des dépenses, qui s’est partiellement rétablie en 2021.

Cette reprise n’a été complète qu’en 2022, où la dépense moyenne par ménage a été supérieure de 1 325 € à celle de 2019 (+4,4 %).

Cette évolution s’explique principalement par la hausse des dépenses en alimentation et boissons non alcoolisées (764 € de plus qu’en 2019) et en logement (802 € de plus), dont les dépenses ont augmenté de 17,8 %
et de 8,5 %, respectivement. À noter également la hausse de 17,2 % des dépenses de santé.

Cependant, plus de la moitié des groupes n’ont pas encore retrouvé leur niveau de 2019, comme l’habillement et les chaussures (-13,1 %), les loisirs et la culture (-7,2 %) et les boissons alcoolisées et le tabac (-6,8 %).

Auteur/autrice