La néobanque Íkualo débarque en Espagne avec l’objectif d’ouvrir 50 000 comptes au cours de sa première année d’existence.

MADRID, 16 oct. (CALPA PARIS) –

La néobanque Íkualo a annoncé ce lundi son arrivée en Espagne avec l’objectif d’ouvrir 50 000 comptes dès la première année, alors qu’elle compte atteindre six autres pays européens (Royaume-Uni, France, Portugal, Italie, Allemagne et Pays-Bas) d’ici le printemps 2024.

L’entité a indiqué dans un communiqué de presse qu’elle se concentrait sur la fourniture de services aux immigrés résidant en Europe, car elle estime que plus de 23 millions de personnes ne peuvent pas payer avec une carte et sont confrontées à l’exclusion financière en raison de leur statut migratoire.

En ce sens, la néobanque, qui dispose d’une licence européenne d’établissement de monnaie électronique, a fait remarquer qu’elle permettrait à ses utilisateurs d’ouvrir un compte bancaire en ligne et d’obtenir une carte au format physique uniquement s’ils possèdent un passeport, s’ils résident en Europe et s’ils passent un processus de vérification de l’identité.

L’entité a également précisé que ses clients auront accès à différentes solutions et produits financiers tels que les microcrédits, les transferts d’argent internationaux, les paiements de factures depuis l’Europe, l’assurance rapatriement, les recharges de téléphones portables prépayés depuis l’Europe ou les prêts hypothécaires pour l’achat d’une maison dans leur pays d’origine.

Le fondateur d’Íkualo, Harold Correa, a expliqué que l’idée de la société est née de sa propre expérience dans le but de promouvoir l’inclusion financière par l’accès à des services et produits financiers spécifiquement conçus pour répondre aux besoins de la population migrante croissante.

Correa lui-même a donné comme exemple des complications rencontrées par la population migrante pour ouvrir un compte bancaire le fait qu’il a dû passer par « 62 banques pour obtenir une licence qui nous permettrait d’ouvrir des comptes pour les clients avec leur seul passeport, quel que soit leur statut migratoire ».

A lire aussi  Ibercaja, l'institution espagnole la plus résistante au test de résistance de la BCE, et Cajamar, la moins résistante.

Auteur/autrice