Le chiffre d’affaires de Telefónica augmente de près de 7 % au premier trimestre et dépasse les 10 000 millions d’euros

Álvarez-Pallete déclare que l’entreprise est en bonne voie pour atteindre ses objectifs financiers pour l’ensemble de l’année.

MADRID, 11 (CALPA PARIS)

Telefónica a réalisé un chiffre d’affaires de 10,045 milliards d’euros au premier trimestre de cette année, soit 6,7 % de plus que les 9,410 milliards d’euros enregistrés au cours de la même période de l’année précédente, a informé jeudi la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV).

L’entreprise présidée par José María Álvarez-Pallete a ainsi réalisé un chiffre d’affaires trimestriel supérieur aux prévisions du marché, qui estimait que les revenus de la période se situaient entre 9,7 et 9,8 milliards d’euros.

L’opérateur a souligné que ces résultats consolident la performance positive de ses principales filiales au cours des trois premiers mois de l’année. En Espagne, les revenus ont augmenté de 0,3 % pour atteindre 3 088 millions d’euros, en Allemagne ils ont augmenté de 8 % (2 101 millions d’euros) et au Brésil, le chiffre d’affaires au mois de mars s’est élevé à 2 282 millions d’euros (+17,5 % par rapport à l’année précédente).

Hispam a également amélioré ses niveaux de croissance organique au Royaume-Uni pour atteindre 2,947 millions d’euros, et Hispam a continué à évoluer dans son objectif d’atteindre une exposition modulée et durable à la région.

Dans ce contexte, la société a également fait état d’une augmentation généralisée des revenus dans tous les segments et toutes les unités commerciales au cours du premier trimestre de l’année « malgré les pressions inflationnistes ».

Par ailleurs, le bénéfice net de Telefónica s’est élevé à 298 millions d’euros (-57,9 % en glissement annuel), alors que le consensus du marché se situait entre 300 et 305 millions d’euros.

A lire aussi  L'Ibex 35 clôture le mois de juillet avec une hausse de 0,51 % et consolide sa position au plus haut de l'année, à 9 600 points.

En ce sens, trois facteurs (aucun lié à l’activité commerciale) expliquent la baisse du bénéfice net, comme l’a indiqué l’entreprise.

D’une part, elle a enregistré au premier trimestre 2022 une plus-value de 200 millions provenant de la vente de 60% de sa filiale fibre en Colombie à KKR, tandis que des « facteurs financiers » ont également joué un rôle, comme le retraitement de la mise en équivalence de Virgin Media O2, qui soustrait cette fois 188 millions d’euros, alors qu’au premier trimestre 2022 elle en ajoutait 72 millions.

À cela s’ajoute une contribution fiscale plus élevée, Telefónica ayant payé plus d’impôts au premier trimestre de l’année, à savoir 162 millions d’euros, alors qu’au cours de la même période l’année dernière, elle avait payé 94 millions d’euros.

Le résultat d’exploitation avant dépréciation et amortissement (Oibda) s’est élevé à 3 121 millions d’euros à la fin du premier trimestre (-2,4 % par rapport à l’année précédente), « atteignant un niveau stable et constant grâce à la croissance du chiffre d’affaires et à l’accent mis sur l’efficacité », a déclaré la société.

&#13 ;

« Nous avons bien commencé l’année, malgré un environnement économique mondial difficile. Nous continuons à mettre en œuvre notre plan stratégique et avons enregistré un nouveau trimestre de croissance accélérée du chiffre d’affaires dans toutes les régions où Telefónica est présente », a déclaré M. Álvarez-Pallete.

Il a également souligné que l’entreprise est en bonne voie pour atteindre ses objectifs financiers pour l’ensemble de l’année. « Nous pouvons également confirmer le dividende prévu pour 2023. Telefónica continue de respecter son engagement de réduction de la dette et continue de renforcer son bilan grâce à sa capacité d’anticipation », a ajouté le directeur général de l’entreprise.

A lire aussi  L'inflation a atteint 2,3 % en juillet et les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 10,8 %, soit un demi-point de pourcentage de plus.

BASE DE CLIENTS

L’opérateur a clôturé le trimestre avec une base de clients de 383,6 millions, en hausse de 4,15 % par rapport à l’année précédente, avec une croissance de 16 % des clients de la fibre optique et de 7 % des clients des contrats de téléphonie mobile.

Par ailleurs, l’accélération des déploiements de la fibre et de la 5G est couplée à la fermeture des usines de cuivre en Espagne, prévue pour avril 2024.

La société avait un total de 168,9 millions d’unités immobilières passées à la fin du mois de mars, soit 4% de plus qu’il y a un an, dont un total de 66,6 millions (+15%) fonctionnent sur les propres réseaux de fibre de Telefónica.

En ce qui concerne la technologie 5G, déjà disponible sur les quatre principaux marchés, la société a lancé la version « autonome » au Brésil au cours du trimestre et prévoit de la déployer au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne en 2023.

Fin mars, la 5G couvrait déjà plus de 2 100 sites au Royaume-Uni, plus de 82 % de la population en Allemagne, 85 % de la population en Espagne et 58 villes au Brésil.

DETTE, EN BAISSE DE 3,5%

Au premier trimestre de l’année, la dette nette de Telefónica s’élevait à 26 443 millions d’euros, soit 3,5 % de moins que l’année précédente, grâce à la  » solidité financière  » de l’entreprise et aux  » liquidités générées par ses activités « . En effet, au 31 mars, le flux de trésorerie disponible s’élevait à 454 millions d’euros.

« Telefónica fait face au scénario actuel de pressions inflationnistes et de hausse des taux d’intérêt avec une position financière et de liquidité solide. Plus de 80 % de la dette est ancrée à des taux fixes, la société a couvert les échéances des trois prochaines années, l’échéance moyenne de la dette est de 13,2 ans et la position de liquidité est proche de 21,4 milliards d’euros », a expliqué la société.

A lire aussi  Le BOE publie la loi sur le logement, qui entrera en vigueur ce vendredi.

TELEFÓNICA TECH AND INFRA

Quant à Telefónica Tech, cette unité d’affaires a connu une croissance de 43,5% au premier trimestre, pour atteindre 429 millions d’euros, un taux « bien supérieur au marché » qui, selon la société, a contribué à la croissance des revenus globaux dans le segment B2B.

Précisément dans le cadre de l’augmentation globale des revenus enregistrée au cours des trois premiers mois de 2023, le segment B2B est resté l’un des principaux moteurs de croissance de l’entreprise, avec des ventes en hausse organique de 9 % par rapport au premier trimestre 2022.

Pendant ce temps, Telefónica Infra a continué à renforcer le positionnement de Telefónica « grâce à la création de valeur et à son statut de pionnier dans la mise en œuvre de nouveaux modèles d’infrastructure à fibre optique ».

Telxius, l’entreprise de câbles sous-marins de Telefónica, a enregistré une augmentation de 8,4 % de ses recettes et de 10,4 % de son chiffre d’affaires à Oibda, pour le cinquième trimestre consécutif.

Auteur/autrice