Le comité de Pescanova regrette la « mauvaise dérive » qui a conduit l’entreprise à présenter un plan de licenciement.

VIGO, le 7 septembre (CALPA PARIS) –

Le comité d’entreprise de Pescanova España Back Office Chapela (qui fait partie du groupe Nueva Pescanova) s’est engagé à travailler  » dès le premier instant  » pour  » minimiser  » l’impact du plan social annoncé par l’entreprise au cours des dernières heures, et qui concerne une centaine de travailleurs des bureaux de Chapela et de Madrid, et a regretté que cette situation ait été atteinte  » à cause d’une mauvaise dérive, sans direction ni capitaine « .

C’est ce qu’ils ont communiqué au personnel, après avoir tenu une réunion urgente ce jeudi et après que l’entreprise a confirmé son intention de négocier cette mesure réglementaire, arguant de raisons « organisationnelles » et « économiques ».

Le comité a opté pour la négociation afin de réduire le nombre de licenciements et d’obtenir « des conditions suffisantes pour que le processus se termine par l’application de mesures volontaires d’adhésion ». « Le comité est uni et se battra pour défendre les droits des travailleurs », a-t-il déclaré.

Cependant, ils ont regretté que l’entreprise soit arrivée à cette situation « à cause d’une mauvaise dérive, sans direction ni capitaine », et ont rappelé que tous les travailleurs de Pescanova España ont contribué à « faire grandir l’entreprise » et ne veulent pas « la voir disparaître ». « Ensemble, nous dénoncerons le fait que ce ne sont pas les travailleurs qui sont responsables de la situation que traverse l’entreprise, et qu’une ERE de 100 travailleurs n’arrangera pas l’avenir », a souligné le comité.

Le responsable de l’industrie de CC.OO. à Vigo, Celso Carnero, a regretté que « la mauvaise gestion » de l’entreprise ait conduit les travailleurs à « devoir en payer les conséquences », et a insisté sur le fait que le syndicat (majoritaire au sein du comité) se battrait pour minimiser l’impact de l’ERE et exigerait des « garanties pour l’avenir ».

A lire aussi  Amancio Ortega achète une tour d'habitation à Chicago pour 212 millions de dollars

Auteur/autrice