38 % des Espagnols estiment qu’ils paient trop d’impôts et 77 % pensent que les impôts ne sont pas facturés de manière équitable, selon l’ECI.

Près de neuf personnes sur dix pensent qu’il y a beaucoup de fraude fiscale et 80 % hésitent à payer une facture sans TVA.

MADRID, 7 (CALPA PARIS)

37,7 % des Espagnols estiment qu’ils paient beaucoup d’impôts en Espagne, contre 48,2 % qui pensent qu’ils paient un montant normal et 11,2 % qu’ils en paient très peu, tandis que 77,4 % ne croient pas que les impôts sont perçus de manière équitable et plus de 88,6 % pensent qu’il y a suffisamment ou beaucoup de fraude fiscale, selon l’étude « Opinion publique et politique fiscale (XL) » réalisée par le Centre de recherches sociologiques (CIS).

L’étude, publiée ce jeudi et rapportée par Europa Press, a été réalisée sur la base de 3 011 entretiens entre le 26 et le 31 juillet avec des personnes âgées de plus de 18 ans dans 1 051 municipalités et 50 provinces, et montre que 30,8 % des Espagnols pensent qu’en Espagne ils paient plus d’impôts par rapport à d’autres pays plus avancés en Europe, contre 18,3 % qui pensent qu’ils en paient autant et 41,3 % qui disent qu’il y a moins de pression fiscale.

Dans leurs réponses, 77,4 % des personnes interrogées ont déclaré que les impôts ne sont pas prélevés de manière équitable et que ceux qui ont plus ne paient pas, contre 19,7 % qui affirment qu’il y a une équité dans le paiement des impôts. De plus, en tenant compte des services publics et des prestations sociales existants, 48,3% ont déclaré que la société bénéficie peu ou pas du tout de ce qui est payé en impôts et en contributions.

En outre, 59,1% déclarent recevoir moins du gouvernement que ce qu’ils paient en impôts et contributions, 29,9% déclarent recevoir plus ou moins que ce qu’ils paient, et seulement 9,1% pensent recevoir plus du gouvernement que ce qu’ils paient.

A lire aussi  Montero affirme que le gouvernement fera tout ce qui est nécessaire pour que le PGE soit approuvé "en temps et en forme".

Pour 59,1% des personnes interrogées, les impôts sont nécessaires pour que l’Etat fournisse des services publics, contre 20,3% qui disent que les impôts sont quelque chose que l’Etat les oblige à payer sans trop savoir en échange de quoi. En revanche, 19% pensent que les impôts sont un moyen de mieux redistribuer les richesses dans la société.

Dans leurs réponses, les personnes interrogées estiment très majoritairement que le système fiscal devrait être basé sur des impôts directs, en fonction du revenu ou de la richesse des individus et des entreprises (70,9%), par opposition aux impôts indirects qui les touchent de manière égale (23,5%).

Malgré tout, 72,2% répondent que l’administration fait peu ou très peu d’efforts pour expliquer la destination des impôts, contre 18% qui soutiennent le travail des pouvoirs publics en la matière.

PRÈS DE NEUF PERSONNES SUR DIX ESTIMENT QUE LA FRAUDE FISCALE EST IMPORTANTE

En ce qui concerne la fraude fiscale, 88,6% des personnes interrogées déclarent qu’il y en a beaucoup ou assez en Espagne, contre seulement 7,9% qui déclarent qu’il y en a peu et un maigre 1,1% qui déclare qu’il y en a très peu.

A cet égard, 55,6% des personnes interrogées considèrent que l’administration fait peu ou très peu d’efforts pour lutter contre la fraude fiscale, contre 40,3% qui estiment qu’elle fait beaucoup ou assez d’efforts.

Interrogés sur la raison pour laquelle les gens cachent tout ou partie de leurs revenus au fisc, 21,7% répondent que c’est parce que ceux qui ont le plus évitent (ou minimisent) de payer des impôts, tandis que 17,7% mettent cela sur le compte d’un manque d’honnêteté et de sensibilisation du public et 16,1% expliquent que c’est parce que les salaires sont trop bas et qu’ils doivent chercher d’autres options pour obtenir de l’argent.

A lire aussi  M. Sánchez estime que "la meilleure Espagne" est celle qui compte 20,8 millions de personnes ayant un emploi pour la première fois dans l'histoire.

Malgré cette perception généralisée de la fraude, les personnes interrogées soulignent qu’une grande partie (44,3%) des personnes qu’elles connaissent déclarent en fait la totalité ou la quasi-totalité de leurs revenus lorsqu’elles remplissent leur déclaration d’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPF), 34,6% disent beaucoup, 15,4% disent très peu et 2% ne disent rien du tout. En outre, 31,3% soulignent que les personnes qu’ils connaissent et qui sont tenues de déclarer la TVA, telles que les professions libérales et les indépendants, déclarent la totalité ou une grande partie de leurs revenus.

Lorsqu’on leur demande s’ils considèrent que les Espagnols sont conscients et responsables lorsqu’il s’agit de payer des impôts, 10% déclarent qu’ils ne sont « pas du tout conscients ou responsables », tandis que 52,4% pensent qu’ils sont « peu conscients mais responsables ». Seuls 4 % se définissent comme « très conscients et responsables », tandis que 30,8 % se disent « assez conscients et responsables ».

En ce qui concerne la tolérance à l’égard des différents types de fraude, 97% des personnes interrogées considèrent qu’elles ne sont pas très ou pas du tout tolérantes à l’égard d’une grande entreprise qui évite de payer l’impôt sur les sociétés et 97,7% considèrent qu’elles ne sont pas très ou pas du tout tolérantes à l’égard de la perception d’une prestation sociale à laquelle elles n’ont pas droit.

PRÈS DE 80 % DES PERSONNES INTERROGÉES SONT OPPOSÉES AU PAIEMENT D’UNE FACTURE SANS TVA

Moins rejetés, mais toujours majoritaires, sont la création d’une société qui opère uniquement sur Internet afin de payer moins d’impôts (64,7%), le paiement d’une réparation domestique sans facture pour éviter de payer la TVA (79,9%), le fait d’être indépendant et de ne pas facturer la TVA (88%), et le fait d’être indépendant et de déduire des dépenses personnelles comme des dépenses professionnelles qui ne correspondent pas à ces dernières (88,6%). Il est significatif que 17,8 % des citoyens ignorent que le taux général de TVA en Espagne est de 21 %.

A lire aussi  Un groupe dirigé par le fonds d'investissement privé RRJ Capital envisage de racheter Vodafone Espagne pour 5 milliards de dollars.

D’autre part, les personnes interrogées ont indiqué que les principaux effets de la fraude fiscale sont la réduction des ressources pour financer les services et les prestations publics (32,6 %) et la création d’injustices, car certaines personnes doivent payer ce que d’autres ne paient pas (31,7 %), suivis par la démotivation de ceux qui respectent la loi (16,9 %) et l’augmentation de la charge fiscale pour ceux qui paient correctement (14,1 %). Seul 1,6 % a répondu que l’évasion fiscale n’avait pas vraiment d’effet significatif.

De même, 86,1% se disent d’accord avec le fait que « tromper le Trésor, c’est tromper le reste des citoyens », 68,4% sont d’accord avec le fait que si les gens ne trichent pas plus « c’est par crainte d’un contrôle » et 93,5% censurent l’affirmation selon laquelle « il n’est pas mauvais de cacher une partie de ses revenus parce que cela ne fait de mal à personne ».

RESSOURCES INSUFFISANTES DANS LES DOMAINES DE LA SANTÉ, DE LA RECHERCHE ET DE L’ENVIRONNEMENT

En ce qui concerne le financement des services publics, les répondants citent la recherche scientifique et technologique (84,3%), le logement (75,6%), la santé (73,3%), les zones rurales (72,3%), la protection de l’environnement (69,3%), l’aide aux personnes dépendantes (68,3%), la justice (59%), l’éducation (57,9%), les services sociaux (52,7%), la culture (51,6%) et la sécurité sociale et les pensions (48,1%) comme étant des postes auxquels très peu de ressources sont allouées.

Parmi les services auxquels trop de ressources sont consacrées, la Défense dépasse 30 % des personnes, tandis que 12,1 % critiquent le fait que trop de ressources sont consacrées aux travaux publics et 9,7 % à la protection contre le chômage.

Auteur/autrice