Le conseil d’administration de Repsol votera jeudi pour permettre à Brufau et Imaz de rester à la tête de l’entreprise pour quatre années supplémentaires.

MADRID, 21 mai (CALPA PARIS) –

L’assemblée générale des actionnaires de Repsol, qui se tiendra ce jeudi 25 mai, en seconde convocation, votera pour réélire Antonio Brufau en tant que président non exécutif de la société, ainsi que le PDG, Josu Jon Imaz, tous deux pour quatre années supplémentaires.

Brufau, qui avait annoncé en 2019 qu’il se retirerait en 2023, continuera donc pour un mandat supplémentaire, jusqu’en 2027, formant un tandem à la tête de l’entreprise avec Imaz.

Le conseil d’administration de l’entreprise énergétique, qui analysait depuis un certain temps un plan de succession pour Brufau, a considéré que, compte tenu du moment actuel de l’économie mondiale, marqué par la crise énergétique résultant de la guerre en Ukraine, la meilleure décision pour l’entreprise est la continuité de l’exécutif vétéran pour assurer une transmission ordonnée de la présidence et opter pour le maintien du modèle d’expérience qu’il apporte aux côtés d’Imaz.

Brufau est administrateur de Repsol depuis 1996 et en assure la présidence depuis 2004, bien qu’en 2015 il ait déjà transmis toutes les fonctions exécutives à Josu Jon Imaz, le PDG de la compagnie pétrolière.

Le dirigeant de Mollerusa est actuellement âgé de 75 ans, ce qui signifie qu’avec cette nouvelle réélection, il sera président de l’entreprise énergétique jusqu’à ses 79 ans.

La décision de se retirer et de renoncer à ses fonctions exécutives en 2015 s’est accompagnée de la renonciation de Brufau à un bonus de 14,25 millions pour parachute doré et non-concurrence, indemnité à laquelle il avait droit pour la cessation de ses fonctions exécutives. Ainsi, il a été convenu qu’il ne recevrait qu’un salaire fixe, sans variable pour les résultats opérationnels, pour un total de 2,5 millions d’euros.

A lire aussi  Bold, le fonds de capital-risque de L'Oréal, investit dans la société de biotechnologie Debut

Ainsi, la nouvelle réélection de M. Brufau en tant que président non exécutif s’accompagnera d’une réduction de 50 % de son salaire fixe, qui passera à 1,25 million d’euros.

DIVIDENDE DE 0,375 EUROS EN JANVIER.

D’autre part, Repsol continuera à améliorer la rémunération des actionnaires et proposera à l’assemblée générale, en même temps que la distribution du dividende final de 0,35 euros brut – qui sera payé le 6 juillet – la distribution d’un autre dividende de 0,375 euros brut par action imputé aux réserves libres, qui devrait être distribué en janvier 2024.

En outre, une réduction du capital social sera approuvée par le biais du rachat de 50 000 000 d’actions propres de la société et il est proposé à l’assemblée générale de déléguer au conseil d’administration le pouvoir d’exécuter en tout ou en partie et en…
et il est proposé à l’assemblée générale de déléguer au conseil d’administration le pouvoir de réaliser en tout ou en partie et dans les cas qu’il jugera les plus appropriés, ou de ne pas réaliser, une deuxième réduction du capital social par le rachat d’un maximum de 132.739.605 actions propres, ce qui équivaut à 10% du capital social de la société.

Outre la continuité de Brufau et Imaz, les actionnaires se prononceront également sur la réélection en tant qu’administrateurs de Aránzazu Estefanía Larrañaga, María Teresa García-Milá Lloveras, Henri Philippe Reichstul et John Robinson West, ainsi que sur la ratification de la nomination par cooptation et la réélection de Manuel Manrique, qui restera ainsi au sein de l’organe de direction de la société malgré le fait que Sacyr ait cessé d’être actionnaire de la compagnie pétrolière l’année dernière.

A lire aussi  La Commerzbank double son bénéfice pour l'année qui s'achève en mars, en raison de la hausse des taux d'intérêt

MARÍA DEL PINO VELÁZQUEZ « SIGNE » POUR SON CONSEIL D’ADMINISTRATION.

De même, la nomination de María del Pino Velázquez Medina en tant qu’administratrice indépendante externe sera proposée. Avec sa nomination, la majorité des administrateurs indépendants au sein du conseil d’administration atteindra 73,33 % et la présence des femmes sera portée à 40 %, conformément aux meilleures pratiques internationales et aux recommandations du code de bonne gouvernance pour les entreprises cotées en bourse de la Commission nationale du marché des valeurs.

Mme Velázquez est titulaire d’un diplôme en mathématiques avec une spécialisation en statistiques de l’université Complutense de Madrid et d’un MBA de l’IESE de Barcelone. Après avoir commencé sa carrière professionnelle chez Accenture et A.T. Kearney en tant que consultante, et travaillé comme membre du bureau du président et de l’équipe principale de planification stratégique à Banco Santander, elle a rejoint l’équipe d’Airtel (Vodafone) en tant que directrice du service à la clientèle, où elle était responsable de la stratégie et de l’exécution des relations avec les clients à travers tous les canaux.

En 1999, elle a fondé le groupe Unísono pour servir les grandes entreprises dans tout ce qui concerne l’expérience client, dont elle a dirigé le développement et la croissance pour atteindre 9 000 employés et 7 sociétés de centres d’appels, de conseil, d’automatisation et d’externalisation des processus numériques, avec une division de transformation numérique, de Business Intelligence, d’IA et de conseil, présente en Espagne, au Chili, en Colombie et en Écosse.

Velázquez est présidente du conseil d’administration d’Unísono jusqu’en août 2021, date à laquelle l’entreprise est rachetée par le groupe Altice et où elle s’en désolidarise.

A lire aussi  Selon CBRE, le secteur du logement a été le premier à investir dans l'immobilier au cours du premier semestre.

Auteur/autrice