Le gouvernement affirme qu’il est en train de finaliser la suppression des péages et Bruxelles considère que les progrès sont « satisfaisants ».

BRUXELLES, 21 sept. (CALPA PARIS) –

La Commission européenne a confirmé jeudi la demande du gouvernement espagnol de retirer du plan de relance l’introduction de péages autoroutiers en 2024 et, bien que les services de l’exécutif européen travaillent encore à son évaluation, ils ont assuré que les progrès étaient  » satisfaisants « .

De son côté, le gouvernement assure qu’il est déjà en train de finaliser les derniers détails des négociations pour éliminer définitivement cet engagement.

La porte-parole économique de la Commission, Veerle Nuyts, a confirmé lors d’une conférence de presse que « des progrès importants ont été réalisés et des discussions constructives sont en cours avec les autorités espagnoles en vue de finaliser l’évaluation dès que possible ».

La porte-parole a également rappelé que la conclusion de l’évaluation du plan révisé, qui mobilisera 94 milliards d’euros supplémentaires pour l’Espagne, sera communiquée dès que les services communautaires auront atteint ce stade.

Bruxelles a déjà confirmé en juillet que la mesure initiale des péages figurait dans le plan de relance espagnol qui a été approuvé tant par Bruxelles que par les Etats membres et semblait liée, notamment, au versement de la cinquième tranche, qui s’élève à plus de 8 milliards d’euros.

Cependant, mardi dernier, la ministre des Transports par intérim, Raquel Sánchez, a souligné devant le Parlement européen que « les conditions qui existaient au moment où la mesure a été présentée ne sont pas les mêmes qu’aujourd’hui ».

La Commission analyse notre approche et il existe une vision commune qui nous permet d’être optimistes, mais nous n’avons pas encore de réponse officielle de la Commission « , a déclaré Raquel Sánchez.

A lire aussi  L'Ibex 35 augmente de 1 % en milieu de séance et regagne 9 600 points dans l'attente de la réunion de la Réserve fédérale américaine.

Étant donné que la suppression d’une mesure sans alternatives validées par Bruxelles pourrait entraîner une réduction des financements, Mme Sánchez a signalé que le gouvernement a présenté à la Commission une série de  » propositions alternatives  » au déploiement des péages qui visent à  » renforcer  » d’autres mesures déjà mises en œuvre, y compris les efforts visant à encourager le transport public et le transport ferroviaire.

Auteur/autrice