L’Ibex 35 augmente de 0,7 % en semaine et reste à 9 300 points après avoir entendu la déclaration de Powell.

MADRID, 25 août (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a terminé la semaine avec un gain de 0,76%, ce qui l’a porté à 9 338,9 points, après que le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, se soit exprimé lors de la traditionnelle réunion des banquiers centraux à Jackson Hole, le grand événement qui avait capitalisé l’attention des marchés cette semaine.

Powell a profité de l’occasion pour avertir que, malgré la récente modération du taux d’inflation, « il est encore trop élevé », raison pour laquelle il a assuré que la banque centrale américaine est prête à relever les taux d’intérêt si nécessaire. « Nous sommes prêts à augmenter encore les taux si nécessaire, et nous avons l’intention de maintenir la politique à un niveau élevé jusqu’à ce que nous soyons sûrs que l’inflation se rapproche durablement de notre objectif », a-t-il déclaré.

Face à cette nouvelle, l’Ibex 35 a modéré sa hausse, après avoir à nouveau « flirté » avec les 9 400 points, bien qu’il ait clôturé la séance en territoire positif, avec une progression de 0,15 %.

Par ailleurs, ce soir, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, est attendue à Jackson Hole, mais ses commentaires n’influenceront pas les marchés boursiers européens aujourd’hui puisqu’ils sont déjà fermés.

Adrian Hostaled, analyste chez XTB, souligne que la conclusion de ces discours est le ton « brutal », car aucun des banquiers centraux « ne ferme la porte à une nouvelle hausse des taux en septembre », de sorte qu’il pourrait encore falloir un certain temps pour que le « pic » des taux d’intérêt arrive et y reste jusqu’en avril ou mai 2024, date à laquelle la baisse pourrait commencer.

A lire aussi  Mme Díaz a déclaré à M. Calviño qu'elle rejetait l'entrée des Saoudiens dans Telefónica : "Je m'efforcerai de faire en sorte que cela ne se produise pas".

Dans la section des références macroéconomiques, l’Office allemand des statistiques a confirmé ce vendredi que la « locomotive européenne » est sortie de la récession technique après la stagnation de son PIB au deuxième trimestre, une tendance qui pourrait se poursuivre au troisième trimestre, comme l’a récemment averti la Bundesbank, la banque centrale allemande.

En Espagne, les données sur les prix industriels pour le mois de juillet ont été publiées aujourd’hui, montrant que l’inflation industrielle a encore baissé à 8,4 % en raison de la baisse du coût de l’électricité, ce qui fait un total de cinq mois consécutifs de baisse d’une année sur l’autre.

Pour en revenir au marché sélectif espagnol, Repsol a été le titre le plus haussier, avec une hausse de 1,62%, suivi par Solaria (-1,17%), Iberdrola (+1,01%), Endesa (+0,90%), Sacyr (+0,84%) et Redeia (+0,68%). D’autre part, IAG (-1,63%), Grifols (-1,61%), Meliá (-1,58%), Aena (-1,30%) et Colonial (-1,03%).

Les autres principaux indices européens ont également progressé, avec des gains de 0,49% à Milan, 0,21% à Paris, 0,07% à Francfort et 0,07% à Londres. Wall Street a également progressé de 0,36% pour le Dow Jones, de 0,29% pour le S&P500 et de 0,10% pour le Nasdaq.

Par ailleurs, le prix du baril de Brent, référence pour le Vieux Continent, a progressé de 0,95% à 84,16 dollars, tandis que le brut texan était à 79,69 dollars, en hausse de 0,82%.

Sur le marché des devises, l’euro face au dollar est tombé à 1,0790 « billet vert », tandis que sur le marché de la dette, le taux d’intérêt sur l’obligation espagnole à 10 ans a augmenté à 3,569% et la prime de risque s’est maintenue à 102 points de base.

A lire aussi  Le règlement des dettes régionales, l'augmentation du coût des licenciements et les changements dans le domaine du logement sont les exigences économiques des partenaires de Sánchez.

Auteur/autrice