L’Ibex 35 perd 1,2 % pour la sixième semaine consécutive de baisse et menace la barre des 8 900.

MADRID, 27 oct. (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a terminé la séance de vendredi en baisse de 0,50 %, perdant 1,2 % pour sa sixième semaine consécutive de baisse et tombant sous la barre des 9 000 points pour la première fois depuis avril.

En effet, il a clôturé à 8 918,3 points, mettant également en péril le niveau de 8 900 points, au cours d’une semaine marquée par la présentation des résultats, l’augmentation des rendements de la dette, les tensions au Moyen-Orient et la décision de la Banque centrale européenne (BCE) de maintenir les taux d’intérêt officiels.

Joaquín Robles, analyste chez XTB, souligne que les résultats de l’entreprise pour le troisième trimestre sont « conformes aux attentes ».

Ainsi, Santander, Sabadell et CaixaBank ont annoncé une augmentation de leurs bénéfices, grâce aux marges, tandis qu’Iberdrola se dirige vers un nouveau record annuel grâce à des investissements accrus dans les réseaux de communication et qu’IAG a fait état d’une forte augmentation de ses bénéfices grâce à une demande accrue de voyages durant l’été.

Repsol a déclaré des bénéfices plus faibles en raison de la baisse des prix de l’énergie, mais continue d’accélérer son plan stratégique axé sur une plus grande exposition aux énergies renouvelables.

Sur le front macroéconomique, le chiffre du PIB américain pour le troisième trimestre se distingue, l’économie du pays ayant progressé de 4,9 %, « ce qui suscite des craintes de nouvelles hausses des taux d’intérêt ». En outre, l’inflation est « loin de son objectif », de sorte que de nouvelles hausses de taux pourraient être appliquées.

Dans ce sens, la Banque centrale du Canada et la Banque centrale européenne ont laissé leur politique monétaire inchangée, « estimant que les taux sont à un niveau suffisamment restrictif pour amener progressivement l’inflation vers son objectif ». En Espagne, le PIB a atteint 1,8 %, soit un peu mieux que prévu, mais à un rythme plus lent que lors des derniers trimestres.

A lire aussi  Les sociétés espagnoles cotées en bourse ont versé 22,3 milliards d'euros de dividendes jusqu'au mois d'août, soit une hausse de 16,8%.

La semaine prochaine restera marquée par l’évolution des conflits géopolitiques, la perspective de nouvelles hausses des taux d’intérêt et les résultats des entreprises. L’IPC de la zone euro, la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) sur les taux d’intérêt et les données sur l’emploi aux États-Unis seront les points forts de la semaine.

Aux États-Unis, McDonald’s, Pfizer, AMD, Qualcomm et Apple présenteront leurs résultats, et en Espagne, Unicaja, BBVA, Ferrovial, Endesa, Redeia, Indra, Aena, Grifols, Sacyr, Meliá et Acerinox.

Pour en revenir au marché sélectif espagnol, Sabadell a de nouveau été la valeur haussière du jour vendredi, avec un gain de 3,58%, après avoir progressé de 6,01% hier. Elle a été suivie par CaixaBank (+2,26%), ACS (+2,05%), Colonial (+1,68%), Aena (+1,36%) et Ferrovial (+1,13%). En revanche, Mapfre (-2,61%), Fluidra (-2,38%), Inditex (-2,25%), Bankinter (-2,21%) et Repsol (-2,00%).

La plupart des principaux marchés boursiers européens ont enregistré des pertes au cours de la séance d’aujourd’hui, en particulier Paris, qui a perdu 1,36%. Derrière, Londres a perdu 0,86% sur la séance, Milan, 0,80% et Francfort, 0,30%.

Parallèlement, le prix du baril de Brent, référence pour le Vieux Continent, s’est établi à 88,95 dollars, en hausse de 1,18%, tandis que le brut texan a progressé de 1,19% à 84,15 dollars.

Sur le marché des changes, l’euro s’est apprécié de 0,27% face au dollar, à 1,0591 billet vert, tandis que le taux d’intérêt sur la dette espagnole à long terme s’est établi à 3,920% après soustraction de quatre points de base, tandis que la prime de risque (l’écart avec l’obligation allemande) s’est établie à 110,5 points.

A lire aussi  Achèvement réussi du projet pilote international de paiement instantané, mené par Iberpay et Swift

Auteur/autrice