L’Ibex 35 progresse de 1,41% sur la semaine et fixe les 9 500 points en vue de ses plus hauts annuels.

MADRID, 21 juil. (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a terminé la semaine avec une hausse de 1,41%, la deuxième semaine consécutive de hausse, ce qui l’a placé à 9.571,5 points, ce qui lui a permis de se consolider à ce niveau et de viser ses plus hauts annuels – 9.600 entiers – auxquels il s’est échangé au début du mois.

La semaine a été marquée « par le début de la saison des résultats des entreprises et la spéculation sur les prochaines réunions des banques centrales », selon Joaquín Robles, analyste chez XTB.

Ainsi, l’indice sélectif espagnol maintient sa tendance positive et accumule une réévaluation de 16,31% depuis le début de l’année, grâce au ralentissement de l’inflation et à la bonne performance des secteurs ayant un poids important dans l’indice sélectif espagnol, tels que le tourisme et la banque, selon Robles.

Aux Etats-Unis, la saison des résultats s’est poursuivie avec des institutions telles que Goldman Sachs, qui a gagné 61,6% de moins, Bank of America, qui a augmenté son bénéfice de près de 17%, et Morgan Stanley, qui l’a réduit de 16% mais a amélioré ses prévisions de marché.

En Espagne, Bankinter a annoncé cette semaine au marché des bénéfices de 418 millions d’euros au premier semestre, en hausse de 54%.

Parmi les faits marquants de l’agenda macroéconomique de la semaine figurent la révision à la hausse d’un dixième de point de l’inflation sous-jacente dans la zone euro en juin, à 5,5 %, ainsi que celle du PIB de la zone euro au premier trimestre de l’année, ce qui signifie que l’activité a stagné au cours de cette période (0,0 %) et qu’elle a échappé à la récession technique, puisqu’elle a enregistré une croissance négative au dernier trimestre 2022.

A lire aussi  Les ventes nettes de Dia ont augmenté de 3 % au cours des neuf premiers mois, avec une hausse de 3,4 % en Espagne malgré la réduction du nombre de magasins.

Au sein de l’indice sélectif espagnol, les valeurs ayant réalisé la meilleure performance hebdomadaire sont Grifols, en hausse de 7,4%, Repsol 7%, Solaria 6,58% et Inmobiliaria Colonial 5,77%. En revanche, la plus mauvaise performance hebdomadaire a été réalisée par Cellnex, en baisse de 2,18% ; Acerinox, en baisse de 1,81% ; Mélia Hotels, en baisse de 1,76% ; et Bankinter, en baisse de 1,05%.

Les autres marchés européens ont également enregistré des gains dans le calcul hebdomadaire : Francfort de 0,45% ; Milan de 0,67% ; Paris de 0,79% et Londres, où l’IPC s’est modéré en juin plus que prévu, de 2,18%.

L’INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION AUGMENTE DE 0,55% LORS DE LA DERNIÈRE SÉANCE DE LA SEMAINE.

L’indice sélectif espagnol a progressé de 0,55% vendredi lors d’une séance marquée par la volatilité due à l’expiration mensuelle des contrats de produits dérivés sur la bourse espagnole, ce qui a fait que l’indice a évolué sans direction claire jusqu’à la fin de la séance, moment où il a décidé d’avancer, encouragé par les hausses de Wall Street (son principal indicateur, le Dow Jones, a progressé d’environ 2% sur la semaine).

Lors de la séance de vendredi, Línea Directa a annoncé une perte nette de 15,5 millions d’euros au premier semestre en raison de l’impact de l’inflation, tandis que Logista a déclaré un bénéfice de 193,4 millions d’euros pour les neuf premiers mois de l’année, en hausse de 35,8 %. Tubacex, quant à elle, a plus que doublé son bénéfice pour atteindre 20 millions d’euros entre janvier et juin.

A lire aussi  Les commutateurs des compagnies de téléphone ont diminué de 2,2% en juin pour atteindre près de 515 000.

Ainsi, Acciona a présidé aux gains ce vendredi avec une hausse de 3,38% ; suivi par Repsol (+1,65%) et Iberdrola (+1,45%), tandis que les baisses les plus prononcées ont été pour Grifols (-2,48%) ; ArcelorMittal (-1,57%) et Acerinox (-1,28%).

Les autres marchés européens ont enregistré des réévaluations similaires à celles de Madrid, à l’exception de Francfort, qui a perdu 0,17% au cours de la séance.

A la clôture de la séance, le prix du baril de Brent, référence pour le Vieux Continent, était en hausse de 1,1% à 80,51 dollars, tandis que le brut texan était à 76,56 dollars, en hausse de 1,22%.

Sur le marché des changes, l’euro se déprécie d’un dixième de point face au billet vert, à 1,112 dollar, tandis que le taux d’intérêt sur la dette espagnole à long terme clôture à 3,459% avec une prime de risque (l’écart avec l’obligation allemande) à 99,8 points.

ÉLECTIONS ET BANQUES CENTRALES, LES QUESTIONS CLÉS DE LA SEMAINE PROCHAINE

La semaine prochaine est marquée par les résultats des élections en Espagne et les réunions des banques centrales : la Réserve fédérale (Fed) devrait relever ses taux de 25 points de base malgré le récent ralentissement de l’inflation à 3 %, ce qui placerait les taux à 5,25-5,5 %, selon Robles.

La Fed, selon l’expert, reste confiante dans le marché du travail et dans une économie étonnamment résiliente, de sorte que la réunion se concentrera sur la nécessité d’une autre hausse finale au cours du dernier trimestre de l’année.

En Europe, une augmentation d’un quart de point est également attendue, à 4,25 %, tandis qu’au Japon, aucun changement n’est prévu malgré les pressions inflationnistes et la faiblesse du yen.

A lire aussi  Le marché des cigarettes illicites croît de 0,4 % en Espagne en 2022, ce qui représente une perte fiscale de 286 millions d'euros.

En Espagne, plus de vingt des 35 entreprises de l’Ibex, dont Santander, BBVA, Telefónica, Iberdrola et Repsol, publieront leurs comptes ; aux États-Unis, les géants de la technologie tels que Microsoft, Alphabet, Meta et Amazon feront de même.

En ce qui concerne les données macroéconomiques, les PMI manufacturier et des services seront publiés en Europe, le PIB et l’inflation en Espagne et la confiance des consommateurs, le logement et l’emploi aux États-Unis.

Auteur/autrice