L’IPC augmente à 3,5 % en septembre et les prix des denrées alimentaires maintiennent leur croissance à 10,5 %.

Le prix de l’huile d’olive a augmenté de 67 % au cours de l’année écoulée, celui du sucre de plus de 40 % et celui des pommes de terre de 20,5 %.

MADRID, 13 (CALPA PARIS)

L’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 0,2 % en septembre par rapport au mois précédent et a augmenté son taux de croissance annuel de neuf dixièmes de point de pourcentage pour atteindre 3,5 %, principalement en raison de la hausse des prix de l’électricité et des carburants et lubrifiants pour les véhicules personnels. Les prix des produits alimentaires, pour leur part, ont maintenu leur croissance en glissement annuel à 10,5 %, bien qu’ils aient connu des taux de croissance à deux chiffres pendant 18 mois.

Avec la hausse de septembre, l’inflation a augmenté pendant trois mois consécutifs, après avoir progressé de quatre et trois dixièmes de point de pourcentage respectivement en juillet et en août, selon les données définitives publiées vendredi par l’Institut national de la statistique (INE), qui coïncident avec celles publiées à la fin du mois dernier.

Ainsi, le taux de l’IPC en glissement annuel a de nouveau dépassé les 3 % en septembre, après trois mois en dessous de ce niveau, et se trouve à son niveau le plus élevé depuis avril dernier, lorsqu’il avait atteint 4,1 %. Une augmentation du taux de glissement annuel aussi élevée que celle enregistrée en septembre, de neuf dixièmes de point de pourcentage, n’a pas été enregistrée depuis juin 2022.

Le ministère de l’Économie a souligné dans un communiqué que la hausse de l’inflation globale en septembre est due à l’effet de base des prix de l’électricité et des carburants. « L’Espagne figure depuis plus d’un an parmi les pays ayant l’inflation la plus faible et la croissance la plus élevée de toute la zone euro », a souligné le ministère.

« Dans un contexte inflationniste dans toute l’Europe, l’Espagne a consolidé sa position comme l’un des pays de la zone euro ayant l’inflation la plus faible, après l’avoir réduite de près de 5,5 points au cours de l’année dernière », a fait remarquer le département dirigé par Nadia Calviño.

A lire aussi  Wilko finalise des milliers de licenciements et de fermetures de magasins après avoir échoué à trouver un repreneur pour la chaîne

Contrairement à la hausse des prix de l’électricité et des carburants, les statistiques soulignent que les prix des vacances à forfait ont davantage baissé en septembre qu’au cours du même mois en 2022, tandis que les prix de l’habillement et des chaussures ont augmenté moins qu’un an auparavant avec le début de la nouvelle saison automne-hiver.

L’inflation de base (excluant les produits alimentaires non transformés et les produits énergétiques) a baissé de trois dixièmes de point de pourcentage en septembre pour atteindre 5,8 %, ce qui la place 2,3 points au-dessus de l’IPC général. Le ministère des affaires économiques a souligné que ce taux de 5,8 % est le plus bas depuis juin 2022.

En ce qui concerne les prix des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées, leur taux en glissement annuel est resté inchangé en septembre, augmentant de 10,5 %, comme en août.

LE PRIX DE L’HUILE D’OLIVE AUGMENTE DE 67% EN UN AN

En glissement annuel (septembre 2023 par rapport au même mois de 2022), les denrées alimentaires dont le prix a le plus augmenté sont l’huile d’olive (+67%) ; le sucre (+40,5%) ; les pommes de terre (+20,5%) ; le riz (+18,5%) et les confiseries (+18,2%). L’huile d’olive a augmenté de 10,1% en septembre de cette année par rapport à août et son prix a plus que doublé depuis mars 2021, avec une augmentation de 136,6%.

&#13 ;

Outre les produits mentionnés ci-dessus, de nombreux autres aliments ont enregistré des hausses de prix à deux chiffres en septembre, comme les jus de fruits et de légumes (+16,5%), les confitures et marmelades (+15,5%), le porc (+14,4%), les céréales pour petit-déjeuner (+14,1%), les autres viandes (+13,5%), le lait entier (+13,5%), les légumineuses et les légumes frais (+11,7%) ; céréales pour petit-déjeuner (+14,1%) ; autres viandes (+13,5%) ; lait entier (+13%) ; légumes frais (+11,7%) ; œufs (+11,5%) ; lait écrémé (+11,3%), et poissons et fruits de mer séchés, fumés ou salés et beurre, tous deux avec des augmentations de 11,1%.

A lire aussi  Substrate AI achète 70 % des têtes du groupe Binit pour six millions d'euros

Par rapport à septembre 2022, les prix qui ont le plus baissé au cours du neuvième mois de l’année sont ceux de l’électricité (-38,3%), des autres huiles (-32,7%), du butane et du propane (-32,9%), du gaz naturel (-23,3%) et du transport combiné de passagers (-15,4%), ainsi que les denrées alimentaires, qui ont été à l’origine de la hausse des prix d’une année sur l’autre.

En excluant la réduction de la taxe d’accise sur l’électricité et les variations d’autres taxes, l’IPC en glissement annuel a atteint 3,9% en septembre, soit quatre dixièmes de point de pourcentage de plus que le taux général de 3,5%. Ceci est reflété dans l’IPC à taxes constantes que l’INE publie également dans le cadre de ces statistiques.

Selon les statistiques, le groupe des transports a augmenté son taux en glissement annuel de plus de 2,5 points en septembre, à 3,8%, en raison de la hausse des carburants pour les véhicules personnels, tandis que le groupe du logement a augmenté son taux de près de cinq points, à -13,1%, en raison de la hausse des prix de l’électricité.

A l’inverse, le groupe des loisirs et de la culture a réduit son taux annuel de plus de deux points, à 5%, en raison d’une baisse du prix des vacances à forfait plus importante qu’en septembre 2022, tandis que le groupe de l’habillement et des chaussures a réduit son taux annuel d’un dixième de point, à 1,2%.

LE PRIX DES PRODUITS ALIMENTAIRES AUGMENTE DE 0,5% PAR RAPPORT AU MOIS D’AOUT

En termes mensuels (septembre sur août), l’IPC a enregistré une hausse de 0,2 %, soit trois dixièmes de point de pourcentage de moins que la hausse du mois précédent. Avec cette hausse, l’inflation a augmenté pendant quatre mois consécutifs.

La hausse mensuelle de l’IPC en septembre résulte, entre autres, de l’augmentation des carburants pour véhicules personnels de 3,2 %, de l’électricité de 1,6 %, de l’habillement et des chaussures de 2,8 % et 1,9 %, respectivement, et des combustibles liquides de 7,1 %.

A lire aussi  AWS investit 92 millions d'euros dans un centre d'innovation en intelligence artificielle générative

Les prix des denrées alimentaires ont également eu une influence, augmentant de 0,5% en raison d’une hausse de 8,2% des huiles et des graisses et de 3,1% des légumes secs et des légumes.

Les prix de l’huile d’olive (+10,1%) et des combustibles liquides (+7,1%) ont le plus augmenté en septembre par rapport au mois précédent, tandis que les prix des voyages à forfait ont le plus baissé (-22,1%).

Au neuvième mois de 2023, le glissement annuel de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) s’est établi à 3,3%, soit neuf dixièmes de point de pourcentage de plus que le taux enregistré le mois précédent. La variation mensuelle de l’IPCH a été de 0,6%.

L’IPC AUGMENTE D’UNE ANNÉE SUR L’AUTRE DANS TOUTES LES COMMUNAUTÉS AUTONOMES

Le taux annuel de l’IPC a augmenté en septembre dernier dans toutes les communautés autonomes, en particulier en Estrémadure (+1,3 point), en Castille-La Manche (+1,1 point) et en Galice et La Rioja, avec des hausses d’un point chacune.

Les hausses les plus modérées du taux d’une année sur l’autre ont été enregistrées en Navarre et dans les Asturies, avec une augmentation de six dixièmes de point chacune.

À la fin du mois de septembre, une seule région affichait un taux d’IPC inférieur à 3 % en glissement annuel : l’Aragon, avec 2,9 %.

En revanche, les taux d’IPC les plus élevés ont été enregistrés en Cantabrie (4,1%), dans les îles Baléares (4%) et en Murcie (3,9%), ainsi que dans les villes autonomes de Melilla (5,3%) et de Ceuta (4,6%).

Auteur/autrice