M. De Cos estime qu’il est « trop tôt » pour parler de baisses de taux et préconise de réduire les mesures anti-crise.

Le gouverneur de la Banque d’Espagne estime que les autorités de surveillance devraient être encore plus vigilantes en ce qui concerne les modèles d’entreprise des banques.

MADRID, 22 sept. (CALPA PARIS) –

Le gouverneur de la Banque d’Espagne a reconnu qu’il est « trop tôt » pour parler de baisse des taux d’intérêt et considère que, face à la chute des prix de l’énergie, les gouvernements devraient réduire leurs mesures de soutien pour faire face à la crise énergétique.

Dans une interview accordée au quotidien allemand Börsen Zeitung, le gouverneur a affirmé que, dans l’éventualité d’un nouvel épisode de hausse des prix de l’énergie comme celui que nous avons connu ces dernières années, les gouvernements devraient recourir à des initiatives de soutien fiscal « beaucoup plus sélectives ».

En outre, le gouverneur a exhorté les autorités à entreprendre des réformes structurelles pour renforcer l’offre. « La politique budgétaire pour 2024 devrait être plutôt restrictive dans l’ensemble de la zone euro », a-t-il réitéré.

Pour M. Hernández de Cos, cela est essentiel pour éviter des pressions supplémentaires sur les prix, qui nécessiteraient autrement une réponse encore plus forte de la politique monétaire.

Face à la « hausse significative des prix depuis 2021, la Banque centrale européenne (BCE) a resserré sa politique monétaire « rapidement et intensément », selon le gouverneur de la Banque d’Espagne. En à peine un an, le taux d’intérêt de référence (celui de la facilité de dépôt) est passé de -0,5% à 4% ; une hausse sans précédent dans l’histoire de l’euro.

Néanmoins, le gouverneur a assuré que, sur la base des informations disponibles aujourd’hui et à l’aide de plusieurs outils d’analyse, on peut affirmer que le niveau des taux d’intérêt déjà atteint, s’il est maintenu pendant une période suffisamment longue, est compatible avec la réalisation de l’objectif d’inflation à moyen terme (2 %).

A lire aussi  Sepla dénonce l'immobilisme d'Air Europa dans le conflit social

« Mais il s’agit d’une déclaration conditionnelle. Nous sommes parvenus à cette conclusion sur la base des informations disponibles aujourd’hui. L’incertitude reste élevée », a-t-il déclaré. Il a noté que d’autres chocs pourraient se produire et que la réponse dépendra de leur source, de leur ampleur et de leur impact sur les perspectives d’inflation.

LES AUTORITÉS DE SURVEILLANCE DEVRAIENT ÊTRE PLUS VIGILANTES EN CE QUI CONCERNE LES MODÈLES D’ENTREPRISE DES BANQUES

Interrogé sur les dernières turbulences dans le secteur bancaire, M. Hernández de Cos a déclaré qu’il y avait plusieurs « leçons » à tirer de ces épisodes récents.

Tout d’abord, le gouverneur – qui est également président du Comité de Bâle sur le contrôle bancaire – a souligné l’importance des pratiques des banques pour assurer leur résilience financière et opérationnelle.

Deuxièmement, M. Hernández de Cos estime qu’il est essentiel que les autorités de surveillance agissent rapidement et efficacement afin d’identifier et de corriger rapidement les faiblesses des pratiques bancaires. « Les autorités de surveillance doivent examiner de plus près le modèle d’entreprise d’une banque et sa durabilité, par exemple, et elles doivent disposer des outils nécessaires pour agir lorsqu’elles détectent une banque aberrante », a-t-il souligné.

Auteur/autrice