M. Díaz prévient que le retrait des mesures anti-inflation « d’un seul coup » entraînerait une hausse de l’IPC de 1,5 point.

MADRID, 30 oct. (CALPA PARIS) –

La deuxième vice-présidente du gouvernement et ministre du Travail par intérim, Yolanda Díaz, a averti lundi que le retrait  » d’un seul coup  » des mesures contre l’impact de la guerre en Ukraine et la lutte contre l’inflation qui se terminent le 31 décembre entraînerait une hausse de l’IPC de 1,5 point.

Lors de sa première intervention pour ouvrir une séance de débat avec des économistes sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’inflation, M. Díaz a signalé que le retrait de ces mesures l’inquiète  » considérablement  » et a demandé aux économistes d’évaluer  » chacune d’entre elles individuellement  » afin de déterminer celles qui doivent être maintenues et celles qui ne doivent pas l’être.

« Par exemple, les subventions aux transports publics sont l’une des meilleures mesures prises dans notre pays pour une raison fondamentale, parce que nous devons lutter contre le changement climatique et que c’est la plus efficace, mais aussi pour des raisons de justice sociale. Il est clair que la manière dont elles sont déployées semble avoir un impact social très important sur la vie des gens et aussi sur l’organisation du monde du travail », a-t-il souligné.

Parmi les autres mesures mises en avant par Mme Díaz, dont elle a demandé aux économistes d’évaluer la nécessité et la justesse, figurent la réduction de l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les salaires inférieurs à 21 000 euros, la réduction des taxes sur l’électricité et la déduction fiscale de 15 % pour l’achat d’une résidence principale.

A lire aussi  Le prix de l'électricité baisse de 14,2 % ce samedi, à 98,91 euros/MWh.

« Nous vous demandons d’évaluer l’impact de ces mesures et de déterminer lesquelles doivent être maintenues et quel est l’impact de leur élimination immédiate (…) Pensez que nous avions un indice des prix à la consommation de 10,8 % et qu’aujourd’hui nous sommes le pays avec l’inflation la plus faible d’Europe, nous l’avons fait grâce à de nombreuses idées que vous avez déployées, mais aussi grâce à l’intelligence collective en tant que pays de prendre les mesures qui étaient essentielles », a-t-il déclaré aux économistes participant à cette journée de débat.

Lors de son intervention, M. Díaz a également averti que la politique monétaire suivie par la Banque centrale européenne (BCE) pour lutter contre l’inflation, avec dix hausses consécutives des taux d’intérêt, a été une « bévue » dans une Europe qui compte 100 millions de pauvres et 29 % de personnes vivant dans des conditions précaires.

Le ministre de l’Emploi en exercice a souligné que les employeurs eux-mêmes ont reconnu que cela a entraîné des difficultés pour maintenir le tissu productif et sauver des emplois. « Cette hausse des taux d’intérêt peut causer des dommages non seulement à l’économie, mais aussi à la société », a-t-elle averti.

La deuxième vice-présidente, qui est également leader de Sumar, a également assuré que nous sommes « plus près » d’avoir un nouveau gouvernement de coalition progressiste et, par conséquent, « de donner de la certitude et de la sécurité aux citoyens ».

« S’ATTAQUER À LA RÉDUCTION DE LA JOURNÉE DE TRAVAIL AVEC INTELLIGENCE ».

Sur la voie d’un nouveau gouvernement de coalition entre le PSOE et Sumar, les deux partis ont récemment signé un accord sur les mesures à mettre en œuvre au cours de la législature, parmi lesquelles M. Díaz a mis en avant la stratégie nationale de productivité et la création d’un Conseil national de la productivité pour lutter contre le différentiel négatif de productivité de l’Espagne.

A lire aussi  M. Calviño affirme que le gouvernement travaille sur "une voie réversible" sur l'AP-4 et qu'il s'est conformé à la loi en supprimant le péage.

« Nous avons étudié les raisons du différentiel négatif de productivité : bien sûr l’investissement dans la formation et l’innovation, mais aussi la précarité », a déclaré M. Díaz, qui a ajouté que pour améliorer la productivité, il est également nécessaire de parler du temps de travail, car en Espagne « la production est moins bonne, on travaille plus d’heures et il y a plus d’absentéisme que dans d’autres pays ».

C’est dans ce contexte que s’inscrit la réduction de la durée maximale hebdomadaire de travail de 40 heures à 37,5 heures, prévue dans l’accord de gouvernement entre le PSOE et Sumar.

À cet égard, M. Díaz a expliqué que la journée de travail en Espagne est déjà différente pour chaque secteur et que les conventions collectives négocient déjà des heures de travail inférieures aux 40 heures qui ont été introduites en Espagne en 1983.

« Ce que nous devons faire maintenant, c’est une stratégie intelligente pour le pays qui, bien sûr, est consensuelle, qui est discutée, mais qui sert aussi à améliorer la productivité et le temps de vie (…) S’attaquer intelligemment à la journée de travail sera très important pour améliorer la productivité dans notre pays », a-t-elle conclu.

Auteur/autrice