Minsait Payments préconise l’universalisation des points de vente comme mesure « la plus stratégique » pour le commerce

MADRID, 16 juil. (CALPA PARIS) –

Minsait Payments estime que la modernisation des méthodes de paiement et le renforcement du commerce numérique exigent une adaptation à de multiples contextes et une immédiateté dans le traitement des paiements.

Dans ce contexte, l’entreprise a souligné l’importance de l’universalisation du point de vente comme l’une des mesures les plus stratégiques pour la « croissance et la survie » des entreprises dans un marché « de plus en plus compétitif ».

Selon lui, ces dernières années, la manière dont les clients paient dans les établissements a changé en raison de l’apparition de nouvelles technologies, de la numérisation de la société et du profil du nouveau consommateur, qui est de plus en plus « exigeant et demande de meilleures expériences », un ensemble d’éléments qui a obligé les entreprises à s’adapter aux besoins de leur marché.

« Cela signifie que les sociétés de paiement doivent verticaliser les processus pour les adapter au contexte de chaque entreprise, car payer l’addition dans un restaurant, faire le plein d’essence, utiliser un moyen de transport ou faire des achats en ligne n’est pas la même chose », a déclaré la société.

« Nous assistons déjà à des expériences immersives où le client peut faire ses achats avec moins de friction au point de vente. Les détaillants recherchent l’efficacité et la meilleure expérience pour leurs consommateurs, à la fois dans les canaux numériques et physiques. Le client est le même, quel que soit l’endroit où il fait ses achats », a déclaré Enrique Álvarez, responsable du développement commercial en Europe chez Minsait Payments.

C’est pourquoi la société estime que les entreprises de différents secteurs exigent des prestataires de services de paiement qu’ils comprennent la réalité de chaque secteur et qu’ils conçoivent de nouvelles solutions de paiement adaptées à leur réalité.

A lire aussi  Les États-Unis ont enregistré une croissance de 0,5 % au deuxième trimestre, soit moins que prévu.

Selon Minsait Payments, il s’agit d’un défi pour tous les prestataires de services de paiement (banques et institutions de paiement), qui « doivent changer leur approche pour être compétitifs ».

« Aujourd’hui, le taux d’escompte du commerçant (prix) ou la préférence pour une banque particulière n’est plus le seul facteur de décision lors du choix d’un prestataire de services de paiement », a déclaré la société.

« Dans notre cas, nous nous engageons à aider les banques à améliorer leur proposition de valeur grâce à notre technologie. Un exemple clair est l’enregistrement et l’inscription des commerçants dans une société qui évolue rapidement, où il ne faut plus des jours pour que le processus entre l’enregistrement et la capacité du commerçant à traiter les paiements soit achevé. Les commerçants d’aujourd’hui veulent pouvoir traiter les paiements immédiatement », a souligné Enrique Álvarez.

Dans cette optique, l’entreprise a souligné l’existence de nouveaux acteurs et de  » fintechs  » qui comprennent qu’il y a un espace à couvrir dans ce sens et développent des solutions numériques spécialisées qui permettent au commerce et aux entreprises des solutions adaptées à leur réalité. « En retour, il a été constaté que les commerçants sont prêts à payer pour une valeur ajoutée en plus du simple traitement des paiements », a déclaré la société.

« Il s’agit d’une question de capacités technologiques, ce qui représente un défi pour les institutions financières qui doivent acquérir ces capacités, soit par elles-mêmes, soit avec des partenaires appropriés qui leur permettent d’avoir une solution compétitive et différentielle par rapport au reste de l’industrie », a ajouté M. Álvarez.

A lire aussi  Escrivá se réjouit du nombre record de membres et prévoit d'atteindre 21 millions "en juin ou juillet".

Auteur/autrice