Selon McKinsey, l’Espagne a un « grand potentiel » pour devenir une destination de choix en matière de développement durable

La collaboration public-privé, une stratégie qui définit des initiatives ou fournit des lignes directrices concrètes sont les clés pour faire de l’Espagne une destination durable de choix.

MADRID, 19 juil. (CALPA PARIS) –

L’Espagne a un « grand potentiel » pour devenir une destination touristique de choix durable pour ceux qui sont sensibilisés à la question, selon un rapport préparé par le cabinet de conseil McKinsey & amp ; Company, qui souligne l’importance d’adopter des pratiques responsables et des mesures de transformation pour assurer le succès dans ce secteur.

La durabilité s’impose de plus en plus comme l’un des leviers de croissance du tourisme et apparaît comme un facteur « clé » dans la motivation des voyageurs eux-mêmes lorsqu’ils choisissent une destination, que ce soit pour des vacances ou des voyages de courte durée.

Selon les données de la plateforme Booking.com, recueillies par McKinsey, plus de 70 % des touristes mondiaux ont l’intention de voyager de manière plus durable au cours de l’année à venir et 35 % d’entre eux considèrent les efforts de durabilité des fournisseurs d’hébergement et de transport comme un facteur important dans leurs décisions de réservation.

Dans ce contexte, le cabinet de conseil international a publié une analyse soulignant le « chemin vers l’excellence en matière de durabilité » pour le tourisme espagnol et assure que « l’Espagne a un grand potentiel pour devenir une destination durable de choix pour les voyageurs soucieux de la durabilité ».

L’analyse souligne que la croissance exponentielle du tourisme durable dans le monde ces dernières années offre à l’Espagne l’opportunité de capitaliser sur cette tendance. Les voyageurs montrent un intérêt croissant pour les expériences authentiques et respectueuses de l’environnement, ce qui « ouvre un marché prometteur pour le tourisme durable en Espagne ».

OPPORTUNITÉ ÉCONOMIQUE

Pour l’associé de McKinsey &amp ; Company responsable du secteur Transport, Voyage et Tourisme, Javier Caballero, « l’Espagne a toutes les conditions pour devenir une destination de tourisme durable de référence au niveau mondial ».

A lire aussi  La Commission européenne récompense Madrid, Valence, Valladolid, Vitoria et Saragosse pour leur engagement en faveur du climat

Nous disposons d’un patrimoine culturel et naturel vaste et diversifié, de nos plages à nos sites historiques et à nos paysages uniques », a-t-il déclaré, indiquant que « la durabilité peut être le facteur de différenciation qui motive le choix de ceux que l’on appelle les « voyageurs responsables » ».

Outre les avantages environnementaux, McKinsey souligne que l’adoption de pratiques durables dans le secteur du tourisme peut générer des opportunités d’emploi, favoriser l’innovation et attirer des investissements à long terme.

« Le tourisme durable n’a pas seulement un impact positif sur la conservation de l’environnement, mais représente également une grande opportunité économique pour l’Espagne », a déclaré M. Caballero, qui a indiqué que « l’investissement dans des infrastructures durables, la promotion de la culture locale et l’engagement en faveur de pratiques responsables peuvent générer des emplois et stimuler le développement économique dans les régions les plus touristiques ».

LA ROUTE VERS UNE DESTINATION DURABLE

Pour atteindre l’objectif de devenir une destination durable de choix, McKinsey souligne la nécessité de prendre des mesures concrètes, telles que l’établissement de solides partenariats public-privé.

En outre, il considère qu’il est essentiel de définir une stratégie comprenant la mise en place d’initiatives pour traiter des questions spécifiques telles que la décarbonisation, l’utilisation de l’eau ou la gestion des déchets, ainsi que la fixation d’objectifs et d’actions pratiques pour les atteindre. Le Costa Rica en est un exemple : le plastique à usage unique y a été interdit dans les parcs nationaux, les réserves naturelles et les monuments nationaux.

De même, la consultance souligne la nécessité d’établir des critères standards pour l’ensemble du secteur, comme l’inclusion de critères de durabilité obligatoires dans le système de notation des hôtels afin d’aligner les motivations des propriétaires et des exploitants d’hôtels.

A lire aussi  L'Ibex 35 augmente de 0,85 % et se rapproche de ses plus hauts niveaux de l'année, dans l'attente des décisions des banques centrales.

En outre, l’analyse soutient qu’il est important de fournir aux entreprises des lignes directrices concrètes et le soutien nécessaire pour atteindre les objectifs de durabilité en prenant des mesures pour combler les lacunes en matière de connaissances sur la durabilité et assurer le financement au niveau du gouvernement ou de l’association de l’industrie.

À cette fin, elle affirme que les programmes de financement, les systèmes d’incitation ou les instruments financiers peuvent accélérer l’adoption de solutions durables, en particulier pour les petites entreprises.

M. Caballero a averti que « passer à l’action demande du temps, des ressources et des investissements » et que même si « les hôtels ou les entreprises touristiques individuels peuvent être peu enclins à redéfinir leurs offres principales ou à investir dans l’infrastructure pour démontrer que la durabilité est importante pour eux », « les entreprises qui commencent à se différencier peuvent en récolter les fruits ».

STRATÉGIE POUR UN TOURISME DURABLE À L’HORIZON 2030

Avant la pandémie, l’Espagne était la deuxième destination touristique au monde, attirant 84 millions de visiteurs en 2019, qui ont généré plus de 92 milliards d’euros de recettes.

Le nombre annuel de visiteurs en Espagne a incité le gouvernement à élaborer une stratégie de tourisme durable à l’horizon 2030, un programme national visant à aider le secteur du tourisme à relever les défis à moyen et à long terme, notamment en matière de durabilité socio-économique et environnementale.

L’analyse de McKinsey affirme que si cette stratégie nationale de durabilité est en place, « il existe des mécanismes limités pour aider les petites entreprises à participer et à contribuer », ce qui est « particulièrement difficile » car les PME constituent la grande majorité des entreprises du secteur touristique espagnol.

A lire aussi  Endesa recherche un partenaire minoritaire pour son portefeuille d'énergies renouvelables de 2 000 MW

En outre, la société de conseil avertit que « très souvent, les objectifs et les buts des petites et moyennes entreprises sont moins ambitieux que ceux des grands acteurs internationaux, probablement parce que les avantages économiques des actions ne sont pas clairs ou peuvent présenter des inconvénients tels que des coûts plus élevés ».

Par exemple, plusieurs petites chaînes hôtelières espagnoles se sont seulement engagées à réduire leurs émissions de 20 à 35 %, avec des échéances allant de 2030 à 2035, alors que de grandes marques internationales se sont engagées à atteindre l’objectif de zéro net d’ici 2050 et ont mis en œuvre des mesures strictes pour y parvenir.

« Le secteur touristique espagnol a la possibilité de développer davantage les efforts existants en matière de durabilité tout en protégeant l’avenir du secteur », a fait remarquer M. Caballero, qui a estimé que « l’accent mis par le secteur sur la durabilité environnementale et sociale peut également constituer un facteur de différenciation clé et attirer des visiteurs désireux de voyager de manière plus responsable. »

En outre, il a noté que « toutes les parties prenantes pourraient bénéficier des initiatives existantes et des nouveaux investissements s’ils étaient rendus plus visibles et plus attrayants pour les touristes ».

Auteur/autrice