Unicaja Banco gagne 285 millions d’euros jusqu’en septembre, soit une augmentation de 4,9 %.

MADRID, 30 (CALPA PARIS)

Unicaja Banco a clôturé les neuf premiers mois de 2023 avec un bénéfice net attribuable de 285 millions d’euros, ce qui équivaut à une augmentation de 4,9 % par rapport à la même période de l’année dernière, a indiqué la banque lundi lors de la publication de son compte de résultat trimestriel.

Ce chiffre incorpore le paiement de 63,8 millions d’euros de l’impôt extraordinaire sur les banques, que l’entité a intégré dans ses comptes au premier trimestre. Sans cet impôt, le bénéfice d’Unicaja aurait été de 349 millions, soit 28,4 % de plus.

Le revenu total (marge brute) de la banque andalouse s’élève à 1.333 millions d’euros, ce qui équivaut à une augmentation de 5,9% d’une année sur l’autre. Sur ce chiffre, les revenus nets d’intérêts (marge nette d’intérêts) ont atteint 973 millions d’euros, en hausse de 25,4 %, tandis que les revenus de commissions ont atteint 401 millions d’euros, en hausse de 1,6 %, grâce au développement des activités d’assurance et de fonds d’investissement.

Au cours de la période, la banque a réduit ses frais de personnel de 4,9 % en raison de la fermeture d’agences et du départ d’employés dans le cadre de l’ERE, à 364 millions d’euros, tandis que les autres frais administratifs généraux sont tombés à 209 millions, en baisse de 4,9 %. L’impact négatif de la dépréciation et de l’amortissement a été de 69 millions d’euros.

Par conséquent, le résultat d’exploitation d’Unicaja a été de 692 millions d’euros, ce qui, après avoir affecté 88 millions d’euros aux provisions (+4,7 %) et pris en compte 112 millions d’euros d’impact de la dépréciation des actifs (-12,8 %), ainsi que d’autres éléments extraordinaires, a donné lieu à un bénéfice avant impôts de 413 millions d’euros, soit une augmentation de 11,2 %.

A lire aussi  La Cour suprême confirme le décret Ábalos sur les VTC et refuse d'indemniser Cabify à hauteur de 237 millions d'euros.

Pour le seul troisième trimestre, Unicaja a enregistré un bénéfice de 137 millions d’euros, en hausse de 34,3 %, suite à une augmentation de 18,1 % du chiffre d’affaires total, qui a atteint 503 millions d’euros.

La banque a souligné que la marge de la clientèle (intérêts perçus sur les prêts moins intérêts payés sur les dépôts) s’élevait à 2,61 %, soit 36 points de base de plus que trois mois plus tôt. Unicaja souligne qu’elle n’a pas encore pu profiter pleinement de la hausse de l’Euribor.

La banque précise que 64% des clients de l’entreprise sont déjà numériques, tandis que 31% des nouveaux clients sont attirés par le canal numérique. Par type de produit, la contribution des canaux numériques est de 49,4 % pour les prêts à la consommation, de seulement 20,5 % pour les comptes et de 26 % pour les fonds d’investissement.

BILAN ET SOLVABILITÉ

Au 30 septembre, le bilan d’Unicaja présentait des actifs évalués à 95 245 millions d’euros, soit une baisse de 15,7 %, due en grande partie à la réduction des liquidités déposées dans les banques centrales à la suite du changement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

Sur le total de l’actif, les prêts et avances à la clientèle au coût amorti s’élèvent à 50 917 millions d’euros, soit une baisse de 8,6 %. Si l’on exclut le portefeuille de prêts à problèmes et si l’on ajoute les autres actifs financiers, le portefeuille de prêts productifs s’élève à 49.533 millions d’euros.

&#13 ;

Unicaja a expliqué que la baisse du portefeuille de crédit est en partie due à la hausse des taux d’intérêt, qui a entraîné une augmentation des remboursements anticipés, et à la concentration des échéances des prêts garantis par des ICO accordés pendant la pandémie.

A lire aussi  La Chine clôt l'enquête sur Ant Group en imposant une amende de 904 millions d'euros

Depuis le début de l’année, les nouveaux prêts s’élèvent à 5 179 millions d’euros, dont 1 866 millions correspondent à des prêts hypothécaires.

Sur le total des prêts de 49.533 millions, les prêts aux particuliers s’élevaient à 33.519 millions à la fin du trimestre, en baisse de 2,5%, avec une augmentation de 2,1% du portefeuille de prêts à la consommation et une diminution de 3% du portefeuille de prêts hypothécaires. Les prêts aux entreprises ont diminué de 14,8 % en glissement annuel pour atteindre 11 048 millions, tandis que les prêts aux administrations publiques ont chuté de 17 % pour atteindre 4 966 millions.

La banque a clôturé le trimestre avec 1.737 millions de créances douteuses, ce qui équivaut à un ratio NPL de 3,4%, soit deux dixièmes de moins qu’à la fin du mois de juin.

En ce qui concerne le bilan, Unicaja Banco a enregistré un passif au bilan de 88 705 millions d’euros à la fin du mois de septembre, soit une baisse de 16,7 %. Cette baisse est due en grande partie à une chute de 90,8 % des dépôts dans les banques centrales, en raison également du changement de politique de la BCE et du remboursement anticipé des adjudications TLTRO-III.

Les dépôts de la clientèle au 30 septembre s’élevaient à 73.299 millions d’euros, soit 5,8% de moins que l’année précédente.

Les fonds hors bilan sous gestion à la fin du troisième trimestre étaient évalués à 20.759 millions d’euros, soit 3,2% de plus qu’il y a un an. Par produit, les fonds communs de placement ont augmenté de 0,2% pour atteindre 11.227 millions d’euros, tandis que les fonds de pension ont atteint 3.677 millions d’euros, en hausse de 0,7%. L’assurance-épargne a augmenté de 9,7 % pour atteindre 4 683 millions d’euros, tandis que les autres actifs sous gestion se sont élevés à 1 172 millions d’euros, en hausse de 18,2 %.

A lire aussi  La Cour européenne confirme que le logo Nike est différent du logo "Mó" après un recours de Multiópticas

Le ratio de capital CET1 était de 14,2 % à la fin du mois de septembre, soit quatre dixièmes de point de plus que trois mois plus tôt, tandis que l’augmentation en glissement annuel était de 1,2 point de pourcentage. Le ratio de capital total s’est amélioré de 1,5 point de pourcentage en glissement annuel pour atteindre 17,9 %.

Le rendement des fonds propres tangibles (RoTE) s’est amélioré d’un demi-point au troisième trimestre pour atteindre 5,7 %. Il y a un an, le ratio s’élevait à 3,9%.

Auteur/autrice