Ibercaja gagne 68% de plus jusqu’en septembre, avec 280 millions, son chiffre le plus élevé pour cette période depuis 2015.

MADRID, Nov 3 (CALPA PARIS) –

Ibercaja a enregistré un bénéfice net de 280 millions d’euros au cours des neuf premiers mois de cette année, soit une augmentation de 68,6% par rapport à la même période en 2022, a rapporté vendredi la banque, qui a réalisé entre janvier et septembre ses bénéfices les plus élevés pour ce cycle depuis 2015.

Elle souligne l’augmentation de 57,5% des revenus nets d’intérêts, qui représentaient 501 millions d’euros fin septembre, en raison de la hausse des taux d’intérêt. À cet égard, la banque indique que la rentabilité du portefeuille de prêts a atteint 3,4 % au troisième trimestre de l’année, un chiffre qui continuera d’augmenter dans les prochains mois en raison de la réévaluation progressive des hypothèques.

D’autre part, la banque affirme que sa stratégie de diversification de l’épargne de ses clients vers la gestion d’actifs et l’assurance vie a permis de maintenir des niveaux contenus dans le coût de l’épargne des particuliers. En conséquence, le spread client s’élevait à 3,1% à la fin du mois de septembre, soit une amélioration de 172 points de base par rapport à l’année précédente.

Les commissions nettes des neuf premiers mois sont en hausse de 0,2% par rapport à l’année précédente, à 331 millions d’euros. D’un trimestre à l’autre, les revenus de commissions ont augmenté de 3,3 % en raison de la performance des commissions non bancaires. L’augmentation du volume des actifs gérés les a fait progresser de 1,6 %.

Ainsi, l’évolution des revenus récurrents a permis de compenser dans la marge brute, qui a augmenté de 22,9 %, à 885 millions d’euros, l’impact du prélèvement temporaire, qu’Ibercaja a enregistré au premier trimestre de l’année pour 29 millions d’euros.

D’autre part, les dépenses récurrentes ont augmenté de 5,1 % par rapport à l’année précédente, principalement en raison de l’augmentation des frais de personnel, qui ont augmenté de 16 millions d’euros, soit 6,7 % par rapport à l’année précédente. En février, Ibercaja a versé 6 millions d’euros à son personnel pour compenser les effets de l’inflation sur leurs salaires. Si l’on exclut cet impact, les dépenses d’exploitation ont augmenté de 3,6 % d’une année sur l’autre.

A lire aussi  Un groupe dirigé par le fonds d'investissement privé RRJ Capital envisage de racheter Vodafone Espagne pour 5 milliards de dollars.

L’évolution de ces éléments implique une  » amélioration substantielle  » du ratio d’efficacité récurrent, qui s’élève désormais à 48,7 %, contre 60,8 % en septembre 2022.

Tout ceci a permis à la banque d’améliorer son bénéfice avant provisions de 48,0 % par rapport à la fin du troisième trimestre de l’année dernière, atteignant 441 millions d’euros.

Les provisions pour risque de crédit et biens saisis s’élèvent à 79 millions d’euros, soit 17,4 % de plus que pour la même période de l’année dernière, ce qui  » renforce  » ses ratios de couverture, le coût du risque s’établissant à 34 points de base. En outre, l’entité a des provisions pour couvrir les incertitudes macroéconomiques s’élevant à 41,8 millions d’euros.

Ibercaja souligne que, trois mois avant la conclusion de son  » Plan stratégique Desafío 2023 « , elle dépasse  » amplement  » les objectifs fixés en matière de rentabilité, avec un ROTE ajusté de 11,0 % ; de solvabilité, avec un ratio CET1  » entièrement chargé  » de 12,9 %, et de qualité des actifs, avec un ratio de 2,9 % ; et qu’elle maintient un ratio de liquidité LCR élevé de 199 %.

L’entité souligne également qu’elle a distribué 60 % de ses bénéfices à ses fondations actionnaires, ce qui a permis à son principal actionnaire, la Fondation Ibercaja, de continuer à augmenter son fonds de réserve. Fin septembre, ce fonds disposait de 260 millions d’euros, ce qui représente 83 % du montant total à atteindre d’ici fin 2025.

FONDS CLIENTS

Les fonds de la clientèle de la banque ont augmenté de 0,6 % pour atteindre 69 416 millions d’euros au cours des neuf premiers mois de 2023, grâce notamment à la performance de la gestion d’actifs et de l’assurance-vie, qui ont progressé de 4 341 millions d’euros, soit 13,7 % depuis le début de l’année, et dont le solde représente désormais 51,8 % du total des fonds de la clientèle.

L’entité souligne que, jusqu’à la fin du mois de septembre, elle a atteint des  » chiffres historiques  » en matière de contributions nettes aux produits de gestion d’actifs et d’assurance vie, soit 3 870 millions d’euros, ce qui équivaut au total des contributions enregistrées au cours des trois dernières années.

A lire aussi  L'industrie espagnole de la confiserie augmentera ses ventes de 12,2 % en 2022, pour atteindre plus de 6,75 milliards d'euros.

En particulier, Ibercaja a attiré 2 947 millions d’euros de fonds d’investissement entre janvier et septembre, un chiffre qui représente 17,4 % du total des apports du système et qui la placerait comme le  » leader  » du secteur dans ce chapitre au cours de ces neuf mois. Ainsi, la banque a gagné 60 points de base de part de marché au cours de l’année, pour atteindre un niveau record de 6,5 %.

Il convient également de noter que l’ensemble de sa gamme de fonds d’investissement obtient des rendements positifs, accumulant un rendement moyen de 3,46 % jusqu’au 30 septembre, qui est passé à 5,52 % au cours des 12 derniers mois.

D’autre part, la nouvelle production de primes d’assurance vie et non-vie à risque a augmenté de 9,6 % en glissement annuel, de 8,2 % en assurance vie à risque et de 10,0 % en assurance non-vie. De même, le portefeuille de ces assurances a augmenté de 4,8% en glissement annuel au cours des trois trimestres pour atteindre 215 millions d’euros, 6,4% en non-vie et 1,1% en vie-risque.

ACTIVITÉ DE PRÊT

En termes de prêts, la banque souligne que les approbations de prêts entre janvier et septembre se sont élevées à 4 549 millions d’euros, soit 8,3 % de plus qu’au cours de la même période de l’année précédente.

Les nouveaux crédits aux entreprises non immobilières ont augmenté de 9,3 %, soit 2 089 millions d’euros, par rapport aux neuf premiers mois de l’année dernière et la formalisation de nouveaux prêts hypothécaires a augmenté de 5,8 % par rapport à l’année précédente, soit 1 383 millions d’euros, ce qui contraste avec la baisse du secteur. Ibercaja explique que l’augmentation de la production hypothécaire est due à sa « spécialisation historique » dans ce segment et aux « facilités offertes » à la population plus jeune pour accéder à son premier logement.

A lire aussi  Le bénéfice semestriel de Vidrala atteint 128,7 millions d'euros et le chiffre d'affaires augmente de 22,1 %.

Le portefeuille de prêts bruts (hors pensions) s’élevait, à la fin du mois de septembre, à 28 493 millions d’euros, soit 2,5 % de moins que le solde à la fin de 2022, ce qui se justifie par la forte augmentation des remboursements anticipés et la diminution des prélèvements de crédit qui se produisent au cours de cette période en réponse à la hausse des taux d’intérêt.

L’entité souligne toutefois qu’elle a augmenté sa part de marché de trois points de base dans les prêts aux entreprises et d’un point de base dans les prêts hypothécaires.

De même, Ibercaja souligne que les utilisateurs de son application mobile ont augmenté de 3,8 %, pour atteindre 702 000, et que les clients numériques représentent maintenant 62,2 % du total. Les ventes réalisées par le biais de ses canaux non présentiels ont augmenté pour atteindre 41,0 % du total, les contrats hypothécaires représentant 29 % du total et l’assurance-risque 9 %.

DÉPASSE SES OBJECTIFS

Ibercaja souligne que le ratio de capital CET1 entièrement chargé a augmenté à 12,9 %, soit 48 points de base de plus qu’en septembre 2022, tandis que le ratio de capital total a atteint 17,6 % à la fin du mois de septembre. En termes d’intégration progressive, ces ratios étaient respectivement de 13,1 % et 17,8 %.

Ainsi, la distance MDA, qui mesure l’excédent de capital par rapport aux exigences du SREP, s’élève à 485 points de base.

Les actifs problématiques, qui comprennent les actifs douteux et saisis, ont été réduits de 3,0 % depuis le début de l’année pour atteindre 885 millions d’euros. Le ratio de ces actifs problématiques est resté à 2,9 % et le ratio de couverture était de 77,2 % au 30 septembre, soit une augmentation de 86 points de base sur l’année.

Le ratio de couverture des liquidités (LCR) était de 199 %, tandis que le ratio de financement stable net (NSFR) s’élevait à 141,1 % et le ratio prêts/dépôts à 85,4 %.

Auteur/autrice