L’effort des familles pour acheter un logement en Espagne s’élève à 21% au troisième trimestre, selon Idealista

Le taux d’effort passe de 17% à 21% l’année dernière en raison de l’augmentation du coût du financement.

MADRID, 17 oct. (CALPA PARIS) –

Le pourcentage du revenu des ménages nécessaire à l’achat d’un logement est passé à 21 % l’année dernière, selon une étude publiée par le portail Idealista sur la base des données du troisième trimestre 2023.

La plateforme immobilière souligne également que le pourcentage du revenu des ménages nécessaire pour louer un logement a augmenté à 31 %.

Elle souligne également que la hausse du coût du financement semble être à l’origine du fait que les familles qui achètent un logement sont passées de 17 % de leur revenu en septembre 2022 à 21 % aujourd’hui, alors que dans le cas de la location, ce pourcentage n’a augmenté que de quelques dixièmes de point de pourcentage.

10 CAPITALES DÉPASSENT LES 30 % RECOMMANDÉS PAR LES EXPERTS

Idealista indique également que dans 10 capitales espagnoles, l’effort de location d’un logement de deux chambres à coucher dépasse les 30 % recommandés par les experts.

C’est à Barcelone que le pourcentage du revenu du ménage requis est le plus élevé (43 %), suivie de Palma (42 %), Valence (39 %) et Malaga (37 %),
Alicante (35%), Madrid (35%), ainsi que San Sebastian (33%), Las Palmas de Gran Canaria (30%), Bilbao (30%) et Santa Cruz de Tenerife (30%).

En dessous de ces chiffres, on trouve Séville (28%), Vitoria (28%), Pampelune (27%), Cadix (26%), Gérone (25%) et Grenade (25%). En revanche, c’est à Ciudad Real (15%), Teruel (17%), Palencia (18%) et Cáceres (18%) que l’on demande le moins d’efforts.

A lire aussi  Le prix de l'électricité chute de près de 50 % ce dimanche, à 52,31 euros/MWh.

Idealista souligne que les données par province sont très similaires, Malaga et les îles Baléares étant celles qui demandent le plus d’efforts (49 % dans les deux cas), suivies de Barcelone (41 %), Alicante (35 %) et Las Palmas de Gran Canaria (35 %).
Palmas (35%). À l’autre extrême, on trouve Teruel (16 %), Palencia (17 %), Ciudad Real, Lugo, Zamora et Huesca (19 % dans les quatre cas).

L’EFFORT POUR ACHETER EST MOINDRE QUE POUR LOUER

La plateforme souligne que, dans la plupart des cas qu’elle a étudiés, l’effort d’achat est moindre que l’effort de location, à l’exception des marchés de Saint-Sébastien, Palma, Grenade et La Corogne.

En outre, elle signale que, contrairement à ce qui s’est passé l’année dernière, quatre capitales présentent des taux d’effort supérieurs aux 30 % recommandés par les experts : Palma (47 %), Saint-Sébastien (38 %), Malaga (33 %) et Barcelone (32 %).

Madrid est pratiquement à la limite (29%), suivie de Pampelune (26%), Grenade (26%), Las Palmas de Gran Canaria (26%) et Alicante (26%). Le taux d’effort le plus faible est enregistré à Jaén (11%), Lleida (12%), Ciudad Real, Teruel, Palencia et Murcia (13% sur les quatre marchés).

En ce qui concerne les achats, tous les marchés exigent un effort plus important qu’il y a un an, les villes de Palma (18 points de plus), Malaga (11 points), Santa Cruz de Tenerife (10 points) et San Sebastian (10 points) affichant la plus forte croissance. L’augmentation la plus faible a été enregistrée à Soria (2 points), Palencia, Tolède, Jaén, Teruel, Ciudad Real et Cuenca (3 points pour chacune d’entre elles).

A lire aussi  Le gouvernement prévoit que l'âge moyen de la retraite augmentera de 1,6 an en 2050 en raison des incitations à retarder le départ à la retraite.

Enfin, parmi les provinces, celle des Baléares est celle qui demande le plus d’efforts, avec 45% du revenu familial. Elles sont suivies par Malaga (43%), Santa Cruz de Tenerife (34%), Alicante (28%), Las Palmas (28%), Santa Cruz de Tenerife (34%), Alicante (28%) et Las Palmas (28%).
(25%), Madrid (24%) et Cádiz (23%).

Dans la province de Barcelone, le taux est de 22%. Avec un taux de 11%, les provinces de Lleida, Tolède, Ciudad Real et Teruel sont les moins exigeantes pour l’achat d’un logement.

Auteur/autrice