Les livraisons de gaz russe à l’Espagne tombent en septembre à leur niveau le plus bas depuis l’invasion de l’Ukraine.


Archive – Navire-citerne GNL – ENDESA – Archive

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine

Les stockages souterrains restent à 100 % et les usines de regazéification ne sont pas remplies à moins de 60 %.

MADRID, 6 oct. (CALPA PARIS) –

Les importations de gaz naturel de la Russie vers l’Espagne sont tombées en septembre à leur niveau le plus bas depuis le début de la guerre en Ukraine à la fin du mois de février de l’année dernière, tombant à 3 259 gigawattheures (GW).

Plus précisément, le gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance de Russie ne représentait en septembre que 10,6 % de l’approvisionnement total du pays, ce qui en fait la quatrième source principale de gaz naturel consommé en Espagne au cours du mois, selon les données du dernier bulletin d’Enagás publié par Europa Press.

Les chiffres de septembre confirment la tendance à la baisse des arrivées de gaz naturel russe en Espagne ces derniers mois, après avoir atteint un record historique de 9 663 GWh en mai.

Il faut remonter au mois de février 2022, date du début de la guerre en Ukraine, pour trouver un niveau inférieur d’arrivée de gaz russe en Espagne, avec 2 174 GWh.

A lire aussi  Le PDG de BT quittera ses fonctions au cours des douze prochains mois.

Dans le cas spécifique de l’Espagne, la majeure partie du gaz naturel en provenance de Russie provient de contrats à long terme avec Yamal LNG, un consortium dirigé par la société privée russe Novatek, dont les actionnaires comprennent des capitaux européens et d’autres pays. En tout état de cause, le gaz naturel russe n’a pas été inclus dans les vetos adoptés par l’UE à l’encontre du pays après le début de la guerre en Ukraine.

Cependant, depuis quelque temps, la troisième vice-présidente et ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera, appelle les entreprises énergétiques espagnoles à diversifier leurs sources d’approvisionnement en GNL et à se passer du gaz russe.

Mme Ribera est allée jusqu’à faire cette suggestion dans une lettre envoyée aux principales entreprises énergétiques espagnoles et aux négociants en gaz naturel.

L’ALGERIE, PREMIER FOURNISSEUR.

En septembre, l’Algérie a de nouveau été le premier pays d’origine du gaz naturel arrivant en Espagne, représentant 42,4 % avec un total de 13 063 GWh – 8 009 GWh par gazoduc et 5 054 GWh par méthanier – suivi par le Nigeria (20,1 % avec 6 195 GWh) et les États-Unis (12,4 % avec 3 814 GWh).

Depuis le début de l’année, l’Algérie est également le principal fournisseur du système gazier espagnol, avec 26,8 %, suivie par les États-Unis (20 %) – un pays qui, l’année dernière, était le principal fournisseur de l’Espagne au milieu de la crise provoquée par l’invasion de l’Ukraine.

LA DEMANDE D’ÉLECTRICITÉ DIMINUE DE 6,3 %, MALGRÉ LA REPRISE DE LA DEMANDE CONVENTIONNELLE.

La demande de gaz naturel en Espagne a baissé de 6,3 % en septembre par rapport au même mois de l’année précédente et a chuté de 13 % depuis le début de l’année.

A lire aussi  Sapena (Lleida.net) achète 15 824 actions supplémentaires de la société et atteint 36,16% de la société.

La demande conventionnelle – qui comprend la demande industrielle, commerciale et domestique – a augmenté de 31,4 % par rapport au même mois de l’année dernière, et la demande pour la production d’électricité a chuté de 36,1 % par rapport au même mois de l’année dernière.

Les installations de stockage souterrain ont continué à se remplir à un niveau élevé, restant à 100 % en septembre, et les usines de regazéification n’ont pas été remplies à moins de 60 %.

Parallèlement, les exportations cumulées vers la France entre janvier et septembre ont atteint 17 602 GWh, soit 53,2 % de plus qu’au cours de la même période en 2022.

Auteur/autrice