L’Ibex 35 augmente de 1,19 % en semaine et clôture à des niveaux records après les banques centrales, les résultats et les données macroéconomiques.

MADRID, 28 juil. (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a terminé la semaine avec un gain de 1,19% et a clôturé dans la zone des plus hauts de l’année atteints hier – à 9.700 points – malgré la légère baisse de vendredi, s’établissant finalement à 9.685,1 points.

Tout cela au cours d’une semaine où la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) ont relevé leurs taux d’intérêt d’un quart de point et où le marché a digéré un nombre important de résultats d’entreprises et de références macroéconomiques sous la forme de données sur l’activité économique (PIB) et l’inflation.

Le principal indicateur du marché espagnol a ainsi enchaîné sa troisième semaine consécutive de hausse (la meilleure série depuis avril) après que la Fed a relevé ses taux d’intérêt à 5,25-5,5 % mercredi et que la BCE a fait de même jeudi, à 4,25 %, pour s’attaquer aux taux d’inflation respectifs dans les deux régions.

Dans ce sens, il a été publié ce vendredi que l’inflation espagnole a augmenté de 0,1 % en juillet par rapport au mois précédent et a augmenté son taux annuel de quatre dixièmes à 2,3 %, principalement en raison de la hausse des prix des carburants et des voyages à forfait ; tandis que le PIB a augmenté de 0,4 % entre avril et juin (un dixième de point de moins qu’au trimestre précédent), tandis que son taux en glissement annuel s’est modéré de plus de deux points, passant de 4,2 % au premier trimestre à 1,8 % au deuxième, en raison de la contribution plus faible du secteur étranger.

De son côté, l’inflation allemande en glissement annuel s’est modérée à 6,2 % et l’inflation de base à 5,5 % ; et, de l’autre côté de l’Atlantique, l’inflation PCE aux États-Unis – l’une des mesures de référence de la Fed pour évaluer sa politique monétaire – s’est modérée en juin à 3 % en glissement annuel, tandis que l’inflation de base est tombée à 4,1 %.

A lire aussi  La Banque d'Espagne améliore ses prévisions de PIB pour 2023 de sept dixièmes de point de pourcentage, à 2,3 %, et abaisse ses prévisions pour 2024, à 2,2 %.

Toujours aux États-Unis, la croissance du PIB a été annoncée hier à 0,6 % au deuxième trimestre de l’année (en termes annualisés, elle a accéléré son expansion à 2,4 %, contre 2 % au premier trimestre).

Au sein de l’Ibex 35, après l’avalanche de résultats d’entreprises pour le premier semestre, on constate que les grandes banques espagnoles (les six valeurs bancaires de l’indice, qui ont un poids important dans le total) ont gagné 12 385 millions d’euros, soit près de 21 % de plus qu’au cours de la même période de l’année précédente.

Après l’addition de tous ces facteurs, les gains hebdomadaires ont été menés par Fluidra (+16,34%) ; IAG (+6,93%) ; Unicaja (+6,84%) ; Indra (+6,38%) ; Telefónica (+5,45%) ; Cellnex (+4,46%) ; Banco Santander (+4,22%) ; ACS (+4,17%) ; Mapfre (+4,06%) et ArcelorMittal (+3,46%).

À l’autre extrême, les titres les plus baissiers de la semaine ont été Acerinox (-3,96%) ; Caixabank (-2,89%) ; Amadeus (-2,52%) ; Bankinter (-2,46%) ; Grifols (-1,65%) ; Solaria Energía (-1,35%) et Endesa (-1,28%).

Les autres marchés européens ont également enregistré des gains au cours de la semaine : Paris a augmenté de 0,59% ; Londres de 1,52% ; Francfort de 1,81% et Milan de 2,24%.

LE MARCHÉ DES ACTIONS BAISSE DE 0,1% LORS DE LA DERNIÈRE SÉANCE DE LA SEMAINE.

Le sélectif a clôturé ce vendredi avec une baisse de 0,1%, bien qu’il ait réussi à pénétrer au-dessus de la barrière des 9 700 points pendant les échanges, après avoir reçu une batterie de résultats d’entreprises de ses sociétés cotées, ce qui ne l’a pas empêché de rester dans la zone des plus hauts annuels et des niveaux qui n’ont pas été vus auparavant depuis février 2020.

A lire aussi  L'Espagne a atteint 37,5 millions de tonnes d'aliments pour animaux en 2022, soit 2,6 % de moins qu'en 2021, selon le ministère de l'agriculture.

Au sein de l’Ibex 35, les résultats des sociétés cotées suivantes ont été publiés vendredi : Caixabank a augmenté son bénéfice de 35,8 % au premier semestre et BBVA de 31 % (les six valeurs bancaires de l’indice sélectif ont augmenté leur bénéfice combiné de 20 %) ; Sacyr a gagné 52 % de plus, tandis que Fluidra a réduit son bénéfice de 18 % et Mapfre de 6 %.

De son côté, le groupe aérien IAG a annoncé que, par rapport aux pertes de l’année dernière, il a gagné 921 millions d’euros ce semestre, et Amadeus a doublé son bénéfice à 540 millions.

De même, d’autres entreprises cotées sur le marché continu ont présenté leurs comptes : Técnicas Reunidas a annoncé qu’elle sortait des pertes et qu’elle avait gagné 38,5 millions d’euros au cours du semestre, ainsi que OHLA, qui a gagné 600 000 euros jusqu’en juin, tandis que FCC a augmenté son bénéfice de 13 %, Tubos Reunidos a réalisé un bénéfice net de 54 millions (contre deux un an plus tôt) et Cepsa a vu son bénéfice chuter de 69 %.

Dans ce contexte, Fluidra (+10,07%), IAG (+6,14%), Cellnex (+4,4%), Mapfre (+3,56%), Indra (+2,43%), BBVA (+1,55%) et Inmboliaria Colonial (+1,12%) ont progressé.

À l’opposé, Amadeus (-4,42%), Rovi (-3,58%), Acciona (-2,68%), Banco Sabadell (-2,03%), Caixabank (-1,62%), Acerinox (-1,57%), Sacyr (-1,35%) et Acciona Energía (-1,17%).

A la clôture des échanges en Europe, le prix du baril de Brent, référence pour le Vieux Continent, était en baisse de 0,3% à 84 dollars, tandis que le brut texan s’établissait à 79,76 dollars, en baisse de 0,4%.

Sur le marché des changes, l’euro s’est apprécié de 0,52% face au billet vert, à 1,1037 dollar, tandis que le taux d’intérêt sur la dette espagnole à long terme a clôturé à 3,506% après avoir ajouté trois points de base, la prime de risque (le différentiel avec l’obligation allemande) s’établissant à 101,7 points.

A lire aussi  Les signatures de prêts hypothécaires à l'habitat chutent de 18,8 % en juillet et le taux d'intérêt grimpe à 3,24 %.

LES CLÉS DE LA SEMAINE PROCHAINE

Dans l’agenda du marché de la semaine prochaine, les analystes de Renta4 ont souligné l’inflation de la zone euro en juillet, ainsi que le PIB du deuxième trimestre ; tandis qu’aux États-Unis, les données sur l’emploi seront publiées (enquête Jolts pour juin et le rapport officiel sur l’emploi et privé ADP pour juillet) et les indicateurs de l’activité économique (produits par ISM).

Par ailleurs, la Banque d’Angleterre tiendra sa réunion de politique monétaire et la Chine publiera des données sur l’activité économique, tandis que la saison des résultats des entreprises s’achèvera des deux côtés de l’Atlantique.

Auteur/autrice