Minsait (Indra) met en évidence la puissance de l’IA pour aider les gestionnaires de fonds à établir des prévisions financières.

MADRID, 21 oct. (CALPA PARIS) –

Minsait, une société d’Indra, a souligné le potentiel et la capacité de l’intelligence artificielle (IA) à aider les gestionnaires de fonds à prévoir le comportement des actifs financiers lors d’une réunion d’information sur ses « meilleures pratiques » liées à cette technologie et à son approche du secteur de l’investissement.

La société a souligné la capacité de l’IA à analyser « d’énormes quantités de données », à segmenter les clients ou à émettre des recommandations financières sur la base des informations évaluées, ce qui, selon elle, facilite une analyse beaucoup plus détaillée de la performance des fonds d’investissement.

« Connaître les conditions d’un investisseur potentiel à partir de nombreuses sources, ordonner et structurer toutes les données dont nous disposons à son sujet, le segmenter ou évaluer son risque et son rendement potentiels avec une grande précision sont des questions qui déterminent le travail des gestionnaires de fonds dans le domaine financier et qui peuvent désormais être exécutées de manière avancée grâce à l’intelligence artificielle », a souligné l’entreprise.

Le directeur mondial de l’innovation et de la stratégie pour les services financiers de Minsait, Álvaro de Salas, a souligné l’importance d’utiliser ces systèmes « comme un assistant qui peut élargir » la base de clients et qui a une capacité d’apprentissage « très rapide ».

Cette base de connaissances est créée à partir de la génération de données sur les clients par le biais d’API (interface de programmation d’applications) qui facilitent le système et qui peuvent être combinées avec les informations d’entreprise des gestionnaires de fonds.

Selon Minsait, il est possible d’exploiter tout le potentiel de l’IA et d’évoluer vers une banque personnelle avec un ratio « nettement meilleur » de clients par gestionnaire et en formant l’IA avec cette base de connaissances.

A lire aussi  Applus+ stagne son bénéfice d'exploitation à 25,9 millions et augmente ses revenus de 10,2%.

« Tout cela nous donne une vue unique à la fois du revenu et de la situation des actifs financiers de la personne, ce qui nous permet de projeter la vie financière et même d’incorporer des variables économiques ou des projections futures qui nous donnent des informations sur la santé financière d’une personne », a ajouté l’expert.

De même, le directeur de l’innovation des services financiers du Minsait, Mario Robredo, a souligné que l’IA générative et le traitement du langage naturel  » élargissent considérablement le potentiel de l’intelligence artificielle, avec un très grand pouvoir de personnalisation « .

« Tout cela permet aux systèmes d’intégrer de nouvelles données et d’accroître l’apprentissage avec des variables de plus en plus complexes, ce qui permet d’obtenir des recommandations fiables en matière de gestion financière », a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, à travers Plaiground, l’unité de Minsait spécialisée dans l’intelligence artificielle, les responsables des gestionnaires de fonds ont pu apprendre comment l’IA peut faire évoluer la gestion des fonds d’investissement et les améliorer vers un traitement interne et global de la connaissance qui deviendra l’un des facteurs  » clés de succès  » de ces entités.

 » La connaissance est la principale valeur des entreprises, et la façon dont elle est gouvernée est la clé pour que l’IA puisse fonctionner et extraire le potentiel maximal de l’information « , a expliqué Natalia Clavero, directrice de l’IA chez Minsait, qui a également souligné l’importance que la gouvernance de l’intelligence elle-même va également acquérir grâce à l’importance que les réglementations prendront dans la coordination des projets qui s’y rapportent.

A lire aussi  Urbas nomme Jaime Polanco au poste de vice-président exécutif

Pour Clavero, la mise en œuvre de l’IA dans les entreprises doit générer la confiance de leurs clients, en intégrant de nouvelles réglementations qui garantiront une IA sûre, robuste, éthique et transparente.

Il a également souligné l’importance de l’intégration de ces méthodologies dans la direction stratégique des organisations et a insisté sur la valeur de la mise en place de la bonne méthodologie pour obtenir le meilleur rendement commercial et mettre en œuvre des projets d’IA avec le plus haut degré de réussite.

Par exemple, il a expliqué que le Minsait a lancé, en collaboration avec Microsoft RAIL, un cadre pour les entreprises, les institutions et les entités afin d’accélérer leur passage à l’intelligence artificielle dans le cadre de leur stratégie dans un contexte concurrentiel dominé par la connaissance.

Selon Minsait, RAIL permet aux gestionnaires de fonds d’accélérer l’adoption rapide de l’IA, de mesurer son impact sur l’entreprise, de faciliter son évolutivité et d’être guidés par des critères éthiques.

En outre, il permet aux entreprises de connaître le rendement réel de l’activité et offre des garanties juridiques en prévision des exigences fixées par la réglementation européenne,  » la première réglementation sur l’IA sera approuvée d’ici la fin de 2023 « .

De l’analyse d’une conversation en centre de contact, à l’écoute possible des réseaux sociaux, en passant par la création d’images de synthèse ou leur transformation, l’IA représente déjà, selon Minsait, « un saut qualitatif dans la gestion des connaissances » pour l’entreprise.

Par ailleurs, dans le domaine de l’innovation par exemple, l’expert en IA rappelle que l’entreprise teste déjà de nouvelles ressources dans des secteurs tels que la surveillance.

A lire aussi  Bruxelles ne commente pas l'entrée de STC dans Telefónica mais rappelle les mécanismes de l'UE pour évaluer les risques

Pour l’avenir, elle a souligné qu’il existe des technologies comme l’informatique quantique « qui vont changer la manière de traiter l’intelligence » et des techniques comme l’apprentissage fédéré, qui faciliteront le partage d’expérience entre les entreprises « dans un monde où les données seront de plus en plus contrôlées ».

Auteur/autrice